Victoria Beckham période Spice Girls, la vraie icône mode de 2020

Mode

Les Spice Girls en concert, à Istanbul, le 18 octobre 1997. | Spice Girls Limited 1997 / Reuters Pool / AFP  

Avec la polémique autour du crop top, il est plus que temps de se poser la question: et si finalement la mode des années 2020 n'était pas simplement celle des années… 1990?

C'est la polémique textile de ces dernières semaines: le crop top est-il ou non républicain? Le… quoi? Le «crop top», littéralement «haut coupé», ce morceau de tissu taillé généralement au-dessus du nombril qui fait frémir Alain Finkielkraut et Jean-Michel Blanquer –et enchante les lycéennes de France et de Navarre (plus de cinq millions d'occurrences sur Instagram).

Découvert ces dernières semaines par Natacha Polony (voir le sondage IFOP republié par Marianne qui a mis le feu aux poudres) et des commentateurs politiques soudainement habités par l'esprit de Cristina Cordula, le crop top n'est pourtant pas nouveau. Scoop, il a eu son heure de gloire dans les années 1990.

La décennie du nombril

Souvenez-vous, les années 1990. Les réseaux sociaux n'existaient pas, pas plus que Netflix, et Donald Trump était encore cet homme d'affaires vulgaire et arriviste (ah finalement, comme en 2020). À l'époque, le cool se trouvait dans les films de Quentin Tarantino, les disques de Nirvana ou Massive Attack, et les looks de célébrités comme Kate Moss, Winona Ryder, Julia Roberts ou Cameron Diaz. Le moment était grunge, mais aussi R&B et hip-hop, et les Spice Girls dominaient le pop game (80 millions d'albums vendus dans le monde).

Les Spice, ces cinq gamines venues de nulle part et leur antienne féministe «girl power» allaient rapidement imposer une imagerie bitchy-sucrée nouvelle. Mais surtout, un style à base de plateformes shoes, de coiffé/décoiffé savamment gélifié, et de… crop top. Oui, les Spice Girls montraient tout le temps leur ventre, forcément lisse et galbé, voire même avec des abdominaux saillants, pour ce qui est de Mel C (Sporty Spice).

Car dans les années 1990, le ventre est partout dans la pop, que ce soit dans les clips des pop lolitas Christina Aguilera («Genie in a Bottle», 1999), Britney Spears («Baby One more Time», 1998), chez les Destiny's Child ou encore les All Saints (le pendant street des Spice Girls).

Si les stars des nineties dénudent leurs ventres parfaits en toute quiétude, le nombril devient alors une zone érogène –sans que cela ne gêne personne, et surtout pas les proviseurs de l'époque.

Cachez ce nombril…

Pourquoi la vision d'un ombilic est-elle si dérangeante, finalement? Et surtout, de quoi le nombril est-il le nom? À en croire les Pères de l'Église, il serait le symbole du désir féminin, ce qui le frapperait d'un tabou puissant. On trouve dans le Cantique des cantiques un véritable hymne au nombril féminin: «Ton nombril est comme une coupe bien arrondie où le vin parfumé ne manque pas. Ton ventre est comme une meule de blé bordée de lis» (7:3). Ce passage biblique enflammé sera abondamment commenté par les auteurs ecclésiastiques, qui feront alors du nombril le lieu de la libido féminine, voire de la luxure.

Si le sein s'est dévoilé dès le Moyen-âge, le ventre est longtemps resté peu montré, associé à la maternité. On peut pourtant voir des nombrils dans l'art, déjà à la Préhistoire, notamment sur les Vénus (voir celle de Willendorf, environ 24.000 ans avant notre ère).

Pour Yvane Jacob, autrice du livre Sapés comme jadis (Robert Laffont), «avant le XXe siècle, il n'a jamais été question de montrer son nombril en Occident, alors qu'en Inde par exemple, le choli dévoile le ventre depuis des siècles. Si on aperçoit quelques nombrils il y a cent ans en Europe, ce sont surtout ceux des “danseuses exotiques” comme Colette ou Mata Hari. On est là dans le pur fantasme orientaliste.»

Yvane Jacob relève que c'est d'abord grâce aux costumes de bain des années 1940 que les vêtements laissant apparaître le nombril font irruption dans la garde-robe des femmes. Viendra ensuite l'explosion du bikini, au milieu des années 1940, qui banalisera à jamais la zone ombilicale. Par la suite, le nombril se montrera en fonction des modes, notamment dans les années 1960 et 1970, via la vague hippie, inspirée par les voyages de la jeunesse en Orient.

Mais revenons au crop top. Qui est-il, quels sont ses réseaux? Et par quelle diablerie est-il de retour? Pour Yvane Jacob, le crop top n'est finalement que la partie émergée de l'iceberg nineties. Car à y regarder de plus près, ce sont bien plus que des «signaux faibles» qui nous amènent à conclure que cette décennie stylistiquement chargée est pleinement de retour par la fenêtre.

Lire la suite de cet Articles sur Slate.fr - Victoria Beckham période Spice Girls, la vraie icône mode de 2020

Articles en Relation

Skinny or not skinny, l'épineuse question de la bonne forme de jean post-pandémi... Slim, baggy, coupe droite, flare, large, tonneau, boot-cut, patte d'eph, à revers, effilochés, asymétrique, patchwork... | lan deng via Unsplash ...
En mode, l'accessoire est devenu l'essentiel Défilé Balmain automne-hiver 2020-2021, le 28 février 2020 à Paris. | Anne-Christine Poujoulat / AFP Les sacs à main et chaussures n'ont plus une sim...
Le masque, un accessoire de mode qui refait surface Des masques protecteurs de mode exposés au studio de couture de Wolfgang Schinke, à Krefeld, dans l'ouest de l'Allemagne, le 22 avril 2020. | Ina Fass...
Comment Jennyfer est passé d'une marque bas de gamme à nouvelle icône des ados En 2019, alors que la marque n'avait pas fait de publicité depuis vingt ans, elle lance la campagne «Don't Call Me Jennyfer». | Sia Kambou / AFP ...
Nike Air Max 90 Blanc/Platine pur/Éruption solaire/Noir - Baskets Femme Nike Nike Store France - Nike Air Max 90 Blanc/Platine pur/Éruption solaire/Noir Nike Air Max 90 Blanc/Platine pur/Éruption solaire/Noir pas ...
Nike Air Max 2090 Blanc sommet/Rouge sirène/Blanc/Noir - Baskets Femme Nike Nike Store France - Nike Air Max 2090 Blanc sommet/Rouge sirène/Blanc/Noir Nike Air Max 2090 Blanc sommet/Rouge sirène/Blanc/Noir pas ch...

SOLDES VETEMENTS

PROMOTION VETEMENT