Pourquoi le TGV est devenu un luxe en France

France

La SNCF commercialise les billets TGV des nouvelles lignes à grande vitesse vers Bordeaux et Rennes qui seront exploitées à partir du 2 juillet prochain. Avec des hausses de tarifs importantes, mais des possibilités de prix cassés.

La vitesse a un coût, donc un prix. Et lorsque la vitesse augmente, les tarifs suivent. Il était donc prévisible que la mise en service en juillet prochain des TGV de la ligne «Océane» vers Bordeaux et de la ligne «Armorique» à Rennes, vingt-huit ans après le TGV Atlantique, se traduise par une augmentation des tarifs sur ces destinations.

Pour un gain de temps de 35 minutes entre Paris et Rennes et de 70 minutes entre Paris et Bordeaux, la SNCF commercialise depuis le 15 mars des billets TGV moyennant une hausse de 6 euros dans le premier cas et de 10 euros dans le second pour un trajet simple en première classe payé plein tarif. Soit environ 15% de hausse sur la base d’un tarif à 67 euros pour Bordeaux. Un saut quantitatif important; tout dépend de la valeur que l’on donne au temps gagné.

Toutefois, compte tenu des modulations tarifaires qui prennent en compte les horaires des trajets et les jours ainsi que les délais de réservation, il ne s’agit là que d’une moyenne sur les tarifs de base. Par exemple, la SNCF met en avant une offre pouvant descendre à 45 euros pour Bordeaux et 35 euros pour Rennes. Mais il s’agit de tarifs sur les trains… les moins demandés.

Car, à l’inverse, elle propose déjà aujourd’hui des trajets Paris-Bordeaux à 85 euros en deuxième classe à certaines heures de pointe pour un billet acheté la veille, ce qui portera le coût du trajet à près de 100 euros plein pot avec les futurs TGV! Et sur le trajet Paris-Rennes où certains tarifs en deuxième classe sans réduction atteignent déjà 80 euros, on dépassera 85 euros. Enfin, pour un billet de première classe, compter jusqu’à 30 à 40% en plus. Certes, des billets sont aussi proposés à des tarifs moins élevés… mais sur des créneaux horaires par définition moins intéressants pour la majorité des passagers. C’est le principe même de la modulation tarifaire.

Une compensation par les promos

La grande vitesse ferroviaire en France, comme dans les autres pays où elle existe, est devenue un produit de luxe. Mais tous les pays n’ont pas fondé leur modèle économique de grande vitesse sur le transport de masse. Dans la mesure où, pour ne pas creuser la dette qui approche déjà 53 milliards d’euros, le groupe SNCF a choisi de recourir au système de la concession pour construire et exploiter ces deux nouvelles lignes (avec Vinci vers Bordeaux et Eiffage vers Rennes), il doit rémunérer les concessionnaires le temps du contrat. Dans ces conditions, un redressement tarifaire complémentaire était inévitable compte tenu de l’arrivée d’un acteur supplémentaire dans le modèle économique de chacune de ces lignes....

Lire la suite sur Slate.fr - Pourquoi le TGV est devenu un luxe en France

Articles en Relation

Cyclisme : « Il doit montrer qu’il peut bien faire le boulot d’un équipier », fa... Froome en discussion avec Dave Brailsford sur la Route d'Occitanie. — Guillaume HORCAJUELO / POOL / AFP Le champion britannique jouera sa place dans ...
Des idées pour réaménager son intérieur pendant le confinement Être confiné chez soi, entre quatre murs, n'est pas forcément synonyme d'ennui. Cette période peut générer d'irrépressibles frénésies de rangement ou ...
Les enfants maltraités, victimes silencieuses du confinement Le dimanche 29 mars, un enfant de 6 ans est mort après avoir été frappé par son père. | Kelly Sikkema via Unsplash  Alors que les signaleme...
Ouvrir les stations de ski, une équation impossible Devrons-nous faire du ski ou du snowboard sans remontées mécaniques? | Pamela Saunders via Unsplash La réouverture des stations, «préférable» co...
Coronavirus : Comment Télécharger l'Attestation 100 km de Déplacement Dérogatoir... Coronavirus : la nouvelle attestation pour parcourir plus de 100 kilomètres a été mis en ligne et si vous vous posez la question  de : Comment Té...
Le coronavirus nous tue, et on résiste en bronzant Sur les bords de Seine, le dimanche 15 mars à Paris. | Aurore Mésenge / AFP  Le XXIe siècle sera contagieux ou ne sera pas. Et chez nous, r...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA