Trump n'a aucune idée de ce qu'il fait en matière de diplomatie

Sociétés

Le New York Times vient de consacrer un remarquable article aux récentes négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis. Telle est sa conclusion: l’enjeu était de taille, mais l’administration Trump s’est ratée dans les grandes largeurs.

Je ne suis pas un spécialiste des questions chinoises mais je connais bien le domaine des négociations diplomatiques, ayant fait partie de l’équipe dirigée par l’ex-secrétaire d’État John Kerry qui, de 2013 à 2014, a tenté (sans succès) de négocier un accord de paix entre les Israéliens et les Palestiniens. Je n’étais pas dans l’équipe qui a négocié l’accord sur le nucléaire iranien, mais dans le petit groupe interagence qui a travaillé sur la question avant que les négociations ne deviennent sérieuses (et qui les a suivies de très près ensuite).

C’est fort de ces expériences que j’ai étudié l’affaire des négociations commerciales avec la Chine, et une chose m’a frappé: l’équipe économique du président Donald Trump a échoué à tous les tournants. Chaque étape s’est soldée par une erreur grossière. Le secrétaire du Trésor Steven Mnuchin, le représentant au Commerce Robert Lighthizer, le conseiller sur les politiques commerciales et industrielles Peter Navarro, le conseiller économique Larry Kudlow et le secrétaire du Commerce Wilbur Ross nous ont offert un cas d’école: en termes de négociations internationales, ils ont fait l’exact inverse de ce qu’il fallait faire.

Absence de préparation

 

Une bonne négociation internationale se prépare bien avant le jour J: il faut s’assurer que toute l’équipe est sur la même longueur d’onde et c’est loin d’être simple. Les questions abordées sont souvent complexes (qu’il s’agisse du commerce avec la Chine ou du nucléaire iranien). Les hauts fonctionnaires américains sont rarement d’accord quant à la meilleure marche à suivre, mais c’est une bonne chose: c’est la marque d’un processus décisionnel sain et solide. La préparation passe par des rencontres interagences organisées par les responsables de la sécurité nationale: les représentants des différentes agences se réunissent, délibèrent et finissent par définir les contours de la stratégie et des positions américaines. Ensuite, les négociateurs sont envoyés sur le terrain et tentent de trouver un accord. En cas d’impasse inextricable, ils appellent Washington pour recevoir de nouvelles instructions, ou reviennent au pays pour une nouvelle séance de délibérations.

Plusieurs représentants de l’administration Trump ont participé aux discussions portant sur les négociations commerciales avec la Chine. De toute évidence, leurs désaccords furent nombreux, si bien qu’au final, une seule personne pouvait se permettre de trancher: Donald Trump lui-même. Malheureusement, le président ne s’intéresse pas à ce genre de subtilités, et tranche donc rarement. Il se contente souvent de donner raison à son dernier interlocuteur. De ce fait, l’administration n’a pas eu le temps de résoudre ses désaccords en amont et l’équipe américaine est arrivée à la table des négociations sans position unifiée. 

Le président Obama adoptait une approche diamétralement opposée: il étudiait les dossiers –notamment celui du nucléaire iranien– dans les moindres détails. Certains diront à juste titre que cette stratégie pouvait déboucher sur du micro-management. Mais les diplomates connaissaient généralement la position du président; ils savaient jusqu’où pousser les négociations, et quand demander de nouvelles directives.


Lire la suite : Trump n'a aucune idée de ce qu'il fait en matière de diplomatie


Articles en Relation

Le catch féminin, ou l'histoire d'une prise de pouvoir Sasha Banks (droite) et Charlotte Flair (gauche) lors d'un cambat organisé par la WWE à Munich, le 3 novembre 2016. | Christof Stache / AFP  Il ...
Le retour de «Caméra Café» a-t-il encore du sens en 2021? Le temps des cafés (et des chemises rayées...). | Capture d'écran via YouTube «Caméra Café» est censé revenir pour un épisode événement fin 2021. Est...
Le port du masque aura-t-il raison du maquillage? C'est surtout le rouge à lèvres qui fait grise mine, depuis qu'il n'a plus l'occasion de remplir sa fonction. | Ani Kolleshi via Unsplash L'obli...
La «fête des célibataires», le plus gros jour de shopping qui épargne (encore) l... Le célibataire, targetté comme un pantouflard obsédé, est devenu un cœur de cible privilégié. | Thomas Lefebvre via Unsplash Tous les ...
«Fédération galactique» et télépathie: ces militaires qui croient aux extraterre... Pour comprendre certains phénomènes aérospatiaux non identifiés, l'armée américaine a relancé une task force. | Stephen Leonardi via Unsplas...
Annecy et Bayonne ou l'exode urbain des classes sociales aisées «Après plusieurs vacances en Haute-Savoie, nous nous projetions très bien à Annecy de par la proximité des montagnes, le lac pour les baignades estiva...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA