Huit technologies pour nourrir le monde sans détruire notre Planète

Environnement

D'ici 2050, nous devrons nourrir 2,2 milliards d'habitants supplémentaires, et avec la croissance du niveau de vie, cela impliquera une augmentation des besoins alimentaires de plus de 50 %. Les terres agricoles représentent pourtant déjà 37,5 % du territoire et l'agriculture émet un quart des gaz à effet de serre. Une équation impossible à résoudre ? Pas tant que ça : voici huit technologies pour que chacun puisse manger à sa faim sans épuiser notre Planète.

La demande mondiale de nourriture va augmenter de plus de 50 % d'ici 2050 pour répondre à la fois à la croissance démographique et à l'élévation globale du niveau de vie, d'après la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Pourtant, une personne sur dix souffre déjà de la faim dans le monde et une extension des terres agricoles risque de se faire au détriment des forêts, essentielles à la lutte contre le réchauffement et au maintien de la biodiversité. Cela passera obligatoirement par une réduction du gaspillage alimentaire, une modification de notre alimentation et une augmentation de la productivité. Les nouvelles technologies peuvent aider à atteindre cet objectif, comme le montrent ces 8 exemples.

La viande végétale pour limiter son empreinte carbone

La production d'un gramme de protéine animale nécessite 20 fois plus de terres et émet 20 fois plus de gaz à effet de serre que celle d'un gramme de protéine végétale. Mais tout le monde n'est pas prêt à renoncer à son steak, d'où la nouvelle tendance des substituts végétaux. Véritable raz-de-marée aux États-Unis, la « fausse viande » fait la fortune de start-up comme Impossible Foods ou Beyond Meat. Même McDonald's a lancé son burger vegan cette année, avec un snack composé de soja, de blé et de légumes. Selon Markets & Markets, le marché devrait atteindre 6,43 milliards de dollars d'ici 2023.

La fausse viande, végétale, une tendance de fond pour diminuer la consommation de protéines animales. © Anaumenko, Fotolia

La fausse viande, végétale, une tendance de fond pour diminuer la consommation de protéines animales. © Anaumenko, Fotolia

Prolonger la durée de vie des aliments pour réduire le gaspillage

Un tiers de la nourriture produite dans le monde part à la poubelle. Près de la moitié des fruits et légumes et un tiers des céréales sont ainsi jetés en raison de défaillances de la chaîne de distribution et de mauvaises conditions de conservation. Plusieurs entreprises travaillent sur des solutions pour réduire ce gaspillage. La start-up Apeel a, par exemple, mis au point une « seconde peau » qui double la durée de vie des fruits et légumes. Aux États-Unis, la première pomme OGM qui ne brunit pas vient d'être autorisée et de nouvelles techniques de stérilisation high-tech voient le jour, comme la microfiltration, la lumière pulsée ou les hautes pressions.

La pomme Arctic (à droite) ne brunit pas une fois coupée. © Arctic Apples, Facebook

La pomme Arctic (à droite) ne brunit pas une fois coupée. © Arctic Apples, Facebook

Des animaux qui émettent moins de méthane

40 % des émissions de gaz à effet de serre agricoles proviennent des rots et flatulences liés à la digestion des ruminants. Pour réduire ces nuisances, la start-up suisse Zaluvida a développé un complément alimentaire à base d'ail et d'écorce d'orange permettant de diminuer de 30 % ces émissions en modifiant la composition bactériologique du rumen. Une autre société suisse, DSM Nutritional Products, mise sur un composé synthétique qui inhibe l'enzyme responsable de la production de méthane. En Nouvelle-Zélande, l'entreprise AGResearch a réussi à créer une race de moutons émettant 10 % de méthane en moins.

Les rots et flatulences de vaches sont à l’origine de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole. © Rockin'Rita, Flickr

Les rots et flatulences de vaches sont à l’origine de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine agricole. © Rockin'Rita, Flickr

Rendre de nouvelles plantes comestibles et nutritives

Et si demain nous pouvions manger du coton ? Des chercheurs de l'université du Texas ont mis au point un coton à teneur réduite en gossypol, ce qui le rend propre à la consommation humaine. Les surfaces actuelles cultivées permettraient ainsi de couvrir les besoins en protéine de 600 millions de personnes. D'autres expérimentations ont réussi à « domestiquer » des espèces sauvages comme les physalis pour les rendre comestibles et compatibles pour une exploitation à grande échelle. Autre piste : des aliments plus nutritifs pour réduire les carences avec, par exemple, le riz doré ou une patate douce enrichis en bêta-carotène, des haricots « biofortifiés » en fer en zinc, ou du sorgho renforcé en acides aminés.

La physalis, un nouveau fruit bientôt dans nos assiettes ? © Cold Spring Harbor Laboratory

La physalis, un nouveau fruit bientôt dans nos assiettes ? © Cold Spring Harbor Laboratory

Booster le rendement des plantes

Entre 1960 et 2005, le rendement d'un hectare de blé a été multiplié par 3 en France, selon Agreste, et dans le monde, la productivité agricole augmente en moyenne de 1,7 % par an. Une croissance liée en grande partie à une irrigation intensive et à l'usage massif de produits phytosanitaires. Aujourd'hui, les scientifiques tentent de créer des plantes qui poussent naturellement plus grandes et plus vite. Début 2019, des chercheurs ont annoncé avoir trouvé un moyen d'améliorer la photosynthèseen insérant un gène d’algue dans la plante, ce qui augmente sa productivité de 40 %. L'Institut national de la recherche agronomique (Inra) s'intéresse également à la modification de l'architecture de la plante, avec des feuilles dont la forme et la position optimisent la captation de la lumière.


Lire la suite : Huit technologies pour nourrir le monde sans détruire notre Planète


Articles en Relation

Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
Incendies en Autralie : Sydney est en urgence sanitaire Tandis que le gouvernement défend son bilan pour lutter contre le réchauffement climatique, l'État de Nouvelle-Galles du Sud et Sydney continuent ...
Toujours en proie aux incendies, l’est de l’Australie suffoque Manifestations annulées, bateaux à quai, écoliers cloîtrés dans les établissements, Sydney, comme tout l'est de l'Australie, vit au ralenti et suf...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Avec le réchauffement climatique, « les ouragans causeront de plus en plus de do... Parce que les ouragans sont alimentés par l'humidité des océans, ils perdent traditionnellement en puissance assez rapidement après avoir touché terre...
Hydrogène : décarboner l’industrie avant les transports ? Pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et ainsi limiter le réchauffement climatique, différentes pistes sont aujourd'hui envisagées. C...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA