Pour Macron, « ce qui a créé la colère sincère d’une partie de la population n’est pas derrière nous »

Politique

Le chef de l’Etat a estimé samedi qu’« il y a des problèmes profonds dans notre pays liés à l’injustice ».

Emmanuel Macron est revenu, samedi 27 juillet, sur la « colère sincère » qui s’est exprimée ces derniers mois en France, particulièrement au moment des manifestations des « gilets jaunes », et considéré à plusieurs reprises que ce qui a déclenché cette colère n’est « pas derrière nous ».

Rejetant le qualificatif de « crise », le chef de l’Etat a estimé qu’« il y a des problèmes profonds dans notre pays qui sont liés à l’injustice, aux difficultés économiques qu’on connaît depuis très longtemps, parfois aux doutes qui existent, aux défis qu’on a devant nous liés au vieillissement, au numérique, à l’écologie ».

En vacances, Macron affirme que la "crise" n’est "pas du tout derrière nous" https://t.co/c5zgqG49ne

— BFMTV (@BFMTV)

« Je pense que ceci crée des peurs, parfois ces peurs sont exploitées et donc notre défi est d’y répondre », a ajouté M. Macron, « vigilant » et « à la tâche », lors d’une sortie à Bormes-les-Mimosas, où se situe le fort de Brégançon, lieu de villégiature des présidents. « Je ne crois pas du tout que ce qui a, à un moment, créé la colère sincère d’une partie de la population soit derrière nous », a insisté Emmanuel Macron.

« Je pense qu’il y a une partie à laquelle nous avons su répondre, il y a une partie à laquelle nous n’avons pas encore répondu parce que ça prend du temps, il y a aussi une colère à laquelle il n’y a pas forcément de réponses immédiates. »

« Redonner une perspective »

« Il faut continuer à agir concrètement pour nos concitoyens à la rentrée, a préconisé le président. C’est ce que j’ai demandé au gouvernement et [il faut] redonner du sens à l’action, parce qu’il faut, non pas chercher à éteindre les peurs mais redonner une perspective, un cap de ce qui est vivre ensemble entre Français de manière apaisée. » Une tâche que le président dit aborder « avec beaucoup de détermination et d’humilité ».

« Il y a une aspiration à un sens profond dans notre pays et on ne l’a pas encore trouvé. »

Egalement interrogé sur la démission de François de Rugy, M. Macron a prôné la « modération » et mis en garde contre « les tweets, les polémiques, les invectives qui montent » et « parfois nous conduisent à agir et à surréagir ».


Lire la suite : Pour Macron, « ce qui a créé la colère sincère d’une partie de la population n’est pas derrière nous »


Articles en Relation

Le président Macron veut lutter contre les ingérences de la Turquie en France Attendu à Mulhouse, son discours devrait aborder le thème de la reconquête républicaine, selon l'Élysée. | Ludovic Marin / AFP  Inquiétude ...
«Travailler et produire davantage», et puis quoi encore? Les syndicats ont vu dans la phrase du président la menace d'une remise en cause des 35 heures. | Thomas Samson / AFP  La petite phrase de ...
Pourquoi l'économie française va mieux et pourquoi Macron n'en profite pas Le taux d'emploi des 15-64 ans a atteint un niveau record en 2019, tandis que le sous-emploi était en recul. | Frank Busch via Unsplash La ...
Emmanuel Macron savait-il vraiment où il mettait les pieds en allant chez Brut? Pas sûr qu'Emmanuel Macron, qui lui a donné un entretien en décembre, ait été mis au courant des caractéristiques de ce média. | Capture d'écran ...
Macron a tout à gagner à dévoiler ses sources scientifiques sur le coronavirus Une famille rennaise devant la deuxième allocution d'Emmanuel Macron sur l'épidémie de Covid-19, le 16 mars 2020. | Damien Meyer / AFP  Afi...
Emmanuel Macron est-il en train d'achever sa mue giscardienne? Le premier conseil des ministres du gouvernement Castex, le 7 juillet 2020 à l'Elysée. | Ian Langsdon / POOL / AFP  Les lendemains de chang...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA