François Fillon, une campagne à la rue

Politique

Meetings repoussés, famille politique divisée… Fragilisé par l’affaire des emplois supposés fictifs de son épouse, le candidat LR maintient ses déplacements malgré tout, mais au compte-gouttes et en terrain conquis, notamment ce mercredi à Compiègne.

La campagne coûte que coûte. Au lendemain d’une énième réunion de crise destinée à convaincre les parlementaires qu’il «tient» encore, François Fillon poursuit son chemin de croix. Le candidat LR est à Compiègne ce mercredi soir, «avec Xavier Bertrand», le président des Hauts-de-France, pour une table ronde sur la sécurité, suivie d’une réunion publique. Vite, à l’intérieur. Qu’on est bien parmi les siens, des militants surchauffés et remontés contre la «machination politique», le «tribunal médiatique»

Sera-t-il accueilli sous le tintamarre des casseroles et les «Fillon, rends le million !» qui accompagnent désormais ses déplacements ? Le candidat a beau tenter de se remettre en selle, il reste englué dans son affaire d’emplois supposés fictifs et inaudible sur tout autre sujet quand son équipe, elle, peine à lui trouver des points de chute.

Devant les députés LR, Fillon s’est efforcé mardi de démontrer qu’il pouvait encore faire campagne. «Plus de cent réunions publiques» seront organisées d’ici la fin de la semaine, a-t-il assuré. Des «orateurs nationaux» sont censés se déployer jeudi et vendredi là où le candidat n’aura pas le temps d’aller. Ils auront fort à faire : Fillon reste économe de ses déplacements et il arrive que les élus sollicités mettent peu d’empressement à l’accueillir dans leur fief. Des événements à Limoges ou Clermont-Ferrand ont été reportés. «Précipité», «problème d’agenda» ou de congés, invoque-t-on.

Loin d’être lancé dans la «nouvelle campagne», l’ex-élu de la Sarthe était encore exclusivement occupé, mardi, à éteindre l’incendie. C’est parce que les braises sont toujours incandescentes qu’il a dû s’exprimer devant les élus LR à l’Assemblée nationale. La veille, 17 d’entre eux s’étaient retrouvés dans un restaurant parisien à l’initiative des députés sarkozystes Georges Fenech et Alain Gest et du sénateur Alain Houpert. «Nous constatons que nous sommes dans l’impossibilité de faire campagne», expliquait Gest lundi soir. Début février, son complice Fenech estimait qu’il convenait de désigner un nouveau candidat. Ce premier appel avait fait pschitt. Le second n’a pas eu plus de succès. Mardi, l’ex-Premier ministre a fait taire les putschistes, expliquant qu’il n’y avait pas d’alternative. «Ça serait peut-être plus facile, pour moi personnellement et ma famille, de ne pas être dans cette compétition», a-t-il avancé après avoir affirmé qu’il était lucide sur «les dégâts» que le scandale a causés. Il dit s’en «prendre plein la gueule» et s’estime «harcelé» par la presse et la justice. Il ne voudrait donc pas avoir à subir un «harcèlement parlementaire»...

Lire la suite - François Fillon, une campagne à la rue

Articles en Relation

Le retour des deux gauches irréconciliables Benoît Hamon, gagnant de la primaire de la gauche, et Manuel Valls, candidat défait, à l'ancien siège du Parti socialiste, rue de Solférino (Paris) le...
Macron a tout à gagner à dévoiler ses sources scientifiques sur le coronavirus Une famille rennaise devant la deuxième allocution d'Emmanuel Macron sur l'épidémie de Covid-19, le 16 mars 2020. | Damien Meyer / AFP  Afi...
La France, en manque de confiance, déprime Ce niveau de défiance est beaucoup plus élevé dans notre pays que dans tous les pays européens de niveau économique comparable. | Annabelle Sheme...
Les enjeux des dernières législatives partielles du quinquennat Macron L'Assemblée nationale applaudit la restauration de L'École d'Athènes, fresque de Raphaël, le 15 septembre 2020 au palais Bourbon. | Martin B...
Emmanuel Macron est-il en train d'achever sa mue giscardienne? Le premier conseil des ministres du gouvernement Castex, le 7 juillet 2020 à l'Elysée. | Ian Langsdon / POOL / AFP  Les lendemains de chang...
Hélas, le vrai remaniement n'est pas pour demain Édouard Philippe et Jean Castex, lors de la passation de pouvoir à Matignon, le 3 juillet. | Ludovic Marin / AFP  Vous pouvez remplacer Mon...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA