Après la condamnation des Balkany, Levallois entre « dégoût » et soutien inconditionnel

Politique

L’annonce des condamnations pour blanchiment des époux à la tête de la ville, vendredi 18 octobre, a été accueillie diversement par leurs administrés. Certains seraient prêts à réélire leur maire.

Place de la République, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), il y a sans doute plus de journalistes que de gens du cru, dans l’après-midi de ce vendredi 18 octobre, pour accueillir la nouvelle de la condamnation à cinq ans et quatre ans de prison pour blanchiment de Patrick et Isabelle Balkany, et leur relaxe du chef de corruption.

Les Levalloisiens seraient-ils indifférents aux affaires judiciaires de leur maire depuis trente ans et de sa première adjointe, qui assure aujourd’hui l’intérim ? A l’entrée de l’hôtel de ville, pourtant, le livre d’or de soutien au maire est presque plein. « Monsieur le maire, bon courage pour ce temps douloureux de la détention », a inscrit un administré. D’autres voient loin : « On vous attend pour une nouvelle conquête de la mairie ! Forever. » Minoritaires, des messages moins favorables barrent aussi les pages : « Bonnes vacances ! C’est mérité ! » ou encore, plus bref et non signé, « Reste en taule ».

«C’est un très bon maire. Il a un peu magouillé mais il n’en méritait pas tant »

Sur le parvis de la mairie, c’est fin de marché. « Un brigand », s’exclame Françoise, Levalloisienne de toujours et « de gauche », qui se souvient avec plaisir du temps où la ville était communiste. « S’il se présente, il repasse », prédit-elle, pointant une population de « bourgeois, bobos et retraités ». Un ancien jardinier communal est venu, dans l’espoir d’apercevoir Isabelle Balkany à son retour du tribunal, mais la première adjointe a été discrète. Loin de soutenir les époux, il dit son « dégoût » et son désaccord pour leur politique urbaine. « C’est une ville aseptisée, sans vie et pas belle », juge-t-il.

Mais d’autres, nombreux, sont sensibles aux rues propres, aux quartiers rénovés, aux animations régulières pour enfants et seniors. « On lui souhaite qu’il revienne vite », conclut une passante. Philippe et Rose-Marie acquiescent : « C’est un très bon maire. Il a un peu magouillé mais il n’en méritait pas tant. »

L’appel suspend les peines d’inéligibilité

Très peu de temps après l’annonce des condamnations, les opposants historiques au couple politique arpentent le parvis. « Ce jugement aggrave leur cas », estime le conseiller municipal Arnaud de Courson, divers droite, qui travaille à une alternative pour les élections municipales de mars. « La page se tourne, c’est la fin des Balkany », veut-il croire. Philippe Lhaute, de l’association des contribuables de Levallois-Perret, fustige un clientélisme extrême et espère « la fin d’un système qui a trop perduré ». A gauche, deux élues, Anne-Eugénie Faure (PS) et Dominique Cloarec (EELV), appellent à la démission des époux. « S’ils n’ont ni la morale ni l’éthique pour décider d’eux-mêmes de quitter leurs fonctions, il revient au gouvernement de les révoquer », écrivent-elles.


Lire la suite : Après la condamnation des Balkany, Levallois entre « dégoût » et soutien inconditionnel


Articles en Relation

De Balkany à Sarkozy, la droite empêtrée dans les affaires Après la condamnation du maire de Levallois-Perret le 13 septembre, plusieurs procès auront lieu en 2020, notamment celui des époux Fillon juste ava...
Les îles Eparses : des confettis administrés par la France en contentieux avec M... Antananarivo et Paris se disent prêts à régler leur litige sur la souveraineté de l’archipel. Mais la France ne veut pas « brader » sa suprématie su...
Condamnation de Patrick Balkany : Nicolas Sarkozy a « de la peine » pour son « a... L’ancien président de la République a exprimé son soutien au maire de Levallois-Perret et à son épouse. Nicolas Sarkozy a déclaré, samedi 14 septem...
Eric Zemmour et la haine télévisée Editorial du « Monde ». La retransmission sur LCI du discours du polémiste, pourtant déjà condamné pour « incitation à la haine raciale », est une i...
Le futur commissaire européen à la justice visé par des accusations de blanchime... Le ministre belge Didier Reynders est l’objet d’une enquête du parquet de Bruxelles. Les eurodéputés doivent l’auditionner prochainement. C’est peu...
Juges et politiques, la guerre des nerfs Depuis la rentrée, une série de décisions de justice a été prise à l’encontre des politiques. Ce bras de fer relance les tensions entre les deux pou...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA