«Un an de relation, trois confinements avec mon mec. Comment est-ce qu'on existe au-delà de ça?»

Sociétés

Le confinement a permis de remettre au goût du jour le fait de rester tranquille chez soi. | Jimmy Dean via Unsplash  

En mars 2020, nous avions donné la parole à trois couples naissants qui avaient décidé de se confiner ensemble. Aujourd'hui, certains sont encore amoureux, d'autres pas.

«Si on n'avait pas vécu le confinement ensemble, notre couple n'aurait pas marché à distance comme c'est le cas aujourd'hui», estime Tom, 21 ans. Le jeune homme est avec Martin, 28 ans, depuis le début de la pandémie, en mars 2020. S'il n'y avait pas eu le virus, ils n'auraient jamais emménagé si rapidement tous les deux, c'est pourtant ce qu'ils ont fait seulement trois semaines après leur rencontre dans une association où ils sont bénévoles. Un an et quatre mois plus tard, ils sont toujours amoureux et vivent entre deux continents.

Nous avions écrit sur ces jeunes couples qui, comme Tom et Martin, ont été confrontés à une cohabitation inattendue et à durée indéterminée liée au Covid. Un coup d'accélérateur exceptionnel, aussi romantique que risqué. Que sont devenus ces amours nés entre quatre murs? Quelles ont été les conséquences du déconfinement sur ces relations?

Si on savait déjà que le confinement avait provoqué une hausse des divorces en Chine, la France semble aussi avoir été touchée par des ruptures en cascade. Selon un sondage IFOP-Charles publié en mai 2020, un couple sur dix dit s'être éloigné après le premier déconfinement, tandis que 4% évoquent une rupture définitive. Quid des jeunes couples? Selon François Kraus, directeur du pôle politique/actualité à l'IFOP, les séparations sont encore plus nombreuses quand le duo est récent. Ce sont «sans doute les plus fragiles. Pour eux, le confinement a été un poison et non un ciment», précise-t-il au Parisien.

Un effet loupe grossissante

C'est ce qu'il s'est passé pour Francesca* et Jonathan* , 27 et 29 ans, qui s'étaient rencontrés lors d'une fête et entretenaient une relation à distance avant de se confiner ensemble. Au début, le quotidien de couple dans l'appartement rennois de Jonathan leur plaisait. «Je n'avais jamais eu ce niveau-là d'intimité avec un mec», nous disait la chercheuse parisienne Francesca. Mais le confinement a aussi eu un effet de loupe grossissante pour ceux qui ne se connaissaient pas assez et qui ont découvert plus vite que prévu leurs incompatibilités. «Au déconfinement du 11 mai 2020, j'étais trop contente de rentrer chez moi à Paris, se remémore la jeune femme. On ne s'est pas vu pendant trois semaines et il ne m'a pas manqué. Quand il m'a annoncé qu'il venait me voir un week-end, ça me faisait limite chier.» 

S'ensuivit une fin de semaine tendue, et la décision de rompre. «Je pense que, dans le fond, je savais que je ne voulais pas passer des années avec lui. Mais à distance, c'est facile de se le cacher, tu ne vis que des moments beaux et forts. Au quotidien, je me suis rendue compte qu'on s'est soutenus comme des amis, pas comme des amoureux. On faisait nos vies côte à côte, comme des colocs, sans passion.» Elle estime aujourd'hui que cette période de proximité forcée a permis de précipiter une rupture qui aurait eu lieu un jour ou l'autre.

Francesca retient une autre note positive de cette expérience. «Pour se quitter, on a marché 11 kilomètres le long du canal près de chez lui et on a discuté des heures, sans s'engueuler, de pourquoi on s'est aimés, pourquoi on ne s'est pas aimés. D'habitude, je balance “ciao, tu me saoules”. Mais là, c'était presque beau. Ça a été permis par la complicité qu'on a forcément développée après avoir été collés l'un à l'autre pendant deux mois.»

«Quelque chose de commun»

Pour Tom et Martin, qui se sont rapidement manqué après le déconfinement, cette facilité à communiquer acquise pendant les mois confinés a été salvatrice. Alors que le 11 mai 2020, Édouard Philippe, Premier ministre de l'époque, annonçait un retour progressif à la vie normale, Martin, haut fonctionnaire, apprenait qu'il devait partir vivre à l'étranger pour son travail. En couple depuis seulement cinq mois, les deux hommes ont tout de même décidé de rester ensemble et de se rendre visite tous les deux à trois mois, sans faire de plans sur la comète....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - «Un an de relation, trois confinements avec mon mec. Comment est-ce qu'on existe au-delà de ça?»

Articles en Relation

Pendant ces vacances, riez, mais surtout, ennuyez-vous Demandez-vous au moins une fois par jour de quoi vous auriez envie ou besoin. | Piyapong Saydaung via Pixabay Depuis le déconfinement,...
C'est pas votre vie qui est nulle, c'est le couvre-feu Parce que la première gorgée de bière est meilleure en terrasse que dans un canapé. | United Nations COVID-19 Response via Unsplash Aller a...
Soirées à la maison, bamboches clandestines, apéros sauvages... La fête se réinv... Les fêtes sont loin d'être au point mort malgré le Covid. | Baptiste MG via Unsplash Dans les lieux clandestins, sur le trottoir ou en apparteme...
Raclettes party, dates Tinder... les petites entorses des Français au confinemen... Le bien-être de la population française a été mis à mal pendant les confinements. | Scott Warman via Unsplash Afin de rompre leur isolement et a...
On ne vit pas si mal avec un masque, on en deviendrait même à l'aise Porter un masque brouille nos repères, mais ne pas montrer sa bouche expose moins socialement. | Gabriella Clare Marino via Unsplash Nous vivons sous...
Quand la solitude choisie devient un fardeau au fil des confinements Cette période de crise sanitaire peut être douloureuse malgré des conditions matérielles idéales au quotidien. | Khamkéo Vilaysing via Unsplash  ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA