L’« insoumis » Mélenchon fait une rentrée remarquée à l’Assemblée nationale

Politique

Chemise blanche et sans veste, Jean-Luc Mélenchon déboule sur la place du Palais-Bourbon, à Paris. Il est aux anges. Mardi matin, il a donné rendez-vous aux nouveaux élus de La France insoumise (LFI) avant d’entrer en force, mais par la porte, dans le bâtiment qui leur fait face. Le tout nouveau député des Bouches-du-Rhône, qui n’hésite plus à commencer ses phrases par un « nous, les Marseillais », salue chacun avec un grand sourire. « Bonjour, M. le député, bonjour, Mme la députée… » Ils sont seize à être présents – le communiste Stéphane Peu ayant, pour l’heure, fait défection.

Il y a là ses deux fidèles lieutenants, Alexis Corbière et Eric Coquerel, mais aussi l’ex-Front de gauche, Danièle Obono, ou encore des jeunes pousses comme Adrien Quatennens ou Mathilde Panot. Sans oublier le journaliste François Ruffin ou la porte-parole d’Ensemble, Clémentine Autain. Beaucoup, dans leur vie politique, ont plus souvent connu des défaites que des victoires. L’excitation est palpable. Eric Coquerel glisse être « super ému » : « J’ai toujours rêvé d’être député de la nation ! » A ses côtés, le « rédac’chef » de Fakir, François Ruffin, est assailli par les médias. « L’inquiétude m’a très vite repris, confie-t-il. Je sais qu’on a cette phrase un peu langue de bois en disant : “Je mesure ma responsabilité”, mais c’est vrai ! »

Président du groupe

Après avoir tancé les journalistes qui s’agglutinent autour de lui, Jean-Luc Mélenchon démarre une conférence de presse. Il dit ressentir« une immense fierté » et vante un groupe « à l’image du pays » avec la présence d’une aide-soignante, d’une bibliothécaire, d’un technicien. Un groupe qui sera « le porte-voix du pays » et non « une collection d’individualités ». L’ancien sénateur confirme qu’il va en prendre la présidence. « C’est ce qu’il y a de mieux à faire dans ce moment où il faut donner une impulsion, souligne-t-il. Mes amis me font l’honneur et la confiance de marcher devant. » Une annonce qui risque de refroidir ses anciens alliés communistes qui n’ont toujours pas indiqué s’ils rejoignaient ou non le groupe de La France insoumise. L’affaire semble mal engagée. « Il y a plusieurs questions à régler », balaye M. Mélenchon.

Devant les micros, le tribun de la gauche radicale embraye sur le troisième tour social qu’il appelle de ses vœux : « Nous souhaitons que le peuple se mette en mouvement ! » Pendant sa campagne législative, il n’avait cessé de dénoncer le « coup d’Etat social » que préparerait Emmanuel Macron.Dimanche, ausoir de sa victoire à Marseille, il avait réclamé un référendum sur la future loi travail. Pour être au cœur du réacteur, il pourrait aussi être tenté de postuler à la commission des affaires sociales où sera examiné le projet de loi d’habilitation qui permettra au gouvernement de réformer le code du travail par ordonnances.


Lire la suite : L’« insoumis » Mélenchon fait une rentrée remarquée à l’Assemblée nationale


Articles en Relation

Les enjeux des dernières législatives partielles du quinquennat Macron L'Assemblée nationale applaudit la restauration de L'École d'Athènes, fresque de Raphaël, le 15 septembre 2020 au palais Bourbon. | Martin B...
Le retour des deux gauches irréconciliables Benoît Hamon, gagnant de la primaire de la gauche, et Manuel Valls, candidat défait, à l'ancien siège du Parti socialiste, rue de Solférino (Paris) le...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA