Pour Macron, « ce qui a créé la colère sincère d’une partie de la population n’est pas derrière nous »

Politique

Le chef de l’Etat a estimé samedi qu’« il y a des problèmes profonds dans notre pays liés à l’injustice ».

Emmanuel Macron est revenu, samedi 27 juillet, sur la « colère sincère » qui s’est exprimée ces derniers mois en France, particulièrement au moment des manifestations des « gilets jaunes », et considéré à plusieurs reprises que ce qui a déclenché cette colère n’est « pas derrière nous ».

Rejetant le qualificatif de « crise », le chef de l’Etat a estimé qu’« il y a des problèmes profonds dans notre pays qui sont liés à l’injustice, aux difficultés économiques qu’on connaît depuis très longtemps, parfois aux doutes qui existent, aux défis qu’on a devant nous liés au vieillissement, au numérique, à l’écologie ».

En vacances, Macron affirme que la "crise" n’est "pas du tout derrière nous" https://t.co/c5zgqG49ne

— BFMTV (@BFMTV)

« Je pense que ceci crée des peurs, parfois ces peurs sont exploitées et donc notre défi est d’y répondre », a ajouté M. Macron, « vigilant » et « à la tâche », lors d’une sortie à Bormes-les-Mimosas, où se situe le fort de Brégançon, lieu de villégiature des présidents. « Je ne crois pas du tout que ce qui a, à un moment, créé la colère sincère d’une partie de la population soit derrière nous », a insisté Emmanuel Macron.

« Je pense qu’il y a une partie à laquelle nous avons su répondre, il y a une partie à laquelle nous n’avons pas encore répondu parce que ça prend du temps, il y a aussi une colère à laquelle il n’y a pas forcément de réponses immédiates. »

« Redonner une perspective »

« Il faut continuer à agir concrètement pour nos concitoyens à la rentrée, a préconisé le président. C’est ce que j’ai demandé au gouvernement et [il faut] redonner du sens à l’action, parce qu’il faut, non pas chercher à éteindre les peurs mais redonner une perspective, un cap de ce qui est vivre ensemble entre Français de manière apaisée. » Une tâche que le président dit aborder « avec beaucoup de détermination et d’humilité ».

« Il y a une aspiration à un sens profond dans notre pays et on ne l’a pas encore trouvé. »

Egalement interrogé sur la démission de François de Rugy, M. Macron a prôné la « modération » et mis en garde contre « les tweets, les polémiques, les invectives qui montent » et « parfois nous conduisent à agir et à surréagir ».


Lire la suite : Pour Macron, « ce qui a créé la colère sincère d’une partie de la population n’est pas derrière nous »


Articles en Relation

Retraites, PMA : Macron aborde avec prudence une rentrée à risques Le pouvoir assure avoir tiré un trait sur l’arrogance des débuts, et privilégier désormais le dialogue. Mais les foyers potentiels de contestation n...
De l’éveil à la politique au passage en prison, Cyrille et Matthias racontent co... Les « gilets jaunes » marquent ce week-end le premier anniversaire du mouvement. Cyrille, 48 ans, et Matthias, 25 ans, font le bilan de cette année ...
Retraites, immigration, bioéthique… Macron ralentit le rythme des réformes Dès l’annonce de la mort de Jacques Chirac, le président de la République a repoussé les dossiers sensibles en cours. « Il faut laisser du temps au...
Poker menteur entre Macron et les syndicats Les numéros un des organisations patronales et syndicales, hormis la CGT, prépareraient un plan commun pour faire face au gouvernement, à la rentrée...
Le président Macron veut lutter contre les ingérences de la Turquie en France Attendu à Mulhouse, son discours devrait aborder le thème de la reconquête républicaine, selon l'Élysée. | Ludovic Marin / AFP  Inquiétude ...
Le « héros », figure-clé du récit national macroniste Le chef de l’Etat présidera, lundi aux Invalides, la cérémonie d’hommage aux treize soldats français morts au Mali le 25 novembre. Ce sera sa huiti...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA