Dépression : la stimulation transcrânienne soulagerait les symptômes

Santé

Grâce à un faible courant électrique alternatif, des chercheurs californiens ont pu soulager les symptômes de patients souffrant de dépression majeure. C'est un espoir de voir émerger de nouveaux traitements, sans les effets secondaires des antidépresseurs.

La dépression est un trouble psychiatrique fréquent. En France, d'après l'Inserm, une personne sur cinq souffre de dépression à un moment donné de sa vie. Or, les traitements de la dépression ne seraient efficaces que dans 70 % des cas. De plus, les médicaments antidépresseurs ont souvent des effets secondaires, d'où l'intérêt de trouver d'autres solutions pour améliorer la qualité de vie des patients. Dans ce contexte, la stimulation transcrânienne apporte un nouvel espoir.

Dans cet essai clinique, les scientifiques de l'UNC School of Medicine (Caroline du Nord) ont testé la stimulation transcrânienne à courant alternatif (tACS). Cette technique utilise des électrodes attachées au cuir chevelu qui envoient un faible courant électrique alternatif. Avec cette méthode, les chercheurs ont ciblé une région particulière et des ondes précises du cerveau.

Des travaux précédents ont montré que les patients souffrant de dépression présentaient un déséquilibre des oscillations alpha : ces ondes, qui se trouvent entre 8 et 12 Hz sur l'électroencéphalogramme, seraient plus actives dans le cortex frontal gauche, ce qui donnerait lieu à une « asymétrie frontale alpha » chez les dépressifs. D'après le communiqué de l'UNC School of Medicine, les ondes alpha sont plus fréquentes quand nous fermons les yeux, rêvons, méditons ou réfléchissons : quand le cerveau se coupe des stimuli sensoriels, visuels ou auditifs.

L'idée des chercheurs était donc de cibler ces ondes pour les resynchroniser avec les oscillations alpha du cortex frontal droit, et ainsi réduire les symptômes de dépression. Pour ce faire, ils ont recruté 32 patients souffrant de dépression majeure. Leurs symptômes ont été évalués grâce à la « Montgomery-Åsberg Depression Rating Scale » (MADRS), qui donne une mesure de la dépression.

Réduction des symptômes dépressifs chez 70 % des patients

Les participants ont été répartis en trois groupes. Dans le groupe placebo, les patients ont eu une fausse stimulation électrique, brève, qui mimait un début de séance tACS. Dans le groupe contrôle, les participants ont suivi une séance de tACS à 40 Hz, c'est-à-dire une fréquence qui, pour les scientifiques, ne devrait pas agir sur les ondes alpha. Enfin, le troisième groupe a eu le traitement tACS à 10 Hz ciblant les ondes alpha. L'expérience s'effectuait en double aveugle. 

Chaque participant a suivi ce traitement pendant 40 minutes, et durant cinq jours de suite. Les chercheurs ont réalisé des électroencéphalogrammes pour relever les modifications des oscillations alpha. Les participants ont répondu à des questions pour tester leurs symptômes dépressifs, immédiatement après l'intervention, puis deux semaines plus tard et un mois plus tard.

Chez les patients traités avec la tACS à 10 Hz, les chercheurs ont trouvé une baisse des oscillations alpha du cortex frontal gauche, ce qui permettait de synchroniser ces ondes avec celles du cortex frontal droit. Mais il n'y avait pas de baisse significative des symptômes dépressifs chez ces patients au bout d'un mois. En revanche, quand les symptômes étaient testés deux semaines après l'intervention, 70 % des patients avaient une réduction de 50 % des symptômes dépressifs, d'après les mesures de l'échelle MADRS. De telles réductions n'ont pas été observées dans les deux autres groupes.

Cette étude pilote, qui paraît dans la revue Translational Psychiatry, visait à montrer que la technique était sûre et efficace. Flavio Frohlich, le chercheur qui a dirigé cette recherche, avait déjà travaillé sur des essais cliniques visant à tester la tACS pour la schizophrénie et la douleur chronique.

Ce qu'il faut retenir
  • Des chercheurs américains ont testé la stimulation transcrânienne à courant alternatif pour traiter des patients dépressifs.
  • L’objectif était d'agir sur les ondes alpha dans une partie du cerveau.
  • Deux semaines après le traitement, une réduction des symptômes a été observée chez les deux tiers des patients.

Lire la suite : Dépression : la stimulation transcrânienne soulagerait les symptômes


Articles en Relation

Faire craquer ses articulations… Risques et origine d’une petite manie pas si an... Pour certains, faire craquer ses doigts apporte un soulagement éphémère. D'autres y voient une (douloureuse) hérésie articulaire. Jtas / Shutterst...
Grossesse et tabac : les incitations financières multiplient par deux le niveau ... Léontine Goldzahl, EDHEC Business School; Florence Jusot, Université Paris Dauphine – PSL; Ivan Berlin, Sorbonne Université et Noémi Berlin,...
Le cancer de la prostate pourrait être lié à des bactéries… La voie vers de nouv... Le cancer de la prostate touche 50 000 nouveaux hommes par an. Shidlovski / Shutterstock Le cancer de la prostate pourrait être lié à des bactéri...
Tabac, alcool et autres drogues… Ils modifient notre épigénome Alcools, cannabis, tabac sont capables de provoquer des altérations de l'ADN. monticello / Shutterstock Tabac, alcool et autres drogues… Ils mo...
Pandémie, guerre en Ukraine, situation économique… Comment gérer son anxiété fac... Les jeunes sont particulièrement touchés par l’anxiété en cette période troublée. Joyce Kelly / Unsplash Antoine Pelissolo, Université Paris-...
Santé jusqu'à la psychose : les débuts du COVlD-19 Santé jusqu'à la psychose : les débuts du COVlD-19. La France est à l'arrêt… et elle déprime. Partout s'est installée la peur du virus, la peur de ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA