Les 20 ans de l’euro : la monnaie unique reste fragile

Economie

L’euro a survécu à la crise et les citoyens des pays membres lui sont très attachés. Mais les faiblesses de son architecture n’ont pas permis une convergence profonde des économies.

C’est peut-être la chose la plus folle que les Européens ont construite ensemble. La plus utopique, aussi : renoncer à leurs monnaies respectives, symboles de leur identité nationale, pour faire devise commune. Façon de renforcer leurs liens économiques. De pousser un peu plus loin encore le rêve européen, bâti sur les cendres de la seconde guerre mondiale. Le 1er janvier 1999, après des années de préparation, onze pays (ils sont aujourd’hui dix-neuf) ont adopté l’euro pour les transactions financières. En 2002, les ménages ont sauté le pas à leur tour, avec les pièces et billets.

Deux décennies plus tard, comment va la monnaie unique ? Le bilan est délicat. Impossible, même, tant le sujet divise les économistes. « C’est une grande réussite », assure Jean-Claude Trichet, ancien président de la Banque centrale européenne (BCE), qui a été l’un de ses artisans. « Adopter l’euro au sein d’économies aussi différentes a été une erreur », tranche Romain Rancière, économiste à l’université de Californie du Sud. « Disons que c’est un succès en demi-teinte, il n’a pas tenu toutes ses promesses », nuance Francesco Saraceno, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE).

Pas étonnant que les diagnostics divergent autant. Bien souvent, les apports de l’euro sont minimisés. Plus souvent encore, la monnaie unique fait office de bouc émissaire. Notamment en France et en Italie, où on la rend responsable de difficultés relevant, en vérité, des errements des gouvernements successifs ou des faiblesses anciennes du tissu industriel. De plus, la crise de 2008 a brouillé les cartes. Alors, par où commencer ?

« Adopter l’euro au sein d’économies aussi différentes a été une erreur »

Par le positif. Les derniers sondages de la Commission montrent que la majorité des 340 millions de citoyens des dix-neuf Etats membres sont très attachés à l’euro – et n’ont aucune envie d’en sortir. Celui-ci a contribué à la prospérité de la zone en mettant fin à la guerre des monnaies entre les pays et en éteignant l’inflation liée à l’abus des dévaluations compétitives, ravageuses pour le pouvoir d’achat. En outre, la disparition des frais de change a favorisé les échanges. « Surtout : l’euro a survécu à la crise de 2008, la plus grave depuis les années 1930 », observe Philippe Martin, président délégué du Conseil d’analyse économique (CAE) et professeur à Sciences Po. En vingt ans, il est devenu la deuxième devise sur la scène internationale, solidement installée derrière le dollar.


Lire la suite : Les 20 ans de l’euro : la monnaie unique reste fragile


Articles en Relation

Malgré ses difficultés, Vivarte a versé plus de 700 000 euros de primes à ses ha... Les syndicats dénoncent des primes « écœurantes et aberrantes », alors que le groupe d’habillement connaît une telle crise qu’il est passé fin août ...
Dans les secrets de l’usine fabriquant nos euros L’établissement de la Monnaie de Paris, à Pessac (Gironde), frappe les pièces circulant en France et celles d’une quarantaine de pays étrangers. Il ...
Facebook : « Avant que le moindre centime de libra soit émis, la tempête cybermo... Les préventions des Etats et des régulateurs ainsi que la mauvaise image du réseau social ont provoqué le départ des principaux partenaires financie...
« L’OPA de la Chine sur la monnaie virtuelle et la blockchain » Le lancement d’une monnaie virtuelle par Pékin constitue un revirement des autorités, provoqué par le projet de Facebook, explique le correspondant ...
Europacity : « Comment peut-on promouvoir un pareil urbanisme dans le contexte d... Dans une tribune au « Monde », Albert Levy, architecte et urbaniste, pointe les incohérences des pouvoirs publics qui défendent le projet d’un mégac...
La transition énergétique devrait coûter 33 milliards d’euros sur quinze ans au ... Selon le gestionnaire du réseau de transport d’électricité, l’intégration des énergies renouvelables et des voitures électriques devrait se refléter...

PLUS D'ARTICLES


ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA