Science décalée : cette montagne américaine est menacée par 66 tonnes d'excréments

Environnement

Le Denali, plus haute montagne d'Amérique du Nord, voit ses glaciers fondre à vue d'œil et avec eux, les déjections congelées des milliers d'alpinistes qui gravissent ses pentes. Des déchets subrepticement dissimulés dans des crevasses mais qui ressurgissent des années après.

L'air pur du Mont Denali, le point culminant d'Amérique du Nord, pourrait bien sentir un peu moins bon dans les années à venir. Cette montagne (ex Mont McKinley) de 6.190 mètres d'altitude au sud de l'Alaska risque de voir ressurgir les milliers de tonnes d'excréments laissés par les alpinistes au fil du temps.

Le sommet est en effet particulièrement fréquenté : 1.200 personnes tentent chaque année son ascension, considérée comme un trophée dans le monde de l'alpinisme. Chaque grimpeur générant environ un demi-kilo de déjections durant une course de 18 jours, cela représente plus de 66 tonnes d'excréments accumulés au cours du dernier siècle, a calculé le site USA Today. Initialement, les alpinistes avaient pris l'habitude de déposer leurs déchets dans des crevasses plus ou moins profondes du glacier Kahiltna, la route la plus commune pour accéder au sommet. L'idée généralement répandue était que la glace finirait par les broyer et qu'ils se décomposeraient alors naturellement. Erreur : les déjections congelées sont en réalité restées intactes et sont descendues en contrebas. « Ils refont surface sous d'autres glaciers moins hauts où ils commencent à fondre », témoigne Michael Loso, glaciologue du Service des parcs nationaux américains.

Les déjections commencent à réapparaître au premier camp de base, situé à 2.200 mètres d’altitude. © Freesolo Adventures, Flickr

Les déjections commencent à réapparaître au premier camp de base, situé à 2.200 mètres d’altitude. © Freesolo Adventures, Flickr


Ce dernier étudie le problème depuis plusieurs années et affirme être très préoccupé par la fonte des glaciers qui s'accélère. Durant les 50 dernières années, leur surface a ainsi diminué de 8 %, d'après les études du parc national. Conséquence : les déjections commencent à réapparaître au premier camp de base, situé à 2.200 mètres d'altitude. « On pourrait en retrouver dès le début de la saison des ascensions, au mois d'avril, alerte Michael Loso. Elles auront le même aspect et sentiront aussi mauvais que lorsqu'elles ont été déposées ».

Des rivières contaminées aux bactéries fécales

Le problème ne concerne malheureusement pas seulement les grimpeurs : les microbes des excréments survivent en effet parfaitement à leur séjour dans la neige. Des analyses menées dans les rivières alimentées par le glacier ont ainsi révélé la présence de bactéries fécales E.coli, même si leur taux demeure en-dessous des normes en vigueur pour les bases de loisir.

Face à ce problème, les guides du parc Denali ont décidé depuis cette année d'obliger leurs clients à redescendre leurs excréments en-dessous de 4.300 mètres d'altitude et à côté du camp de base (mais pas l'urine, trop lourde à transporter). Le Service de parcs nationaux teste également depuis 2001 des toilettes portables, des sortes de bidons munis de sacs favorisant la biodégradation des déjections. La discipline semble plutôt bien suivie par les grimpeurs, généralement soucieux de l'environnement.

Sur les pentes de l’Himalaya, des pieds et des mains de cadavres

Le mont Denali n'est pas le seul sommet à voir des choses indésirables ressurgir à la faveur du réchauffement climatique. Sur les pentes de l'Everest dans l’Himalaya, ce sont des cadavres qui refont surface. Trois cents alpinistes y sont décédés depuis 1921 et les deux tiers des corps n'ont jamais été retrouvés. « Des mains et des jambes ont réapparu sur le camp de base 4 ces dernières années », explique un responsable d'une ONG locale. En 2018, ce sont les corps entiers de deux alpinistes islandais disparus il y a 30 ans qui ont été découverts au pied d'un glacier.

Ce qu'il faut retenir
  • Avec la fonte de la neige, des dizaines de tonnes de déjections humaines réapparaissent sur les pentes du Mont Denali, en Alaska.
  • Les excréments dégelés des alpinistes contaminent l’eau qui descend du glacier.
  • Dans l’Himalaya, ce sont des cadavres qui ressurgissent à la faveur du réchauffement climatique.

Lire la suite : Science décalée : cette montagne américaine est menacée par 66 tonnes d'excréments


Articles en Relation

Notre civilisation pourrait s'effondrer en 2050 Tous les voyants sont au rouge ! Si nous ne faisons rien pour diminuer le réchauffement climatique et réduire notre impact sur la biodiversité, no...
Fleuve ou rivière : quelle est la différence ? Les fleuves et rivières ont des caractéristiques bien distinctes qui les différencient. La principale est que les rivières sont des affluents des ...
Canicule : les États-Unis ont battu des records de température L'épisode de canicule aux États-Unis va toucher à sa fin, touchant 150 millions d'Américains sur la côte Est. Un peu de répit semble se profiler, ...
Sécheresse : les forêts des Vosges sont en train de rougir Non, il ne s'agit pas de l'été indien, cette période ensoleillée à l'automne lorsque la forêt se pare de rouge et d'or. Ces taches rouges sur tapi...
Réchauffement climatique : de nouveaux modèles prévoient jusqu’à + 7°C en 2100 ! L'amélioration des outils de calcul a permis à des scientifiques français d'affiner et de produire de nouvelles simulations. Leur conclusion : le ...
Quelle est la vague la plus haute du monde ? Un tsunami géant aurait provoqué en 1958 une vague d'une hauteur à peine croyable. Plus classiques mais déjà très impressionnants, les murs d'eau ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA