Pourquoi l'économie française va mieux et pourquoi Macron n'en profite pas

Politique

Le taux d'emploi des 15-64 ans a atteint un niveau record en 2019, tandis que le sous-emploi était en recul. | Frank Busch via Unsplash

La situation économique de la France est en train de s'améliorer, mais les Français·es n'en semblent guère convaincu·es. Ce n'est pas tout à fait surprenant.

Lorsque, le 13 février, l'Insee a annoncé une nette baisse du chômage en France au quatrième trimestre à 8,1% de la population active (7,9% en métropole), Marine Le Pen a aussitôt réagi sur le ton de l'indignation feinte: «Et si on arrêtait de mentir aux Français?»

Très courtoisement, les dirigeants de l'Insee se sont servis du blog créé le mois précédent pour lui répondre et expliquer comment sont fabriquées les statistiques du chômage.

La réaction caricaturale de la dirigeante du Rassemblement national n'est pas isolée. Même si la grande majorité des Français·es ne remettent pas en cause les statistiques officielles, beaucoup ont du mal à admettre que la situation économique du pays s'améliore et que le chômage soit orienté à la baisse. Et pourtant, c'est la réalité!

Au premier trimestre 2008, avant la crise financière, le taux de chômage était de 7,2%. Il est monté jusqu'à 10,5% en 2013 et s'établissait encore à ce niveau au deuxième trimestre 2015. Il a alors commencé à refluer, mais ce n'est qu'au premier trimestre 2017 qu'il a franchi durablement à la baisse le seuil des 10%, et à la fin de 2018 celui des 9%. À 8,1% fin 2019, il a retrouvé son meilleur niveau depuis exactement onze ans.

Le taux d'emploi au plus haut depuis 1980

L'amélioration relativement rapide des trois dernières années pourrait être discutée: si des gens désespérant de trouver un emploi sortent complètement du marché du travail, ils sortent aussi des statistiques du chômage. Mais ce n'est pas cette interprétation qui explique l'évolution récente, ainsi qu'en témoignent les chiffres de l'emploi.

Le taux d'emploi des 15-64 ans a augmenté de 0,6 point en 2018, puis encore de 0,2 point en 2019, pour arriver à 65,5% –alors qu'il était revenu à 63,4% en 2011. C'est, souligne l'Insee, le plus haut niveau qui ait été enregistré depuis 1980.

Le sous-emploi, lui, recule: la part des personnes qui souhaiteraient travailler plus et sont disponibles pour le faire représentait en moyenne 5,4% des personnes en emploi en 2019, soit une baisse non négligeable de 1,3 point par rapport à 2015.

On pourrait encore contester ces chiffres, en suggérant que ces résultats positifs s'expliquent par la création d'emplois aidés ou d'emplois publics d'une utilité discutable. Ce n'est pas vraiment le cas, surtout depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, auquel il est au contraire fréquemment reproché une politique trop restrictive dans ce domaine.

C'est bien dans le secteur privé que se créent des emplois: 329.700 en 2017, 163.000 en 2018 et 210.000 en 2019, selon les premières estimations de l'Insee.

On peut alors estimer que ces emplois ont été créés parce que les gouvernements qui se succèdent depuis les dernières années de la présidence Hollande et les premières années de la présidence Macron ont eu de la chance et ont bénéficié d'une conjoncture mondiale exceptionnellement porteuse.

Seulement, cette explication ne fonctionne pas non plus: si l'année 2017 a certes été très bonne au niveau mondial, la tendance a ensuite été à la décélération.

D'après les derniers chiffres de l'Insee, la croissance française serait revenue à 1,3% en 2019, après avoir été mesurée à 1,7% en 2018 et à 2,3% en 2017. Et pourtant, le mouvement de création d'emplois et de baisse du chômage s'est poursuivi.

Force est d'admettre que les mesures de baisse des charges des entreprises et d'assouplissement des règles du marché du travail prises sous François Hollande (CICE, loi travail) et Emmanuel Macron (loi Pacte, transformation du CICE en baisse de charges pérenne) ont porté leurs fruits.

Le moral et le pouvoir d'achat des ménages en hausse

Par ailleurs, en application des mesures fiscales et sociales prises depuis le début du quinquennat Macron (baisse des impôts sur le revenu et le patrimoine, suppression progressive de la taxe d'habitation), les ménages ont vu le pouvoir d'achat de leur revenu augmenter de 1,2% en 2018 et de 1,9% en 2019.

Leur moral est lui aussi en hausse: s'il reste encore très loin des hauts niveaux atteints au début des années 2000, l'indice synthétique de l'Inse est revenu au-dessus de sa moyenne de long terme. La confiance dans une hausse future du pouvoir d'achat est en nette progression, et les craintes concernant l'évolution du chômage sont au plus bas depuis juillet 2007.

Pourtant, si l'on en juge la popularité du président et le climat social, les Français·es semblent ignorer ces changements –ou du moins ne pas en créditer le pouvoir en place. Les doutes sur le bien-fondé de la réforme des retraites ne sont pas seuls en cause. Les raisons de ce désamour sont nombreuses.

Nous ne retiendrons ici ni les éléments purement politiques, ni les appréciations subjectives qui peuvent être portées sur la personne d'Emmanuel Macron. Si l'on s'en tient aux seuls critères économiques et sociaux, on peut relever quelques éléments qui pèsent dans la balance du côté du mécontentement.

En ce qui concerne le chômage, les progrès sont réels, mais la situation de départ était très dégradée; il reste donc encore beaucoup à faire pour enregistrer un véritable retournement de l'opinion.

Si l'on reprend le bilan 2019 dressé par l'Insee, que constate-t-on? Le nombre de chômeurs et de chômeuses s'élève encore à 2,4 millions et, surtout, le «halo» entourant le chômage a gagné en épaisseur: parmi les personnes inactives au sens du Bureau international du travail (ni en emploi, ni au chômage), on recense 1,7 million de personnes qui souhaitent un emploi mais ne sont pas considérées comme étant au chômage. Ce chiffre est à son plus haut niveau...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Pourquoi l'économie française va mieux et pourquoi Macron n'en profite pas

Articles en Relation

De l’immigration au voile, comment le débat a échappé à Emmanuel Macron Du 16 septembre au 16 octobre, récit d’un mois où les questions d’immigration et d’islam, de terrorisme et de communautarisme se sont mélangées dans...
Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy, une proximité assumée Le président de la République a repris des idées-phares de son prédécesseur, entre autres les quotas d’immigration. Rien ne présageait une telle en...
Emmanuel Macron surveille de près le volcan de la contestation sociale Réforme des retraites, marches pour le climat et contre la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes, crise des urgences hospitalière...
Retraites, PMA : Macron aborde avec prudence une rentrée à risques Le pouvoir assure avoir tiré un trait sur l’arrogance des débuts, et privilégier désormais le dialogue. Mais les foyers potentiels de contestation n...
Emmanuel Macron renonce à sa future dotation d’ancien président Pour ses successeurs, le nouveau système de retraite rentrera dans le cadre du régime universel par points. Le chef de l’Etat ne siégera pas non plu...
Le « héros », figure-clé du récit national macroniste Le chef de l’Etat présidera, lundi aux Invalides, la cérémonie d’hommage aux treize soldats français morts au Mali le 25 novembre. Ce sera sa huiti...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA