Que se passerait-il si Emmanuel Macron était infecté par le coronavirus?

Politique

La Constitution prévoit une disposition particulière. | Christophe Ena / POOL / AFP 

L'épidémie se répand à travers le monde et touche jusqu'au vice-ministre de la Santé iranien.

Que se passerait-il si Emmanuel Macron était atteint du coronavirus Covid-19? La question n'est pas si loufoque et la récente annonce de l'infection du vice-ministre iranien de la Santé montre que les hommes politiques n'échappent pas à l'épidémie mondiale. Sachant que le Covid-19 peut se transmettre après un contact étroit avec un malade, comme lors d'une simple poignée de main qui vient d'être contaminée par un éternuement, les chef·fes d'État, qui sont de grand·es adeptes du serrage de paluches, sont exposé·es à une possible infection.

Une poignée de main en particulier a retenu l'attention des réseaux sociaux: celle entre le président Macron et le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini, à l'occasion d'un sommet européen qui s'est tenu à Bruxelles les 20 et 21 février dernier. Quatre jours seulement après leur rencontre, Peter Pellegrini a été hospitalisé en urgence en raison d'une infection des voies respiratoires, couplée d'une forte fièvre –ce qui correspond aux symptômes du coronavirus.

Si la rumeur d'une possible infection du Premier ministre au Covid-19 a rapidement été démentie par les autorités slovaques –il s'agirait en fait d'une pneumonie classique– une question persiste: que se passerait-il si le président de la République française attrapait le coronavirus?

Toujours président?

Dans l'hypothèse purement fictive d'une contamination, le président de la République commencerait à ressentir les premiers symptômes de ce virus après une période d'incubation pouvant aller jusqu'à quatorze jours –juste assez de temps pour aller serrer un nombre de main incalculable au Salon de l'agriculture.

Quelques jours après, pris de fièvre et avec des difficultés respiratoires, Emmanuel Macron n'aurait d'autre choix que de chambouler son agenda pour rester cloué à son lit, probablement celui d'un hôpital, où une myriade de médecins se succéderaient pour observer la moindre variation de son état physique.

De quoi mettre sa présidence en danger? Tout dépend de la gravité de la maladie selon Olivier Duhamel, spécialiste du droit constitutionnel et de la Ve République. 

«En cas de vacance de la présidence de la République pour quelque cause que ce soit ou dans le cas d’un empêchement, dû éventuellement à une maladie, les fonctions du président peuvent être provisoirement exercées par le président du Sénat selon une disposition constitutionnelle à l'article 7 de la Constitution. Mais pour cela, il faut que la question de l'empêchement soit posée par le gouvernement. Si le gouvernement décide que la question se pose, il saisit le Conseil constitutionnel qui décidera alors à la majorité absolue de ses membres si un intérim présidentiel s'impose.»

En d'autres termes, l'actuel président du Sénat, Gérard Larcher, assurerait l'intérim d'Emmanuel Macron seulement dans le cas extrême où ce dernier tomberait très gravement malade, au point que le gouvernement déciderait de saisir le Conseil constitutionnel. Le degré ou le type de maladie à partir duquel cette disposition constitutionnelle intervient n'étant pas défini clairement, l'évaluation de la situation se fera en toute logique sur la base d'un constat médical commandé par le gouvernement.

Plusieurs cas de figure

Trois cas de figure sont alors envisageables. Dans l'hypothèse où le président de la République succomberait à cette maladie –ce qui est très peu probable au vu du taux de létalité du virus, qui est d'environ 3%–, l'empêchement est constaté comme définitif et de nouvelles élections présidentielles ont lieu dans les trente-cinq jours qui suivent.

Si l'empêchement est au contraire considéré comme provisoire, le président par intérim gouverne temporairement, le temps que le chef de l'État se rétablisse et retrouve ses fonctions.

Enfin, cas le plus probable selon Olivier Duhamel, «le président sera vraisemblablement mis en quatorzaine comme tous les autres», mais son état ne serait sûrement pas assez grave et prolongé et «ça ne l'empêchera pas d'exercer ses fonctions».

Emmanuel Macron, âgé de 42 ans, ne fait en effet pas partie des personnes les plus prédisposées aux complications mortelles, comme les personnes âgées qui constituent la majeure partie des 2.765 décès liés à cette épidémie...

Lire la suite sur Slate.fr - Que se passerait-il si Emmanuel Macron était infecté par le coronavirus?

Articles en Relation

Pour réformer, Emmanuel Macron apprend les concessions Jusqu’ici, la repentance du président de la République était restée uniquement verbale. Mais des premiers signes de passage à l’acte sont apparus ce...
Emmanuel Macron ne séduit plus, notamment à droite Le chef de l’Etat, qui a construit sa victoire en 2017 sur sa capacité à rallier des personnalités politiques de tous bords, peine désormais à conva...
Grand débat : « Les citoyens attendent des décisions, des actes » La sociologue Sandrine Rui revient sur le processus mis en place par Emmanuel Macron. Selon elle, si ces dispositifs produisent des effets, ils rest...
Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy, une proximité assumée Le président de la République a repris des idées-phares de son prédécesseur, entre autres les quotas d’immigration. Rien ne présageait une telle en...
Pourquoi l'économie française va mieux et pourquoi Macron n'en profite pas Le taux d'emploi des 15-64 ans a atteint un niveau record en 2019, tandis que le sous-emploi était en recul. | Frank Busch via Unsplash La ...
De l’immigration au voile, comment le débat a échappé à Emmanuel Macron Du 16 septembre au 16 octobre, récit d’un mois où les questions d’immigration et d’islam, de terrorisme et de communautarisme se sont mélangées dans...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA