Six films à ressortir des piles de DVD jamais vus

Vidéo

Kidlat Tahimik, auteur, réalisateur, caméraman, monteur et interprète d'un film inclassable venu des Philippines et des années 1970, et qui n'a pas pris une ride, Perfumed Nightmare. | Megaphone 

Loin des algorithmes et des stratégies promotionnelles, et en attendant de pouvoir retourner au cinéma, quelques trouvailles heureuses dans la malle aux DVD.

Confinement, salles fermées, voyages impossibles m'ont offert en guise d'étrennes la possibilité de faire du rangement dans les strates de livres, documents et autres objets accumulés depuis des années. Parmi eux, des films. Plus exactement des DVD reçus et jamais vus, manque de temps, absence d'actualité à l'époque, oubli ensuite.

«Ranger» ici signifiait, enfin, les regarder. Des bonnes et des mauvaises surprises, des objets restés depuis invisibles, faute de distribution ou de diffusion, mais aussi des découvertes heureuses, et accessibles à qui le souhaiterait.

Sans préférence ni classement mais pour le seul plaisir de partager ces découvertes loin des produits mainstream, même avec retard et alors que la perspective de l'arrivée de nouveaux films s'éloigne à nouveau, voici donc six films, de Patti Smith à Jean Renoir, tendre comédie d'amour ou récit concentrationnaire, fantaisie philippine ou regard attentif dans les Hauts-de-France, tous édités en DVD et qu'on pourra acheter en ligne. Manière aussi de s'épargner les inutiles résolutions et les vaseuses prédictions de début d'année, en attendant de voir, vraiment de voir, ce que 2021 nous réserve.

«?????Patti Smith, Dream of Life», de Steven Sebring

Durant onze ans, de 1995 à 2006, Steven Sebring, photographe de mode, a suivi Patti Smith avec une caméra. En concert, en tournée sur la route, chez elle à New York, chez ses parents dans le New Jersey, avec ses amis célèbres ou pas, dans la rue contre quelques-uns des crimes d'État états-uniens.

Au début ils se connaissent à peine, elle qui sort d'un long deuil et lui dont le cinéma n'est pas le langage. Ils vont devenir très proches au cours de ce qui se met en place. Ils ne savent pas ce qu'ils font, ce que peut donner ce tournage sans fin, dont rien pendant qu'il se faisait ne permettait de savoir quand et comment il s'arrêterait, ni même si les quantités d'images accumulées pourraient jamais faire un film.

C'est l'une des beautés de Dream of Life dont le titre reprend celui de l'album de la fin des années 1980. On voit bien qu'ils ont en tête le mythique et plutôt raté Dont Look Back filmé par Pennebaker durant la tournée de Bob Dylan en Grande-Bretagne en 1965. Le noir et blanc à gros grain, le désordre foutraque, les changements de registres rebondissent du pis-aller à la justification punk. Mais il y a un truc, un twist, un tour de magie, qui va tout sauver et qui s'appelle tout simplement Patti Smith.

Sans y songer peut-être, mais de manière à la fois très sûre et très fine, elle déploie une richesse dans ses manières d'exister, de faire attention aux autres, aux choses, aux mots, aux souvenirs, qui fait peu à peu pousser une beauté droite et juste au milieu de ce chaos. Les pures explosions d'énergie des séquences de concert sont comme les immenses fleurs rouges et noires de ce processus quasi secret, cette intelligence inquiète et joueuse habitée par une force intérieure plus ancienne que ceux qu'elle accompagne, plus ancienne que la poésie de Ginsberg et de Dylan, que le désespoir de Billie Holiday, plus ancienne que Rimbaud et William Blake.

Quelqu'un vibre, pense et existe, là. Ensemble mais chacun à sa place, Patti Smith et Steven Sebring –et sans doute aussi un peu le monteur, Angelo Corrao, qui avait monté le beau portrait de Chet Baker par Bruce Weber, Let's Get Lost– ont rendu possible cette floraison.

«Suzanne», de Viviane Candas

Raconter le film, c'est déjà le trahir. Parce que cette histoire construite autour de deux hommes, celui qui n'aime qu'une seule femme et celui qui les veut toutes sans en aimer aucune pourrait donner lieu à mille schématismes, dont le théâtre et le cinéma français sont si souvent coutumiers. Et qu'il n'y a, jamais, rien de tel, dans la manière dont se déploie le récit intimiste et joyeux, émouvant et tonique tel que le filme Viviane Candas....

Lire la suite de cet article sur Slate.fr - Six films à ressortir des piles de DVD jamais vus

Articles en Relation

Au cinéma cette semaine, cinq chemins singuliers aux multiples accents Louis (Malik Zidi, à gauche) erre dans une jungle hostile, harnaché d'un lourd équipement de photographie. | Capture d'écran Bandes Annonces Cinéma vi...
Pendant le confinement, regardez des DVD! De beaux fantômes vous y attendent Willem Dafoe dans «Tommaso» d'Abel Ferrara. | Capture d'écran via YouTube Choix d'objets singuliers plutôt que logique de flux, les DVD sont une...
Les films à voir sur Netflix pendant le (nouveau) confinement Eric André dans Bad Trip de Kitao Sakurai | Capture d'écran via YouTube Il n'y a pas que les séries dans la vie. Nous nous préparons encore à de lon...
«Ma belle-famille, Noël et moi», une romcom lesbienne à la fois révolutionnaire ... Le couple Abby et Harper. | Capture d'écran via YouTube Cette comédie romantique, sortie le 21 décembre en VOD en France, est un énorme succès d...
Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins À travers ses personnages principaux et ses guest-stars, la série a pointé en filigrane le système sexiste du cinéma. | Capture d'écran Youtube v...
«Ganja & Hess», morsure à vif d'un passé incandescent Ganja (Marlene Clark), forte femme qui n'est pas au bout de ses surprises. | Capricci  L'édition DVD du film de Bill Gunn, sortie près de cinqua...