Si Napoléon n'avait pas fait d'apnée du sommeil, toute la face du monde en aurait été changée

Actualités

Napoléon Ier en costume du Sacre, François Gérard, 1805. | Château de Versailles via Wikimedia

Épileptique, bipolaire, souffrant d'apnée du sommeil… la santé de l'empereur suscite beaucoup de spéculations. Il a aussi donné son nom à un complexe: celui qui décrit l'agressivité des hommes de petite taille.

«Si on l'avait soigné, l'Europe aurait été sans aucun doute différente et peut-être que nous n'aurions pas connu deux guerres mondiales.» C'est une quasi-certitude pour le Dr Charles-Henri Chouard, Napoléon souffrait de syndrome d'apnée du sommeil et ceci a contribué à la chute de l'Empire. Le chirurgien ORL, qui a travaillé dès les années 1980 au Centre d'exploration des troubles respiratoires du sommeil à l'Hôpital Saint-Antoine, développe dans un article complet les éléments évoquant ce diagnostic. «Napoléon passait pour maîtriser son sommeil, ce qui contribuait à sa réputation de surhomme, écrit-il. Possédant notamment la faculté de réparer très vite sa fatigue en dormant dans la journée, peu et n'importe où, se réveillant quelques minutes après parfaitement à l'aise.»

L'empereur ne dormait pas beaucoup, mais de manière fractionnée, en un sommeil polyphasique. «Couché à minuit, il se réveille à 3 heures pour réfléchir aux affaires les plus délicates, prend un bain chaud et se recouche à 5 heures», écrit Jean Tulard, historien spécialiste de Napoléon dans son livre Napoléon ou le mythe du sauveur. Même s'il en tirait parti, il souffrait de réveils multiples: «Souvent réveillé plusieurs fois par nuit sans que la clarté de ses idées en soit affectée, il appréciait au contraire la présence d'esprit après minuit», écrit Chardigny, un autre historien. Mais l'âge avançant, l'empereur présente de plus en plus de somnolence. «Le sommeil, qu'il avait maîtrisé jusque-là, le maîtrisait à son tour», écrit son ministre et médecin Antoine Chaptal dans Mes souvenirs sur Napoléon.

Plusieurs anecdotes rapportées par ses biographes évoquent une somnolence de plus en plus importante. Reclus de fatigue, Napoléon s'assoupit au Conseil d'État, à Elchingen. En 1805, il s'endort sur une chaise devant ses généraux debout, à Leipzig. Et c'est l'explosion du pont qui le réveille sur son fauteuil en 1813. D'abord considérée comme une simple distraction, cette somnolence alarme ses proches dès 1812, à tel point que certains évoquent même une épilepsie.

«Certaines erreurs tactiques auraient été évitées»

«Au cours des dernières années de sa vie, Napoléon, qui a beaucoup grossi, accumule les erreurs, jusqu'à envahir la Russie en défiant le général Hiver, le plus redoutable de militaires.» Dans son livre La santé psychique de ceux qui ont fait le monde, le Dr Patrick Lemoine, psychiatre et médecin du sommeil, se penche sur plusieurs figures historiques de Jules César à Charles de Gaulle. «Est-ce dû à la somnolence diurne qui s'aggrave, à la fatigue, qui trouble son jugement? Tous ces symptômes font partie d'un syndrome d'apnée du sommeil», affirme-t-il. «Au lieu d'un verre de limonade, c'est maintenant d'un verre de café dont je sens le besoin», déclare l'empereur en 1812. «Les apnéiques sont à la recherche d'excitants pour les aider à lutter contre la somnolence, ce qui malheureusement ne les aide pas beaucoup à rester éveillés, mais les rend anxieux avec des palpitations», analyse le Dr Lemoine.

«Lorsqu'on examine ses portraits de profil, on note un cou un peu court, une rétrognathie [menton en arrière], écrit le Dr Lemoine. Celle-ci est flagrante sur le buste de L'empereur aux lauriers de Bartolini et de manière indiscutable sur son masque mortuaire.» Enfin, il note une déviation de la cloison nasale, autant d'éléments favorisant les obstructions et donc les apnées. Le Dr Charles-Henri Chouard conclut que si Napoléon avait été traité pour ce syndrome d'apnée du sommeil comme on le fait aujourd'hui, «certaines erreurs tactiques auraient été évitées et la retraite de Russie n'aurait peut-être jamais eu lieu. […] Il aurait sûrement aidé à créer une Europe unie et peut-être que cela nous aurait épargné les deux guerres mondiales», s'aventure-t-il....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Si Napoléon n'avait pas fait d'apnée du sommeil, toute la face du monde en aurait été changée

Articles en Relation

Les repas napoléoniens n'ont rien de raffiné Caricature de Napoléon Bonaparte et sa seconde épouse, Marie-Louise d'Autriche, par Thomas Rowlandson (1810). | AndreasPraefcke via Wikimedia Com...
Comment Marcel Proust s'est inspiré de la clientèle huppée du Ritz pour écrire «... À la manière d'un chercheur de scoops, Proust voulait de l'inédit, de l'énorme, de la vérité... | Jacques-Émile Blanche via Wikimedia Commons C'est e...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA