On a demandé aux personnels paramédicaux ce qu'ils pensaient de la vaccination

Santé

«lI me paraîtrait hypocrite de vouloir soigner tout en reniant les fondements scientifiques qui amèneraient à mettre en danger mes patients», témoigne Claire, kinésithérapeute. | Bertrand Guay / AFP 

Jean Castex envisage l'instauration de l'obligation vaccinale pour ces soignants, qui sont jugés réfractaires au traitement. Mais le sont-ils vraiment? Jusqu'ici, on ne leur avait pas vraiment posé la question. C'est dorénavant chose faite.

Tribune après tribune, interview après interview, les prises de parole sur la vaccination des personnels soignants contre le Covid-19 tendent à être monopolisées par les médecins, ce qui a pour effet d'invisibiliser les professions paramédicales (infirmiers, kinésithérapeutes, aides-soignants, orthophonistes, diététiciens, etc.)

Alors que les paramédicaux hospitaliers de l'AP-HP ne sont complètement vaccinés qu'à 51% (contre 70% du personnel médical), cette catégorie de soignants, qu'ils soient salariés ou libéraux, est constamment pointée du doigt par les médecins avec souvent un certain paternalisme voire une sorte de mépris. Pour autant, les paramédicaux vaccinés contre le Covid, favorables à la vaccination, voire à l'obligation vaccinale chez les soignants, sont légion. Subissant souvent l'image erronée de n'être que les simples exécutants des décisions des médecins, ils pâtissent aujourd'hui d'un stigmate supplémentaire lié au refus vaccinal de leur confrères et consœurs. Quels sont leurs motivations et quel regard portent-ils sur leurs collègues réfractaires?

Un acte civique

Le 5 mars 2021, le ministère de la Santé enjoint les professionnels de santé à recevoir leur injection. Dans la lettre qu'il leur adresse, Olivier Véran souligne que la vaccination leur est ouverte depuis le mois précédent mais que «près de 40% des personnels des EHPAD et 30% des personnels des établissements de santé sont vaccinés. C'est un chiffre encourageant mais qui ne progresse que trop peu. [...] Si vous n'êtes pas encore vaccinés, faites-le rapidement. Il en va de notre responsabilité collective. » 

Si ce rappel à l'ordre passe mal, nombre des professionnels concernés estiment que la vaccination est indispensable à la protection de leurs proches et de leurs patients. Pierre-Henri, infirmier dans un CHU, explique les raisons qui l'ont conduit à passer à l'acte. «Ça a été une évidence.» Comme beaucoup, il a reçu la crise sanitaire de plein fouet et connaît les ravages de la maladie. «L'objectif est bien sûr de me protéger mais aussi de protéger les autres et notamment mes proches, mes parents ainsi que la grand-mère de ma femme», explique t-il. Guida, orthophoniste, n'y a pas non plus réfléchi à deux fois: «J'attendais avec impatience de pouvoir le faire, que ce soit pour me protéger ou pour protéger mes patients, dont certains sont sous chimiothérapie et donc immunodéprimés. Le vaccin est la seule manière de lutter efficacement contre la diffusion du virus.»

Naïs, kinésithérapeute, explique comme nombre de ses collègues: «Non seulement certains de mes patients ne sont jamais revenus, mais de nouveaux sont arrivés avec des séquelles de leur hospitalisation en réanimation ou un Covid long. C'est un vrai facteur incitatif.» «C'est un acte civique, ajoute Pierre-Henri. Toute la société doit œuvrer afin d'éviter une nouvelle vague et l'engorgement des hôpitaux qui s'ensuit.»

Claire, kinésithérapeute, estime que la vaccination est «une obligation morale [pour les soignants]. Il me paraîtrait hypocrite de vouloir soigner tout en reniant les fondements scientifiques qui amèneraient à mettre en danger mes patients. Ce serait prendre le risque d'être responsable de l'hospitalisation voire du décès de l'un d'eux. Cette idée m'est insupportable.» Elle relève, a posteriori, un effet très désirable du vaccin: «Après ma première dose et la nuit un peu délirante qui l'a suivie, le retour au réel s'est fait avec une prise de conscience forte: maintenant je suis sûre que je ne vais pas mourir. L'épée de Damoclès a disparu. Quel soulagement! Je me suis sentie légère et très heureuse.»

Une prophylaxie qui a fait ses preuves

Ceux qui interrogent l'efficacité et l'innocuité des vaccins anti-Covid sont peu nombreux, même si Claire concède: «En février, j'avais un peu peur d'éventuels effets indésirables, mais je savais que de toute façon j'allais me faire vacciner parce que c'est la seule solution.»

Clément, infirmier en psychiatrie, explique avoir été rassuré par les médecins qu'il suit sur Twitter: «J'ai acquis une grande confiance en eux depuis le début de la pandémie. Ils avaient non seulement une démarche scientifique mais ils n'hésitaient pas à se montrer critiques envers le gouvernement.»....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - On a demandé aux personnels paramédicaux ce qu'ils pensaient de la vaccination

Articles en Relation

Devrait-on payer les gens pour qu'ils se fassent vacciner? Il existe tout un panel de possibilités qui permettent d'encourager et de motiver sans contraindre ni créer la défiance. | Ivan Diaz via Unsplash Sel...
Peut-on faire un Covid long tout en étant vacciné? Le Covid long consiste en un ensemble de symptômes débilitants pouvant persister pendant des semaines ou des mois après la fin de l'infection. | ...
«J'ai encore plus envie d'aider»: face à la crise sanitaire, l'attractivité du m...  Un soignant, au service des urgences de l'hôpital Louis Pasteur à Colmar, le 26 mars 2020. | Sébastien Bozon / AFP  Plongés au cœur de l'u...
Quels sont les lieux où l'on risque le plus d'être contaminé au Covid-19? À l'inverse des terrasses ouvertes, les endroits clos tels que les magasins comportent un risque important. | Malcolm Lightbody via Unsplash...
Variant Delta: ce qu'il faut faire pour protéger les enfants à l'école Des élèves d'une école primaire d'Eysines, dans la banlieue de Bordeaux, le 25 février 2021. | Philippe Lopez / AFP   La hausse des ca...
Beaucoup d'infections, peu de décès: les mystères du Covid-19 en Inde Un homme attend son train, devant une fresque murale liée au Covid-19, à Mumbai, le 23 mars 2021. | Indranil Mukherjee / AFP Alors que le p...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA