Thomas Cook : la filiale française du voyagiste demande son redressement judiciaire

Economie

Le voyagiste hexagonal assure que « plusieurs repreneurs potentiels sérieux ont déjà fait part de leur fort intérêt » pour leur filiale.

Thomas Cook France refuse d’être entraînée dans la chute de sa maison mère. La filiale a fait part mardi 24 septembre de son intention de demander son placement en redressement judiciaire, au lendemain de l’annonce de la faillite de la société britannique. « L’objectif est d’assurer la continuité de l’activité de l’entité française et d’avancer rapidement sur une solution de reprise sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre », indique Thomas Cook France dans un communiqué.

Sur les 22 000 employés du voyagiste, les 9 000 basés au Royaume-Uni, et donc dépendants de la maison mère, devraient perdre leur emploi. Mais les filiales étrangères pourraient éventuellement être vendues ou préservées. « A ce jour, plusieurs repreneurs potentiels sérieux du secteur du tourisme ont déjà fait part de leur fort intérêt pour Thomas Cook France », affirme le communiqué de l’entreprise qui précise que cette demande « vise à préserver au mieux les intérêts de l’entité française, de ses collaborateurs, de ses clients et de ses partenaires ».

Près de 800 salariés français

Le voyagiste hexagonal et son tour-opérateur « maison » Jet Tours font voyager quelque 300 000 personnes chaque année. Il emploie 780 salariés et exploite 172 agences de voyage en propre, ainsi qu’un réseau de 250 agences franchisées qui sont indépendantes financièrement et juridiquement, donc non concernées par la cessation de paiements. En Belgique, 75 emplois vont être supprimés à cause du dépôt de bilan de deux filiales sur trois mais le réseau d’agences qui emploie 80 % des quelque 600 employés du groupe dans le pays sera préservé.

Thomas Cook France assure qu’« à court terme, la principale priorité » reste les 9 620 touristes français actuellement en vacances. Elle a fourni un numéro d’urgence (01-45-05-40-81) et recommandé à ses clients qui devaient voyager dans les jours suivant ne pas prendre le départ afin « d’éviter davantage de difficultés ».

Thomas Cook, qui existait depuis 178 ans, a mis la clé sous la porte du jour au lendemain après avoir échoué au cours du week-end à trouver des fonds nécessaires pour sa survie. Les autorités doivent maintenant organiser le retour de quelque 600 000 clients en vacances dans le monde. Le voyagiste très lourdement endetté a vu son horizon s’assombrir ces dernières années à cause de la concurrence acharnée des sites internet de voyages à bas prix et de la frilosité de touristes inquiets du Brexit notamment.


Source : Thomas Cook : la filiale française du voyagiste demande son redressement judiciaire


Articles en Relation

En France, la confiance remonte mais la croissance stagne Le PIB a plafonné à 0,2 % au deuxième trimestre. Les ménages, bien que plus optimistes, consomment peu. Est-ce les beaux jours, la trêve estivale d...
Faute de touristes étrangers, les vacanciers français sauvent la saison La baisse du nombre de touristes étrangers, notamment britanniques, a été compensée par les clients locaux, plus nombreux et dépensiers. Les pieds ...
La Chine, alliée de la France par défaut Le président Macron aurait manifestement préféré s’appuyer sur les Etats-Unis pour peser sur la Chine mais, malgré ses efforts de séduction, il n’es...
La chimie du végétal réveille les anciennes terres du charbon Soutenue par Bpifrance, la biotech Metex construit une usine dans la région sinistrée de Saint-Avold, en Moselle. Tout un symbole. C’est au pied de...
La France et le Panama vont créer un groupe spécial contre l’évasion fiscale Le pays d’Amérique centrale est toujours considéré par Paris comme un paradis fiscal après le scandale des « Panama Papers » en 2016. Le ministre f...
En Ile-de-France, le passe Navigo et les tickets de métro désormais disponibles ... Le service est dans un premier temps uniquement proposé aux abonnés Orange et aux utilisateurs de smartphones Samsung. Accéder aux quais de métros ...

PLUS D'ARTICLES


ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA