Les orques sont menacées par leurs interactions avec l'Homme

Environnement

Même les prédateurs les plus redoutables de l'océan n'échappent pas à la pression de l'activité humaine. Selon les rapports d'autopsie réalisés sur une cinquantaine d'orques, les interactions avec l'humain se révèlent mortelles pour une part non négligeable d'entre elles.

Les orques (Orcinus orca) sont tout en haut de la chaîne alimentaire et n'ont pas de prédateurs directs. Malgré tout, elles souffrent directement de l'activité humaine. Un groupe de biologistes marins et spécialistes des orques a réalisé l'autopsie de 52 orques qui se sont échouées entre 2004 et 2013 dans le Pacifique nord et à Hawaï, ainsi que neuf orques de la population résidente du Pacifique nord-est. Selon leurs conclusions, parues dans Plos One, de nombreux animaux sont morts des suites d'une rencontre avec l'Homme.

Ce mâle de 18 ans, J34, est mort des suites d'une blessure sérieuse à l'occasion d'une collision avec un bateau en 2016. © Paul Cottrell, Fisheries and Oceans, Canada

Des rencontres avec l'humain parfois mortelles pour les baleines tueuses

Les causes de la mort des orques autopsiées sont nombreuses, mais avec un facteur commun : l'interaction avec l'être humain. Par exemple, une jeune orque est morte d'une septicémie causée par une blessure faite par un harpon, deux autres sont mortes des suites d'une entaille profonde à l'occasion d'une collision avec un bateau. 

 

« Un individu de cette espèce iconique est mort d'une infection secondaire lors d'un balisage satellite », déplore Stephen Raverty, premier auteur de l'étude et vétérinaire au Ministère de l'agriculture de Colombie-Britannique. Selon le scientifique, la moitié des orques résidentes de cette partie du Pacifique nord-est, étudiée ici, sont mortes à cause d'une interaction avec l'Homme. Les plus jeunes ont plus tendance à mourir des suites de la malnutrition ou d'une malformation congénitale.

Le statut de conservation des orques n'est pas déterminé à l'échelle de l'espèce, mais la population résidente au large du Canada, de l'Oregon et de l'État de Washington est considérée comme menacée.

« Personne n'aime penser que nous blessons directement des animaux. Mais c'est important de réaliser que nous ne les blessons pas qu'indirectement en épuisement de saumon, en les dérangeant avec des bateaux ou avec la pollution. Il y a aussi les collisions avec les bateaux et les hameçons de pêche. Le fait que les humains tuent directement des orques dans toutes les classes d'âge est significatif, ça signifie que nous pouvons en faire plus », a déclaré Joe Gaydos, coauteur de l'étude et vétérinaire à l'Université UC Davis....

Lire la suite de cet Article sur Futura-sciences.com - Les orques sont menacées par leurs interactions avec l'Homme

Articles en Relation

Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
Avec le réchauffement climatique, « les ouragans causeront de plus en plus de do... Parce que les ouragans sont alimentés par l'humidité des océans, ils perdent traditionnellement en puissance assez rapidement après avoir touché terre...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Ceci expliquerait pourquoi la Terre connaît des cycles de glaciations depuis 2,6... La Terre est marquée par des cycles de glaciation. Chaque ère glaciaire étant suivie d'une période interglaciaire. Si les scientifiques avançaient, ju...
Quel est le plus vieil arbre du monde ? Les scientifiques connaissent plusieurs spécimens d'arbres individuels les plus vieux du monde mais des populations clonales ont des systèmes racinair...
Communiquez avec votre chat grâce à une méthode approuvée scientifiquement Communiquer avec votre chat pourrait être aussi simple que de cligner des yeux. Littéralement ! C'est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude pu...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA