Gare du Nord : deux rapports d’experts pointent de « graves insuffisances » dans le projet de rénovation

Politique

Deux études présentées lundi contestent point par point les hypothèses et les solutions retenues par la SNCF et Ceetrus, poussant la Mairie de Paris à émettre un avis défavorable.

Des postulats erronés, des hypothèses contestables et des solutions qui aggravent les problèmes qu’elles prétendent résoudre : le projet de rénovation et d’agrandissement de la gare du Nord, à Paris, porté par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et une filiale d’Auchan, Ceetrus, est mis en pièces par deux études rendues publiques par la Ville de Paris, lundi 6 janvier. « Ces rapports montrent des graves insuffisances qui doivent maintenant être prises en compte par la commission d’enquête publique et le préfet de région », explique l’adjoint à la maire de Paris chargé de l’urbanisme, Jean-Louis Missika. Sur la base de ces travaux, la municipalité émet officiellement « un avis défavorable sur le projet » dans le cadre de la procédure d’enquête publique, qui s’achève mercredi 8 janvier.

Alors que l’échéance se rapproche, les positions se tendent dans ce dossier devenu très politique. « Remettre en cause aujourd’hui ce projet et repartir de zéro serait irresponsable », affirme la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, dans un courrier à la commission d’enquête publique. Dimanche 5 janvier, c’est le président du conseil régional des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, qui signait dans le Journal du dimanche une tribune « pour la nouvelle gare du Nord », fustigeant « les équipes de la Mairie de Paris qui entrent en campagne pour les élections municipales ».

Des flux de passagers surestimés

L’entreprise ferroviaire et la filiale d’Auchan sont associées dans une coentreprise contrôlée par Ceetrus, SatioNord, pour conduire une spectaculaire transformation de la première gare d’Europe en nombre de voyageurs. Un chantier qui prévoit de presque doubler la surface de la gare, portée de 75 000 m2 à près de 137 000 m2. L’opération est censée lui rendre son lustre et désengorger les flux de passagers avant les Jeux olympiques de Paris en 2024, notamment en construisant sur le côté est un imposant bâtiment de 300 m de long et 50 m de large sur cinq étages, accueillant au rez-de-chaussée un nouveau hall des départs.

La Ville de Paris s’est désolidarisée de ce projet à l’automne 2019, après l’avoir longtemps soutenu, estimant le programme trop dense, trop commercial et défavorable aux usagers. Parallèlement à l’enquête publique, Anne Hidalgo avait mandaté quatre architectes et urbanistes – Pierre Veltz, Jean-Louis Subileau, Anne Mie Depuydt et Caroline Poulin – pour proposer des améliorations. Et demandé au cabinet de conseil suisse SMA, une référence en matière de systèmes ferroviaires, d’analyser les flux de voyageurs dans la gare et quelles incidences les transformations prévues pourraient avoir sur ces derniers.


Lire la suite : Gare du Nord : deux rapports d’experts pointent de « graves insuffisances » dans le projet de rénovation


Articles en Relation

Qui sont-ils vraiment ? Portrait de Marine Le Pen - Documentaire Qui sont-ils vraiment ? Portrait de Marine Le Pen - Documentaire Ils sont tous candidats à la Présidence de la République, mais qui sont-ils vraime...
Irriter ne suffit pas : ce que le désarroi de la presse étrangère nous dit de l’... Pierre-Yves Modicom, Université Bordeaux Montaigne C’est peu dire que la formule « j’ai très envie d’emmerder les non-vaccinés », employée débu...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA