Voici les 15 nouvelles séries à découvrir cet été

Loisirs

Il fut une époque où l'été était la saison des sempiternelles rediffs ou des sagas cheap. Cette époque est révolue, pour le meilleur (ceux qui ne partent pas) et pour le pire (ceux dont le métier consiste à critiquer des séries). Parce qu'il n'y a pas que «Game of Thrones» et «Twin Peaks» dans la vie, notre guide des nouveautés.

1. El Marginal (à partir du 26 juin, Canal+)

En échange de sa liberté, Miguel, un ancien flic incarcéré en Patagonie, accepte d’aider le juge Lunati à enquêter sur l’enlèvement de sa fille. Pour cela, il va devoir infiltrer la prison-favela de San Onofre, à Buenos Aires, véritable microsociété tenue par le gang des frères Borges, que le magistrat soupçonne d’être responsables du kidnapping.

Mais comme personne n’est au courant du deal, pas même l’administration pénitentiaire corrompue jusqu’à l’os, une fois que Miguel a rempli sa part du contrat, Lunati l’abandonne. Livré à lui-même, il va devoir trouver un moyen de sortir de cet enfer. Grand Prix du festival Séries Mania 2016, El Marginal est une fiction carcérale plutôt bien menée quoiqu’un peu longuette (on aurait préféré 10 épisodes resserrés au lieu de 13), qui n’est pas sans rappeler Oz par son âpreté et sa violence, donc âmes sensibles s’abstenir.

2.The Handmaid's Tale (à partir du 27 juin, OCS)

Une des séries de l’année, glaçante et terriblement actuelle. Dans un futur très (trop) proche, après le coup d’État d’une secte catholique, les États-Unis sont rebaptisés République de Gilead. Dans cette théocratie autoritaire où les rebelles (homos, dissidents politiques et religieux) sont exécutés et où la pollution a fait chuter drastiquement le taux de natalité, les femmes ont été privées de leurs droits et divisées en castes: les Épouses, mariées aux officiels qui dirigent le pays, les domestiques et les Servantes. Assignées aux riches couples, ces dernières ont pour unique mission de tomber enceintes par le biais de viols ritualisés. L’enfant né de ces grossesses forcées sera élevé par ses «propriétaires» et la Servante sera placée dans une autre maison.

État d’urgence, mutilations génitales, autodafé, retour aux valeurs dites «traditionnelles»… Ce 1984 féministe, écrit par la Canadienne Margaret Atwood en 1985, montre une dystopie d’autant plus terrifiante qu’elle est parfaitement crédible. The Handmaid’s Tale (La Servante écarlate, en VF) est un rappel douloureux que nos libertés ne sont pas des acquis inattaquables doublé d’une mise en garde: on ne pourra pas dire qu’on avait rien vu venir.

3.Biarritz Surf Gang (à partir du 30 juin, Studio+)

Ils étaient jeunes, ils étaient beaux, ils sentaient bon la wax et la binouze. Dans les années 1980, avant que le surf ne déferle sur l’Europe (vous l’avez?) et que les marques transforment le sport en gros business, une poignée d’accros se la donnait à Biarritz: la bande de la Grande Plage. Des tarés de la planche prodiges mais branleurs, qui gagnaient des titres raides bourrés, se battaient avec les Australiens venus leur «piquer» des vagues et régulièrement bannis de la fédération.

À travers des images d’archives et les témoignages des intéressés ou ceux qui les ont connus, ce docusérie en dix courts épisodes nous fait vivre les années folles de ces pionniers qui ont fait l’histoire du surf français, pour le meilleur et, pour certains, le pire.

4.Snowfall (à partir du 5 juillet, FX)

1983-1984. Il a suffi d’un an pour rendre L.A. accro. À travers les destins croisés de plusieurs angeleños (un ado, un agent de la CIA, un narcotrafiquant…), John Singleton, réalisateur et scénariste nommé aux Oscars pour le cultissime Boyz n the Hood (1991), revient sur l’épidémie de crack qui a transformé certains quartiers de Los Angeles en zones de guerre, avant de se propager à travers les États-Unis comme une traînée de poudre.

Un pitch prometteur, d’autant que Snowfall a fait appel à des consultants qui ont connu ces années sombres et que sont déjà annoncés derrière la caméra Dan Attias (Les Soprano, The Wire, Six Feet Under…) et Hiro Murai, clippeur de Childish Gambino et réal de la super léchée et Golden Globe-isée série Atlanta.

5.Will (à partir du 10 juillet, TNT)

Encore une série «historique» qui va faire hurler les profs d’histoire (de joie ou de fureur): Will commence pile pendant les «années perdues» du jeune Shakespeare, soit la période entre 1585 et 1592 où l’on perd sa trace, et donc sujettes à moult récits apocryphes. La vingtaine mais déjà marié et père de trois enfants, le futur dramaturge-star débarque à Londres, capitale du stupre et des possibles.

Avec Craig Pearce (co-scénariste de Baz Luhrmann sur Roméo + Juliette, Moulin Rouge! et Gatsby le Magnifique) aux manettes, on ne pouvait s’attendre à autre chose qu’un biopic chatoyant et rock, forcément. La série est tout de même réalisée par Shekhar Kapur, à qui l’on doit le superbe Elizabeth (avec Cate Blanchett), nommé 7 fois aux Oscars et lauréat d’un Bafta. Les sceptiques attendront de juger sur pièce; les fans de biopics romancés et de renaissance anglaise l’engloutiront comme un gros rainbow cake.

Lire la suite sur Slate.fr - Voici les 15 nouvelles séries à découvrir cet été

Articles en Relation

«Dans plusieurs années, les spectateurs de “Game of Thrones” seront satisfaits d... Le créateur de «Battlestar Galactica», Ronald D. Moore, a quelques conseils à donner aux auteurs de «Game of Thrones». L'épisode final de Game of Thr...

RECHERCHE LOISIRS PAS CHER

 

TOP CINE DVD

BONNES AFFAIRES LOISIRS

TOP LOISIRS