Nous sommes aussi responsables de l'enfer vécu par Britney Spears

Musique

Une pancarte brandie lors d'une manifestation du mouvement #FreeBritney, le 23 juin. | Rich Fury / Getty Images via AFP 

Après treize ans sous la tutelle de son père, la chanteuse demande la levée de ce régime. Pourra-t-elle jamais retrouver sa liberté? La réponse dépend aussi de nous, en tant que société.

«Je ne suis pas heureuse. Je n'arrive pas à dormir. J'ai tellement de colère en moi, c'est de la folie. Et je suis déprimée. Je pleure tous les jours. […] Je veux juste retrouver ma vie. […] Je mérite mon intimité.» Les vingt-quatre minutes que durent la déposition de Britney Spears devant la Cour de Los Angeles sont intenses, glaçantes et laissent un profond sentiment de tristesse. Le mois dernier, la chanteuse de 39 ans déposait une demande officielle de levée de sa tutelle, et ce 23 juin, elle a courageusement tenu à ce que pour la première fois, sa prise de parole dans ce dossier soit rendue publique.

Pour justifier sa demande de révision de son statut légal, Britney détaille d'une voix rapide à la juge Brenda Penny les souffrances, abus et privations de liberté qu'elle subit depuis treize ans, depuis que son père Jamie a été nommé son tuteur. Elle raconte le travail imposé, comment elle a été forcée à répéter 7 jours sur 7 et exécuter des shows alors qu'elle était à bout de forces. Comment on s'est servi d'elle pour faire tourner une entreprise qui emploie des milliers de personnes et génère des dizaines de millions de dollars par an de recettes (dont elle ne perçoit que 0,1%), alors qu'elle-même est privée de carte bancaire, obligée de demander la permission pour acheter une fringue, un café, ou aller chez le coiffeur.

Britney ne remet pas en cause sa fragilité mentale, elle reconnaît avoir besoin d'un suivi thérapeutique, mais elle est formelle: le traitement qui lui est actuellement imposé est inadapté, et abusif. Isolée, traitée comme une machine à cash, elle dit stop et veut retrouver le contrôle de sa vie. Pouvoir gérer son agenda. Monter seule en voiture avec son mec. Choisir ses amis. Être libre de se marier, ou de faire retirer son stérilet pour avoir un autre enfant (un rendez-vous médical qu'on lui refuse aujourd'hui).

Britney se marie, Britney divorce, Britney part en désintox...

Je me souviens très bien de l'enchaînement qui a conduit à cette situation. De 2005 à 2008, j'étais rédactrice pour un magazine people. C'était la grande époque de la télé-réalité, le règne de la paparazzade, le début des réseaux sociaux. Facebook et Twitter étaient encore balbutiants, mais on se connectait déjà au quotidien sur TMZ, X17 et le blog de Perez Hilton.

Britney était alors LE personnage incontournable du paysage people. Chaque jour nous arrivaient des centaines de clichés, on remarquait le moindre changement physique, on connaissait son adresse, sa routine, ses habitudes. Et chaque semaine, on écrivait la suite du feuilleton: Britney se marie, Britney attend son premier enfant, Britney attend déjà son deuxième enfant, Britney divorce, Britney sort bourrée avec Paris Hilton et Lindsay Lohan, Britney part en rehab

Puis, un matin de février 2007, on a découvert les images d'elle saisissant une tondeuse dans un salon glauque de Downtown L.A. pour se raser le crâne devant les caméras. À l'époque, les vendeurs des agences photos passaient encore dans les rédactions avec des piles de tirages sous le bras. Je me souviens de ces clichés étalés sur les tables. Le moment était fou, graphique, symbolique, capté en direct: tous les ingrédients d'une bombe médiatique. Évidemment, avec le recul on avait aussi sous les yeux les images d'un sabotage tragique....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Nous sommes aussi responsables de l'enfer vécu par Britney Spears

Articles en Relation

L'étonnant retour en grâce de la cassette audio 156.542 cassettes ont été vendues l'an passé au Royaume-Uni. Un record depuis 2003. | Tobias Tullius via Unsplash Ce support emblématique a de n...
Anitta, reine de la pop brésilienne et nouvelle icône féministe Anitta, troisième personnalité politique la plus influente au Brésil, est devenue une icône féministe. | Capture d'écran Anitta via YouTube ...
2020 a une musique à son image, l'hyperpop Image extraite du clip de Yoga de 645AR. | Capture d'écran via YouTube Des musiciens connaissent un succès grandissant en réinventant ...
Il y a vingt ans, Lunatic plongeait le rap français dans le noir Booba et Ali dans le clip de «Strass et Paillettes», sorti en 2002. | Lunatic via Youtube L'unique album du duo, «Mauvais Œil», célèbre ses...
Avec «Donda», Kanye West n'est plus à une contradiction près Si Dieu juge, Ye devrait peut-être se méfier de son ultime avis. | Capture d'écran Kanye West via YouTube Ce dixième album est tout bonnement fa...
La musique ambient et New Age assure ma survie depuis que les concerts et clubs ... L'ambient et le New Age sont là pour nous rappeler l'importance de l'écoute. | Igor Kasalovic via Unsplash Longtemps moqués, ces styles musicaux...

MUSIQUE LIVE

PROMO MUSIQUE