Par temps de Covid-19, la masturbation est le moyen le plus sûr pour s'envoyer en l'air

Santé

Risque zéro d'attraper le Covid-19. | Dainis Graveris via Unsplash

L'été est là. Les désirs sont de sortie. Le danger de transmettre le virus aussi.

Mieux que le masque, le gel hydroalcoolique ou la distanciation sociale, la masturbation représente à ce jour l'arme la plus efficace pour combattre le Covid-19. Surtout en été, quand les chairs fraîches étalées au grand jour suscitent leur lot d'envies salaces, qui trop souvent se concluent par des rapprochements équivoques, prélude à des embrassades endiablées et à des pénétrations sauvages –autant de pratiques qui renforcent indubitablement la propagation du virus.

Imaginez-vous toute cette jeunesse confinée depuis des mois. Représentez-vous la somme des désirs réfrénés, et vous aurez une idée plus nette de la catastrophe à venir. Notre jeunesse est à cran, notre jeunesse est à bout, notre jeunesse confinée et martyrisée a soif de contacts rapprochés, de corps en feu, d'envolées lubriques. Elle rêve à de nouvelles rencontres, à des retrouvailles énamourées, à des nuits sans lendemain où triomphe l'appel de la luxure enfin libérée.

Si on ne l'arrête pas à temps, cette malheureuse jeunesse baisera tout ce qui bouge et donnera un nouvel élan au Covid-19. La deuxième vague, la voilà: c'est celle des baisers voraces, des attouchements réciproques, des va-et-vient passionnés qui dessinent dans le ciel des firmaments d'extase. On ne s'appartient plus, on oublie tout, les gestes barrières comme le port du masque, et dans cet abandon de la chair livrée à elle-même, on bande la courbe de la pandémie vers des hauteurs vertigineuses.

Certes, il faut bien que jeunesse se passe. Il lui faut exulter pour exister. Mais par égard pour les vieux que nous sommes, nous la prions de contenir ses envies et d'user de son bon sens. Aussi pas de missionnaire quand on en vient au moment des figures imposées. En aucun cas. Sous aucun prétexte.

de respecter une quelconque distance de sécurité quand les deux corps s'enchevêtrent au point de former une masse grouillante qui de soubresauts en ahanements, de râles en gémissements, s'en va conquérir de haute lutte le graal du plaisir partagé.

Le missionnaire mis de côté, les options ne sont pas légion si on n'a pas sous la main son Kamasutra de poche. À bien y réfléchir, la position la plus adéquate serait celle où la/le partenaire, tournant le dos à sa/son partenaire, prendrait comme point d'appui sa raideur turgescente et, coulissant dessus, s'en irait conter fleurette au mur d'en face, de telle façon à rendre inopérants les échanges salivaires tout comme les encouragements beuglés à tue-tête, voire les toujours possibles remontrances.

Qu'on se le dise, la chevauchée fantastique à l'envers, dite pour les spécialistes la position amazone inversée, annonce la défaite du coronavirus....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Par temps de Covid-19, la masturbation est le moyen le plus sûr pour s'envoyer en l'air

 

Articles en Relation

Pourquoi les antivax se méfient du vaccin contre le Covid-19 Les vaccino-sceptiques ne constituent pas une majorité. | Gustavo Fring via Unsplash Une enquête a révélé qu'entre 20 et 32% des Français·es ne se fe...
Covid-19 et sida, des points communs et des différences Des professionnel·les de santé devant un gymnase reconverti en centre d'urgence Covid-19 à Taverny (Val-d'Oise), le 22 mars 2020. | Ludovic Marin / AF...
Pour faire face au Covid-19, faites l'amour Rien ne vaut une partie de jambes en l'air pour renforcer son organisme. | Alejandra Quiroz via Unsplash Avoir des relations sexu...
Cartographie de la mortalité due au Covid-19 en France et en Allemagne Une terrasse à Munich, le 18 mai 2020. L'agglomération bavaroise a un taux de décès rapporté au nombre de cas attestés parmi les plus faibles de tout ...
Faire l'amour plus souvent pourrait retarder la ménopause La ménopause obéit avant tout à des facteurs génétiques, mais elle est également influencée par le mode de vie. | Timothy Meinberg via Unspl...
Quand le coronavirus va-t-il disparaître? Dans le métro parisien, le 11 mai 2020. | Geoffroy Van der Hasselt / AFP  Les scénarios pour la suite de la lutte contre le Covid-19 se précisen...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA