Quinze ans après, je crois avoir enfin compris «Mulholland Drive»

Sociétés

Certains cherchent encore des explications au scénario de l'un des meilleurs films du siècle, sorti en novembre 2001.

Une limousine roule dans la nuit sur Mulholland Drive, une route sinueuse qui surplombe Los Angeles et doit son nom à William Mulholland, l'ingénieur qui amena l'eau potable et le bleu turquoise dans les villas. Un histoire qui inspirera plus tard Chinatown à Robert Towne et Roman Polanski.

Au Sud, on aperçoit la ville, ses lumières et ses néons, au Nord, la chaude San Fernando Valley, là où le porno se fait, à l'Ouest, l'infini Pacifique, à l'Est, le désert poussiéreux qui sépare la Cité des Anges du reste des Etats-Unis. La route héberge les villas de stars, celle de Jack Nicholson notamment. Roman Polanski, encore lui, a été accusé d'y avoir abusé d'une mineure de 13 ans en 1977. On y trouve aussi des cabines décrépies qui accueillent junkies et marginaux. C'est là qu'on y a retrouvé, le 16 novembre 1969, le corps d'une jeune inconnue de 19 ans poignardée cent cinquante fois. On apprendra quarante-six ans plus tard que, la même année, celle que la police avait appelée Jane Doe #59 avait débarqué de Montréal, rêvant depuis l'enfance de Californie.

Dans la limousine, il y a une brune, belle et pulpeuse comme une héroïne de film noir. Après un accident, elle ne se souvient de rien, même de son nom (après tout, une actrice ne connaît jamais son nom avant d'avoir lu le scénario). Elle s'appellera donc Rita, comme Rita Hayworth, la star d'un célèbre film noir. Rita se réfugie chez Betty, une jolie blonde naïve qui vient, comme Jane Doe #59, de débarquer du Canada avec des rêves de cinéma et de célébrité plein la tête. Betty vit chez sa tante Ruth, partie tourner un film au Canada (d'après une vieille blague hollywoodienne, il paraît que «vous êtes mort» quand vous allez y tourner). Ensemble, elles vont partir à la recherche de l'identité de la belle amnésique.

Derrière le vernis (...)Lire la suite sur Slate.fr

 

Articles en Relation

La semaine imaginaire de Guy Bedos Guy Bedos à l'Olympia, le 23 décembre 2013. | François Guillot / AFP  Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a f...
La quête de l'amour est dictée par le niveau éducatif Et si tout était calculé d'avance... | Alex Iby via Unsplash.   Les individus peuvent-ils encore concevoir leur choix de partenaire co...
Voici pourquoi votre chat s'installe toujours sur votre ordinateur Vous pouvez les pousser gentiment, ils finissent toujours par revenir. | Catherine Heath via Unsplash Et comment faire pour l'en dissuader....
En voyage, le vélo chargé attire les curieux et facilite les rencontres Objet de curiosité, connu de tous, le vélo est un facilitateur de rencontres. | Bruno Poussard  Boosté depuis le déconfinement, le vél...
Espérance mathématique et désespoir climatique: pourquoi il est rationnel de pan... Ne pas réagir face à une catastrophe qui advient est bien plus dangereux que prévoir une catastrophe qui n'arrivera pas. | Shashank Sahay vi...
La vie des parents n'est toujours pas revenue à la normale depuis le confinement Je m'énerve beaucoup plus facilement qu'avant le confinement, comme si ma patience était une corde qu'on avait frottée et qui ne tient plus qu'à quelq...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA