Quand une photographie aide à surmonter la perte d'un bébé

Actualités

Lorsque Dante et Janessa, respectivement 17 et 19 ans, entrent timidement dans la pièce, cela fait à peu près un mois qu’ils n’ont pas longé les couloirs de cet hôpital. «J’ai la gorge serrée», murmure la jeune fille en s’asseyant. Face à eux se trouve Todd Hochberg, photographe. «Je suis désolé pour votre perte. Je peux quitter la chambre si vous le souhaitez pendant que vous regardez les photos.» Il y a une trentaine de jours, l’homme de 58 ans était venu capturer leurs premiers et derniers instants de famille avec Keenan, leur bébé qui décédera –comme attendu après les complications lors de la grossesse– quelques jours plus tard. Ce matin-là, Dante et Janessa revivent ce moment à travers la centaine de photographies contenues dans l’album-photo que Todd leur remet. La pièce est silencieuse. On entend à peine les reniflements retenus de Janessa, qui ne relève que rarement la tête, une boîte de mouchoirs sur ses genoux. Ses bottes noires semblent frapper frénétiquement la mesure des pages qui se tournent. «Il dormait toujours avec une main posée sur ses joues, commente Dante. Cela me rappelle quand il me touchait de ses doigts.» Todd parle peu. Il leur demande ce qu’ils font aujourd’hui, les photos qu’ils préfèrent. Pour Janessa, c’est celle où on voit en gros plan les doigts de son fils. À moins que ce ne soit celle où on les aperçoit les trois ensemble de dos au loin.
Carolyn et Brian Schroeder tiennent Anna ...

Lire la suite Quand une photographie aide à surmonter la perte d'un bébé

Articles en Relation

Les violences sexistes arrivent aussi en primaire et au collège Le centre Hubertine Auclert note que 29% des filles et 16% des garçons ont rapporté avoir déjà vécu au moins un épisode de violence sexuelle ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA