Une costumière de séries télé nous raconte les coulisses du métier

Vidéo

Katie Irish est la costumière de The Americans. | Capture d'écran via YouTube

Les costumes jouent un rôle fondamental dans le succès d'un film ou d'une série télé. Katie Irish, la costumière de «The Americans», nous en dit plus ce métier de l'ombre.

On leur accorde souvent moins d'attention qu'à la mise en scène ou aux dialogues, pourtant, les costumes occupent une place essentielle dans la production d'un film ou d'une série télé. Leur rôle est à la fois pratique (reproduire les tenues et l'atmosphère de l'époque décrite) et symbolique (créer l'identité visuelle d'un personnage et traduire son évolution).

Katie Irish est costumière de séries télé. Entre 2013 et 2018, elle a travaillé sur l'excellente The Americans (disponible sur Amazon Prime Video). Créée par Joel Fields et Joe Weisberg, la série suit la relation complexe de deux agents du KGB infiltrés aux États-Unis dans les années 1980. Derrière ses scènes d'action palpitantes et sa nostalgie eighties, The Americans dresse le portrait d'un couple de plus en plus usé par la Guerre froide et la violence de leurs missions.

À l'occasion d'un podcast sur l'importance des costumes dans les séries télé, nous avons pu discuter avec Katie Irish de son quotidien de costumière, son travail sur The Americans, ou encore les nouveaux défis que représente la pandémie.

Quelle est la plus grande idée reçue sur votre travail?

Je pense que la plus grande idée reçue, surtout pour les séries contemporaines, c'est que les acteurs débarquent sur le plateau en portant leurs propres vêtements (rires). Qu'on leur dit juste «??????Oui, si tu pouvais te ramener avec un jean noir et un t-shirt, ça serait super» et que notre travail s'arrête là.

Elizabeth Jennings. | Capture d'écran

Pour les séries d'époque, je pense que les gens comprennent un peu mieux l'intérêt des costumes. Si on regarde la série La Chronique des Bridgerton par exemple, pour laquelle la costumière Ellen Mirojnick a fait un travail incroyable, ce n'est pas comme ça que les gens s'habillent aujourd'hui, donc le rôle d'un costume designer est plus facile à comprendre ici. Mais pour The Americans, on se souvient bien de cette période, je me souviens que ma mère s'habillait comme ça... donc dès qu'on voit des vêtements que l'on porterait nous-même, ou que l'on a vu nos proches porter, ça n'est plus un métier pour les gens.

Les tenues dans The Americans sont très éloignées de ce qu'on attend d'une série se déroulant dans les années 1980, il n'y a pas beaucoup de couleurs, on est plus souvent dans des tons de marron ou de gris… Est-ce que c'était une volonté dès le départ de s'éloigner des clichés?

J'ai commencé à travailler sur la série en tant qu'acheteuse pendant la saison 1, puis j'étais l'assistante costumière pendant les saisons 2 et 3. Et oui, ils avaient vraiment choisi cette palette pour que ça ne soit pas, comme vous le dites, ce à quoi on s'attend avec les années 1980. Mais il faut aussi prendre en compte le fait que la série démarre en 1980, et 1980 c'est encore la continuité des années 1970. Pour n'importe quelle décennie, les trois ou quatre premières années sont le dernier souffle de ce que l'on associait à la décennie précédente.

La palette sombre de la série. | Capture d'écran

Et puis, ça se situe à Washington D.C., qui a toujours été un lieu plus traditionnel en termes de tenues. Je pense que le travail d'une costumière est de servir le récit, et au final, notre récit était très sérieux. Ça ne veut pas dire qu'il n'y avait pas de moments légers et qu'on ne s'est pas amusés avec quelques costumes très eighties, mais c'était avant tout l'histoire de deux personnes qui tentent de faire survivre leur mariage malgré un travail vraiment éprouvant, ce qui ne se prête pas vraiment à beaucoup d'épaulettes, de gants en dentelle et de bracelets en cuir tels qu'on les associe à la période.

Dans la série, les personnages portent très souvent des déguisements, et même dans leur tenue de «tous les jours», Philip et Elizabeth sont plus ou moins déguisés puisqu'ils doivent cacher leur véritable identité. Y avait-il des challenges spécifiques liés à ces différentes strates de costumes et de déguisements?

Toujours. Au fur et à mesure, les déguisements sont devenus de plus en plus élaborés. Dans le premier épisode de la dernière saison, dans le montage d'ouverture, Elizabeth enchaîne au moins cinq déguisements différents en deux minutes....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Une costumière de séries télé nous raconte les coulisses du métier

Articles en Relation

Les 20 meilleures séries de 2020 Au programme: Better Call Saul, Unorthodox, I May Destroy You... | Captures d'écran via YouTube  De «I May Destroy You» à «Servant», t...
Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021 Avec, entre autres, WandaVision, Little Birds, The Good Lord Bird, En Thérapie. | Captures d'écran via Youtube / Montage Slate.fr  Cette année, ...
«I May Destroy You», le trauma du viol en plein écran L'héroïne se réveille un lendemain de soirée avec une blessure au front et tente de se remémorer les événements. | Capture d'écran via YouTube Michae...
12 séries flippantes pour se mettre dans l'ambiance d'Halloween L'effrayant Bob dans Twin Peaks. | Capture d'écran via YouTube Et comme on est sympas, on les a même classées de la moins à la plus effraya...
La vraie reine des échecs avant le «Jeu de la dame», c'est Judit Polgár Avant Beth Harmon dans «Le Jeu de la dame», il y avait Judit Polgár. | Capture d'écran via YouTube Sacrée grand maître à l'âge de 15 ans et seule fem...
«Falcon et le soldat de l'hiver», les super-héros en proie au deuil Falcon et le soldat de l'hiver pose la question de savoir ce que ça fait de revenir à la vie après cinq ans d'absence. | Capture d'écran Marvel FR via...

TOP VIDEO EN LIGNE

BONNES AFFAIRES LOISIRS