Nouveaux investisseurs, nouveaux courtiers, nouvelles entreprises cotées: la bourse prend un sacré coup de jeune

Economie

Les outils développés pour séduire les jeunes investisseurs sont là, toujours plus nombreux et encore plus perfectionnés. | Chris Liverani via Unsplash

Une génération d'investisseurs arrive, abordant le marché d'une autre façon, avec des outils inédits, à un moment où se multiplient les introductions en bourse de jeunes entreprises de haute technologie.

En mars 2020, alors que les mesures de confinement se généralisaient dans le monde, les marchés boursiers ont chuté de façon vertigineuse. Mais ils se sont redressés très vite et, dès le mois d'août, de nouveaux records étaient battus à New York. Surprise: ce n'étaient pas les investisseurs professionnels qui menaient la danse, mais des particuliers. Plus surprenant encore, on comptait parmi eux de nombreux jeunes, que l'on n'avait jamais vus sur les marchés auparavant. D'abord visible aux États-Unis, ce mouvement est apparu très vite en Europe aussi.

En France, l'AMF (Autorité des marchés financiers) fait état, dans son rapport annuel 2020, d'un afflux de nouveaux investisseurs plus jeunes et plus actifs: «Nous avons ainsi enregistré environ 60 millions de transactions boursières de particuliers en 2020 contre 25 millions les années précédentes.» Sur l'ensemble de l'année, 410.000 nouveaux investisseurs ont été dénombrés. Ce phénomène a paru suffisamment important pour justifier la création d'un tableau de bord trimestriel des investisseurs particuliers actifs en bourse.

Les moins de 25 ans arrivent

Les chiffres recueillis au début de 2021 confirment cette évolution. En 2020, l'âge médian des nouveaux investisseurs avait été de 46 ans contre 58 ans en 2018 et 2019. Ce rajeunissement se poursuit: de mars 2019 à mars 2021, la part des moins de 35 ans est passée de 11% à 18,1% chez les détenteurs d'actions en direct.

Ces chiffres sont certes à relativiser: les gros bataillons de boursicoteurs se situent encore entre 35 ans et 64 ans (49% du total) et à partir de 65 ans (32,9%). Mais il n'en demeure pas moins que le taux de détention d'actions en direct (sans passer donc par une assurance-vie ou des placements collectifs) chez les moins de 35 ans a presque doublé en deux ans, passant de 2,3% en 2019 à 4,4% en 2021. Et on constate que ce taux de détention est supérieur chez les moins de 25 ans (4,7% en 2021) que chez les 25-34 ans (4,0%). C'est bien chez les plus jeunes des adultes que le mouvement est le plus fort.

Comment ce brusque intérêt peut-il s'expliquer dans une classe d'âge où, jusqu'à présent, les vocations de boursicoteur étaient relativement peu nombreuses, si l'on excepte les élèves des écoles de commerce, parce qu'elles supposent de pouvoir mobiliser un minimum d'épargne? Comme toujours en économie (et dans bien d'autres domaines), il n'y a pas d'explication unique à ce phénomène, mais un faisceau d'éléments convergents.

Les marchés boursiers étaient très chers au début de 2020 et pouvaient décourager d'éventuels nouveaux arrivants; après des baisses de l'ordre de 30% ou 40%, voire plus, ils sont devenus beaucoup plus abordables. Le confinement a eu aussi un effet favorable: même pour ceux qui étaient en télétravail, les longues heures passées chez soi ont laissé du temps libre pour explorer les sites d'informations boursières et ceux des courtiers en ligne. Et dans certains pays comme les États-Unis, les aides versées aux ménages ont été assez généreuses pour compenser très largement les éventuelles pertes de revenus; elles se sont retrouvées pour une part non négligeable investies en bourse....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Nouveaux investisseurs, nouveaux courtiers, nouvelles entreprises cotées: la bourse prend un sacré coup de jeune

Articles en Relation

La folie bitcoin ou l'incroyable engouement pour une monnaie controversée Tout le monde parle et veut du bitcoin, à commencer par les jeunes générations. | Chris Liverani via Unsplash Ce pur produit spéculatif qui bat ...
Les petits patrons français en grand danger de burn-out «Je me demande sans cesse comment je vais nourrir mes enfants, si je vais finir par m'en sortir», s'inquiète Ludivine Cuchor, propriétaire d'un b...
Aides Covid-19 pour les Entreprises, les Indépendants et les Entrepreneurs Aides Covid-19 : Suite à l’annonce d’un confinement national, plusieurs mesures d’urgence ont été mises en place pour aider les entreprises, les indép...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA