Victimes de cyber-harcèlement, des utilisatrices de Curious Cat sonnent l'alarme

Internet

«Quand on reçoit “je vais te violer, te tuer”, c'est de suite réel.» | Peter Bucks via Unsplash

Depuis parfois plus d'un an, de nombreuses jeunes femmes reçoivent des menaces de viol, de mort ou de torture. Face à l'inaction du réseau social, certaines se tournent vers la justice.

Dans leurs boîtes de réception, le sordide s'ajoute à la violence. «T'ouvrir la trachée avec une paire de ciseaux et te laisser t'étouffer dans ton sang. J'ai eu une érection.» «Si ton père et un de tes cousins pouvaient te violer et te démembrer après, ce serait super.» «Honnêtement, j'aurais grave kiffé te tordre le cou, tu as l'air toute fragile.»

La première fois que Camille découvre ce genre de messages sur son compte Curious Cat, c'est en mai 2019. Le réseau social permet à des internautes, parfois anonymes, de poser des questions à des personnes inscrites sur le site, qui peuvent ensuite y répondre. Mais ces échanges ont pris une drôle de tournure: «Je me souviens avoir été surprise d'avoir une trentaine de notifications. Puis j'ai vu les menaces, toutes envoyées à la même heure, et j'ai déchanté.» 

Fanny a reçu exactement le même message que Camille, celui sur les ciseaux. Elle aussi subit ces horreurs sur Curious Cat depuis plus d'un an.

Signalements restés lettre morte

En tout, elles sont au moins une cinquantaine de jeunes femmes, habitant en France ou Belgique, à être victime de ce harcèlement en ligne. Il provient probablement du ou des même(s) auteur(s): contenus similaires, voire copier-coller, mêmes heures ou jours d'envoi...

«Avant d'apprendre que l'on était des dizaines à être ciblées, j'étais extrêmement angoissée, car je pensais que c'était une attaque personnelle», se souvient Marjorie, qui a désactivé son compte pendant un temps.

Évidemment, les utilisatrices ont signalé ces contenus à la plateforme, «mais rien n'y fait», soupire Camille. «J'ai contacté Curious Cat pour que des mesures soient prises, je n'ai eu qu'un message automatique qui m'invitait à bloquer la personne et à supprimer le message. Sauf que le blocage ne fonctionne pas sur Curious Cat, alors les messages ne s'arrêtent pas», déplore Fanny.

Contacté, le réseau social rappelle que son application «permet à des utilisateurs complètement anonymes de poser une question; ils n'ont pas besoin de compte pour le faire. De fait, il est possible de contourner les blocages. C'est pourquoi nous avons mis en place des mesures spécifiques pour nos utilisateurs. S'ils activent une option dans leurs paramètres de sécurité, ils peuvent ne recevoir que des messages venant de personnes ayant un compte. S'ils le font, ces messages devraient, dans leur grande majorité, arrêter d'arriver.» Le site, détenu par la société Vonvon Inc., basée en Corée du Sud, recommande également de porter plainte.

Forces de l'ordre peu sensibilisées

C'est là que le bât blesse. Une partie des victimes a tenté de déposer plainte. Cela n'a pas été une mince affaire, comme le raconte Anolli: «La policière m'a dit que ça ne servait pas à grand-chose car c'est anonyme, puis elle a suggéré qu'il s'agissait d'un ex jaloux, puis qu'il fallait supprimer mon compte.»

Même parcours du combattant pour Naomy, qui a dû montrer au gendarme de l'accueil la violence des messages et la vidéo de meurtre qu'elle avait reçue pour enfin être prise au sérieux.

Ces difficultés n'étonnent pas maître Éric Morain, qui représente l'une des victimes des menaces sur Curious Cat et a défendu la journaliste Nadia Daam, la secrétaire d'État Marlène Schiappa et l'actrice pornographique Nikita Bellucci, également victimes de harcèlement sur les réseaux sociaux.

«Les forces de l'ordre ne sont pas du tout sensibilisées à la question du cyber-harcèlement. [...] Du début à la fin de la chaîne pénale, il y a une méconnaissance des enjeux», souligne-t-il.

L'avocat compare la situation avec la prise en charge des violences conjugales psychologiques, qui peinent à être comprises par les agents. Il est scandalisé que certaines femmes se voient répondre: «S'il passe à l'acte, revenez nous voir.» «De un, ce n'est pas la loi. De deux, qu'est-ce que c'est que ce discours d'attendre le drame avant de réagir?»

Plusieurs victimes du ou des harceleur(s) de Curious Cat ont renoncé à porter plainte par peur des réactions des forces de l'ordre....

Lire la suite de cet Artcile sur Slate.fr - Victimes de cyber-harcèlement, des utilisatrices de Curious Cat sonnent l'alarme

Articles en Relation

Le chemin de croix des humoristes 2.0 sur Facebook L'humour de la page «Complots faciles pour briller en société» semble rester obscur pour la modération automatique de Facebook comme pour celui de ses...
Plusieurs services de rencontre pointés du doigt pour défaut de protection des d... Les conclusions d'une enquête norvégienne alertent sur l'usage que font plusieurs sites de rencontre des données personnelles de leurs utilisateurs, e...
Profitant du confinement, des hackers antisémites s'invitent sur Zoom Le logiciel contient des failles de sécurité. | Antdrew Neel via Unsplash Des internautes ont diffusé à plusieurs reprises des images pédopornog...
L'économie vous aide à comprendre vos chances sur les sites de rencontres Selon les données collectées en ligne, les hommes auraient tendance à rechercher des partenaires plus petites, plus jeunes et moins diplômées qu'eux. ...
Votre chat est plus intelligent qu'une IA Qui est vraiment le plus futé, l'animal ou la machine? | Catherine Heath via Unsplash Si l'intelligence artificielle peut nous émerveiller ...
L'algorithme de Google change pour mieux nous comprendre Bienvenue à BERT, «le plus grand bond en avant des cinq dernières années» pour Google. | Josh Edelson / AFP Grâce à BERT, le moteur de rech...

FOTOLIA BANQUE D'IMAGES

Fotolia  

PARTENAIRES INTERNET

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA