Victoria's Secret écrit la fin de son conte de fées

Economie

La vitrine d'un magasin Victoria's Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago. | Scott Olson / Getty Images North America / AFP  

Après des années de scandales et de déclin, la célèbre marque de lingerie se bat pour survivre à la crise du Covid-19.

Bien qu'elle soit connue pour fabriquer des produits destinés aux femmes, la marque Victoria's Secret fut créée à son origine en pensant aux hommes. Tout commença en 1977, lorsqu'un dénommé Roy Raymond souhaita acheter des sous-vêtements à sa femme. Il tenta de se rendre au rayon lingerie féminine d'un grand magasin, mais il s'y sentit mal accueilli et ne trouva rien qui puisse constituer un bon cadeau. Il dit qu'il n'y trouva que des «portants remplis de peignoirs en tissu éponge et de robes de nuits en nylon décorées de motifs floraux atroces».

Aussi, Raymond, qui était diplômé de Stanford, décida qu'il allait créer une boutique où les hommes se sentiraient à l'aise pour acheter de la lingerie aux femmes et où même les sous-vêtements du quotidien auraient une touche de glamour. Il baptisa sa boutique Victoria's Secret [«Le secret de Victoria»] en pensant que cela évoquerait d'une certaine manière le côté sexy d'un boudoir de l'époque victorienne. Située à Palo Alto, en Californie, cette première boutique était décorée de bois sombres, de tapis élégants et de draperies en soie. En 1982, Raymond avait déjà ouvert plusieurs autres boutiques dans la région de San Francisco et lancé un catalogue de vente par correspondance. Les ventes étaient correctes, mais Victoria's Secret peinait à trouver son équilibre financier.

C'est alors qu'arriva Les Wexner, un entrepreneur de Columbus, dans l'Ohio. Wexner avait lancé une chaîne de magasins de vêtements pour femmes baptisée The Limited et il trouvait que l'idée de Roy Raymond avait du potentiel. Même si Victoria's Secret perdait de l'argent, Wexner racheta l'entreprise un million de dollars. Après cela, la marque prit très vite son envol.

Dix ans après l'acquisition de Wexner, Victoria's Secret enregistrait des ventes annuelles de plus d'un milliard de dollars. Ses boutiques étaient partout. Ses produits stars, comme le soutien-gorge push-up Miracle Bra au début des années 1990, semblaient parfaitement correspondre à l'air du temps. Des millions de catalogues Victoria's Secret furent envoyés à travers les États-Unis. En 1995 fut inauguré le Victoria's Secret Fashion Show, défilé emblématique de la marque, qui devint rapidement un événement connu dans le monde entier. En 1998, Victoria's Secret détenait 14% du marché des sous-vêtements pour femmes et ce chiffre ne cessait de grimper. En 2002 fut lancée la marque dérivée Pink, à destination des adolescentes. Le succès fut encore au rendez-vous. En 2013, Victoria's Secret représentait près d'un tiers du marché de la lingerie. Les Wexner semblait vraiment détenir la formule du succès.

Une vague d'indignation

Victoria's Secret a bâti sa marque sur des images de corps sans défaut, qui atteignent un niveau de perfection tel qu'aucune femme au monde (pas même les mannequins des photos de la marque) ne pourrait l'atteindre dans la vraie vie. Cette stratégie s'avéra extrêmement payante durant des décennies... jusqu'à ce que plusieurs concurrents de la marque comprennent que les mentalités avaient évolué et que la société était prête à changer de culture. En 2014, une marque baptisée Aerie prit l'engagement de ne pas photoshopper les mannequins apparaissant dans son catalogue. Les photos non retouchées étaient assorties de slogans du type «Nous vous trouvons plus sexy en vrai».

Casey Crowe Taylor, qui a travaillé au service des relations publiques de l'entreprise raconte que «Quand Aerie a lancé sa campagne “No Photoshop”, quelqu'un de chez nous a levé la main pour demander si nous pourrions envisager un jour de le faire aussi. Ça a déclenché un éclat de rire général et puis on lui a suggéré de ne plus remettre l'idée sur le tapis au risque de se faire virer.»

Quelques années plus tard, Rihanna lança une nouvelle marque, qui fit apparaître une femme à la grossesse bien avancée dans son défilé de lingerie. D'autres marques firent appel à des mannequins trans, seniors ou grandes tailles. Mais le succès à 7 milliards de dollars de Victoria's Secret s'était construit autour d'un type de fantasme très spécifique: des top models, des photos glamour, des ailes d'ange et des soutiens-gorge incrustés de diamants. La marque ne comptait pas abandonner tout cela.

Peu de temps avant le défilé de 2018, qui s'avéra être le dernier pour Victoria's Secret, son directeur du marketing, Ed Razek, donna une interview au magazine Vogue. Lorsqu'on lui demanda si sa société pourrait envisager de faire défiler des mannequins différents, Razek rejeta l'idée. Il affirma que faire défiler des mannequins grandes tailles ne présentait pas d'intérêt et qu'il ne pensait pas que le défilé de Victoria's Secret devait inclure des mannequins trans, parce que le spectacle devait être, selon lui, un «fantasme».

Ces commentaires soulevèrent une vague d'indignation et Razek quitta la société l'année suivante. À peu près à la même période, Victoria's Secret embaucha pour la première fois un mannequin trans afin de promouvoir sa ligne Pink. Mais malheureusement pour la marque, ce fut au tour de Les Wexner, l'homme qui avait racheté la marque en 1982 et la dirigeait depuis, d'apparaître au cœur d'un scandale...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Victoria's Secret écrit la fin de son conte de fées

 

Articles en Relation

La crise du Covid-19 peut-elle offrir un nouveau départ à la mode? Au défilé automne-hiver 2020-2021 de Givenchy, le 1er mars 2020 à Paris. | Lucas Barioulet / AFP  La pandémie invite les secteurs du prêt-à-port...
L'industrie des croisières est-elle sur le point de baisser pavillon? Des paquebots de croisière attendent l'autorisation de débarquer dans la baie de Manille, aux Philippines, le 31 mai 2020. | Ted Aljibe / AFP  L...
Ce n'est pas parce que l'économie va mieux qu'il faut se croire tiré d'affaire Le nouveau Premier ministre et le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, vont devoir faire face à une situation économique post-confin...
La réforme du franc CFA est une « étape essentielle », selon le FMI L’institution de Bretton Woods salue l’annonce la modernisation des accords monétaires qui lient la France et l’Union économique ouest-africaine. L...
Modere, avatar 2.0 des réunions façon Tupperware L’entreprise américaine, dont le modèle combine vente directe et marketing multiniveau, connaît un succès discret mais fulgurant en France. Où va l...
La deuxième vague de Covid-19 risque de faire très mal à l'économie Emmanuel Macron au centre hospitalier René-Dubos de Pontoise, dans le Val-d'Oise, le 23 octobre. | Ludovic Marin / AFP / POOL  On commence à mes...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA