Pourquoi le journalisme sportif est encore un milieu hostile aux femmes

Actualités

Avec son documentaire, Marie Portolano a mis en lumière le sexisme dans l'univers du journalisme sportif. Ici, la journaliste se prépare avant le tournage du «Canal Football Club», le 27 mars 2016, à Paris. | Franck Fife / AFP

Accéder au monde du journalisme de sport est compliqué, surtout lorsque l'on est une femme. Confrontées aux discriminations et au sexisme, elles doivent lutter pour s'y faire une place.

Le documentaire Je ne suis pas une salope, je suis journaliste de Marie Portolano et Guillaume Priou expose le poids des stéréotypes sur le quotidien des femmes journalistes de sport. Il s'inscrit dans une série de mobilisations dénonçant les discriminations salariales, les difficultés d'accès aux postes à responsabilité, ou encore l'ambiance sexiste des rédactions politiques et sportives.

Pourquoi est-ce si compliqué pour les femmes de se faire une place dans ces métiers?

Le journalisme de sport, un métier d'hommes

Le journalisme se féminise depuis les années 1960 pour atteindre, en 2019, 47% de femmes parmi les titulaires de la carte de presse. Pourtant, dans le journalisme de sport, les femmes représentent, en moyenne, 10% des effectifs en Europe comme en Amérique du Nord.

Les pionnières des années 1970 à 1990 n'ont pas entraîné de féminisation massive (en France, le pourcentage serait passé de 5% en 2000 à 10% en 2016 parmi les affiliés à l'UJSF, l'Union des journalistes de sport en France). Au contraire, elles ont été érigées au rang d'exception, une façon d'intégrer quelques femmes dans un métier qui reste masculin (un procédé déjà constaté dans la police).

Or, sans un seuil minimum, établi par des travaux de recherche à 30%, les femmes ont tendance à se conformer aux codes du groupe dominant. Et ce d'autant plus que la sur-sélection (écoles de journalisme, concours d'intégration, concurrence interne) les incite à favoriser les sports et les postes les plus reconnus professionnellement (le football, les championnats du monde, les médias spécialisés, possédant les droits de retransmission...), notamment pour prouver leurs compétences.

Le journalisme de sport tient une place spécifique puisque les deux domaines sont historiquement masculins. Dès la socialisation, il existe une dissociation entre sports féminins valorisant les normes de féminité (souplesse, esthétique...) et sports masculins celles de masculinité (danger, endurance, force...).

L'intégration des femmes dans le journalisme de sport se heurte donc au stéréotype selon lequel elles ne s'intéresseraient pas au sport (l'absence de modèles d'identification joue d'ailleurs à ce niveau) et au soupçon d'incompétence qui l'accompagne. À cela s'est ajouté un argument pratique récurrent avancé par les rédactions: les femmes ne pourraient pas accéder aux vestiaires de ce domaine majoritairement masculin aussi bien au niveau des athlètes que des arbitres ou encore du staff médical et technique....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Pourquoi le journalisme sportif est encore un milieu hostile aux femmes

Articles en Relation

Revoir «Ally McBeal» après #MeToo Qui tenterait de faire passer le test de Bechdel à tous les épisodes de la série abandonnerait vite en pleurant. | Capture d'écran MacPhoeni...
Oubliez l'éducation positive: ne pas être un parent idéal, c'est normal Il est temps d'accepter cette fatalité: il n'y a pas de parent idéal. | Mohammed Abed / AFP Être un «bon parent» est devenu un réflexe social. Les v...
Les fictions médicales doivent-elles être réalistes? Les séries questionnent notre rapport à la fiction et au degré de véracité qu'elles doivent atteindre pour remporter l'adhésion du spectateur. | Captu...
Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux Le tweet a été cité près de 5.000 fois, avec à chaque fois des commentaires désobligeants envers les vegans et les antispécistes. | via Open Food Fact...
Huit grandes voix de la radio livrent leurs plus beaux souvenirs radiophoniques Laure Adler | France Inter / Christophe Abramowitz - Christophe Hondelatte | Marie Etchegoyen / Europe 1 - Montage Slate.fr À l'occasi...
Dans les lumières vibrantes de «Balloon», la voie et la voix de Pema Tseden Balloon, à la fois onirique, métaphorique et très ancré dans son territoire. | Condor Film À l'occasion de la sortie de son nouveau film, magnifiquem...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA