Quand le rap français séduit le monde

Musique

Genre musical le plus écouté dans l'Hexagone, le rap vise de nouveaux marchés à l'étranger. De quoi ravir les fans anglophones de ce courant et donner des idées aux artistes.

À New York, personne ne le remarque. Pas de fans qui l'interpellent, ni d'autographes à signer. Avec sa casquette à l'envers et ses lunettes noires, il passe pour un simple touriste à Times Square. Vald est pourtant devenu l'un des rappeurs français les plus cotés de ces dernières années.

À l'heure de la sortie de Ce monde est cruel, son troisième album studio, en octobre dernier, l'artiste a fait les choses en grand: sa tête s'affichait sur les gratte-ciel new-yorkais et la date de sortie de son opus a été révélée dans les rues de Tokyo –une promotion internationale pleine de dérision pour l'Aulnaysien de 27 ans, passé maître dans l'art du contre-pied.

Voir cette publication sur Instagram

This World is Cruel 10/11/19 ??????????? @deezerfr

Une publication partagée par VALD (@valdsullyvan) le

Si l'auteur des tubes «Shoote un ministre», «Bonjour» et «Selfie» vend des dizaines de milliers des disques en France, il n'est en effet qu'un anonyme à l'international. Mais pour combien de temps encore?

Anglophones enthousiastes

Le rap français, musique reine dans l'Hexagone, lorgne aujourd'hui le monde. Considérée comme la deuxième place forte du rap derrière les États-Unis, la France attire les regards et aiguise les envies.

Entre tournées à l'étranger, propositions de collaborations et exposition médiatique accrue, plusieurs de nos artistes rap et R&B sont très demandés, pour le plus grand plaisir des fans anglophones de ce courant.

Ces passionné·es sont américain·es, anglais·es ou australien·nes et se fichent de ne pas comprendre les paroles de leurs chansons préférées. Depuis quelques années, les vidéos où sont enregistrées leurs réactions à l'écoute des nouveautés du rap français deviennent virales sur les réseaux sociaux.

Quand certain·es se contentent de bouger la tête et de fredonner l'air de la chanson pour cumuler les vues, d'autres poussent plus loin la démarche: c'est le cas de Dea, une Anglo-Albanaise cumulant près de 400.000 abonné·es sur ThereYouAre, sa chaîne YouTube.

Toujours au fait de l'actualité, la jeune femme de 24 ans analyse les dernières sorties et fait découvrir des artistes à sa communauté anglophone.

«Le premier rappeur français que j'ai réellement écouté, c'est Niska. Je suis même allée le voir en concert à Londres. J'ai été touchée par sa musicalité, sa prestation m'a impressionnée, j'ai donc continué mes recherches et je suis tombée sur beaucoup d'autres talents», raconte Dea, toujours prête à fredonner des mélodies face caméra. Ses autres chouchous se nomment Soolking, MHD, PNL ou encore Sofiane.

Armée de quelques notions de français apprises à l'école, la YouTubeuse n'hésite pas à proposer les traductions de certains termes dans la langue de Shakespeare et à replacer les punchlines de ses artistes favoris dans leur contexte.

«J'aime la diversité des sonorités proposées. Je suis fan des mélodies aux inspirations africaines, mais aussi des artistes qui mettent plus l'accent sur leurs textes, comme Orelsan», indique la Londonienne, qui a lancé sa chaîne il y a deux ans en commençant par décrypter… du rap allemand. Dea en est persuadée: les francophones vont continuer à faire du bruit à l'étranger.

Lire la suite sur Slate.fr - Quand le rap français séduit le monde

Articles en Relation

Le rap français, vivier du cinéma hexagonal Leurs qualités d'interprétation leur assurent une place de choix sur grand écran. Ces artistes n'en délaissent-ils pas la musique? «Je voulais faire ...
PNL, Biglo et Oli, Koba la D... Mister V parodie tout le rap game dans une vidéo... En 2016, Mister V faisait une première vidéo appelée "Rap VS Réalité". Trois ans plus tard, il récidive. Et casse une nouvelle fois internet. Koba ...

MUSIQUE LIVE

PROMO MUSIQUE