On a revu et classé tous les épisodes de «Game of Thrones» depuis le début

Loisirs

Réalisation, écriture, homogénéité, performances des acteurs et des actrices, impact sur le reste de l'histoire... Nous avons considéré tous ces critères pour noter et classer chaque épisode.

En attendant la huitième et ultime saison de Game of Thrones, qui démarre le 14 avril, nous avons décidé de classer les soixante-sept épisodes de la série. Pour les départager, nous les avons tous revus et établi plusieurs critères de notation: pour chaque épisode, l'écriture, l'homogénéité et l'impact sur le reste de l'histoire étaient chacun notés sur 5 points, et la réalisation et les performances des acteurs et actrices sur 3 points. Voici, donc, les soixante-sept épisodes des sept premières saisons classés du pire au meilleur.

67. Insoumis, invaincus, intacts / Unbowed, Unbent, Unbroken (S5E6)

Mais qu'a donc fait cet épisode pour mériter la dernière place du classement? Tout n'est pas à jeter: on y trouve notamment le procès et l'emprisonnement de Margaery et Loras Tyrell par le Grand Moineau, et d'excellentes joutes verbales entre Olenna et Cersei. Mais c'est aussi l'épisode où Sansa se fait violer, un rebondissement (qui n'existe pas dans le livre) tellement perturbant et misogyne dans son exécution qu'il a soulevé de très nombreuses critiques lors de sa diffusion. Le viol comme outil de motivation et de développement pour un personnage est un cliché souvent manipulateur, et il est particulièrement décevant de voir Game of Thrones y céder aussi. Pire encore, la réalisation de la scène dérobe toute autonomie à Sansa, puisqu'elle se termine sur le visage torturé de Théon Greyjoy, comme si son traumatisme était encore plus grand que celui de Sansa. Aucun doute, cette scène gratuite constitue le pire moment de toute la série.

66. Au-delà du Mur / Beyond The Wall (S7E6)

«Beyond The Wall» incarne un peu tous les problèmes de la saison 7: du grand spectacle qui éblouit par moments mais bafoue tous les codes narratifs de la série le reste du temps. Ça aurait dû être un moment inoubliable: une sorte de version Westeros des Sept Mercenaires avec la mission quasi suicidaire de l'autre côté du Mur de sept de nos personnages préférés (Jon Snow, Tormund, Sandor Clegane, Jorah, Béric, Thoros et Gendry), qui se conclut par la mort et la transformation en dragon de glace de Viserion.

Mais le déroulé de leur excursion est tellement absurde qu'on a du mal à ne pas passer tout l'épisode à questionner chaque rebondissement. Comment nos héros n'ont-ils pas envisagé de se retrouver nez à nez avec toute l'armée des morts? Combien de temps sont-ils restés sur leur îlot avant d'être secourus par Daenerys? Et où est-ce que les Marcheurs Blancs sont allés trouver des chaînes aussi grosses pour repêcher le dragon? Cela peut paraître ridicule de pinailler sur des détails pareils, mais Game of Thrones a passé sept saisons à bâtir un univers avec ses règles et ses codes. C'est ce sens du détail qui nous permet de nous immerger autant dans l'histoire et d'adhérer à ses éléments les plus fantastiques. Quand un épisode comme Beyond The Wall décide de faire fi de tout ce contexte, c'est l'intrigue qui en pâtit.

Pire encore, l'épisode nous offre la continuation de l'intrigue la plus manipulatrice et bâclée de toute la série: la pseudo dispute entre Sansa et Arya. Un chapitre épuisant, qui ne rime à rien et qui finira en eau de boudin dans l'épisode suivant.

65. Les Guerres à venir / The Wars To Come (S5E1)

Le premier épisode de la saison 5 est un bon condensé des intrigues un peu chiantes à venir: l'influence grandissante de la secte du Grand Moineau et des Fils de la Harpie. Ajoutez à ça les histoires des dragons enfermés de Daenerys et un Tyrion rongé par l'alcool et la haine de soi et vous obtenez un des épisodes les plus faibles de la série. Heureusement, Jon vient remonter le niveau dans les dernières minutes en achevant Mance Rayder d'une flèche au cœur pour lui épargner d'être brûlé vivant par Stannis –une scène qui établit un peu plus Jon comme héros au code de l'honneur implacable.

64. Le Cadeau / The Gift (S5E7)

On passe beaucoup trop de temps sur la cruauté sans aucune nuance de Ramsay Bolton: après le corps couvert de bleus de Sansa, on a droit à de très longs plans sur le corps dépecé d'une vieille dame qui comptait l'aider à s'échapper. Un épisode de remplissage assez médiocre dans son ensemble, à part la scène émouvante de la mort de Maester Aemon et l'arrestation (un peu jouissive, il faut l'avouer) de Cersei à la fin.

Lire la suite sur Slate.fr - On a revu et classé tous les épisodes de «Game of Thrones» depuis le début

Articles en Relation

Ce que «Game of Thrones» doit à la Guerre des Deux-Roses Le roi Robert Baratheon et son équivalent historique, Édouard III. | Capture d'écran Game Of Thrones et National Portrait Gallery Pour sa saga, ...
«Tiger King», pas un personnage pour rattraper l'autre Joe Exotic et consorts ont attiré 34 millions de personnes devant leur écran outre-Atlantique. | Capture d'écran via YouTube  Très populaire sur...
Le véritable Q de «James Bond» était une femme Jonna Mendez en interview pour le New York Times, en 2017. | Capture écran via Facebook Sur les six agentes des services secrets étudiées dans la nou...

RECHERCHE LOISIRS PAS CHER

 

TOP CINE DVD

BONNES AFFAIRES LOISIRS

TOP LOISIRS