Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux

Actualités

Le tweet a été cité près de 5.000 fois, avec à chaque fois des commentaires désobligeants envers les vegans et les antispécistes. | via Open Food Fact

Sur Twitter, certains ont pris la défense des Dinosaurus jusqu'à leurs dernières miettes. Pourtant, l'info de départ était fausse.

«Ne laissez pas disparaître les dinosaures une deuxième fois», «C'est le truc le plus idiot que j'ai jamais vu», «Sérieux les vegans, vous n'avez rien d'autre à faire?» Depuis quelques jours, un message du compte L'Important, agrégateur de contenus, circule beaucoup sur Twitter. La Vegan Society, association militante anglophone, aurait «demandé l'interdiction des biscuits en forme d'animaux». Le tweet, très affirmatif, est associé à l'image de biscuits en forme de dinosaures, les biens connus Dinosaurus (miam). À ce jour, il a été cité près de 5.000 fois, avec à chaque fois des commentaires désobligeants envers les vegans et les antispécistes, qui auraient choisi un combat bien peu noble: défendre les animaux en interdisant de les manger sous forme de biscuits.

Quand j'ai vu passer le tweet, et bien que je sois engagée contre l'idéologie antispéciste à titre personnel, je me suis dit qu'un truc clochait. Certes, j'ai déjà lu des choses très déconcertantes dans la littérature antispéciste («Faut-il sauver le lièvre du renard?», par exemple, ou bien l'enjeu de la pâtée végane pour chats), mais là, l'information me paraissait peu crédible, notamment du fait du caractère impératif de la supposée «demande». Après une petite enquête, j'ai compris qu'il s'agissait effectivement d'une fake news… Même si, comme toujours dans ces cas-là, «c'est plus compliqué». Explications.

Itinéraire d'une fake news

Si le tweet de L'Important date du 13 avril, «l'information» est en fait bien plus ancienne. Remontons le fil. L'article du média Radio Star Sud vers lequel il renvoie, a été publié le 7 avril, selon le cache Google. Il a été dépublié depuis, après avoir comptabilisé près de 30.000 vues (ce qui doit être un joli succès d'audience pour cette radio locale).

En réalité, on retrouve le 31 mars un papier similaire sur le site belge de 7sur7, pas exactement connu pour sa rigueur journalistique. Puis un post sur Reddit amusé le 1er avril, ce qui m'a au début fait penser à un poisson d'avril. Mais non, le papier de 7sur7 date bien du 31 mars. Comment s'est-il retrouvé sur L'Important? Via un tweet de l'internaute @fmomboisse, d'ailleurs cité par le média dans son tweet viral. L'auteur du message a finalement supprimé son tweet le 14 avril, «sentant la fake news», ce qui n'est pas le cas de L'Important, qui engrange les likes et RT indignés jusque dans des pays non-francophones depuis quatre jours, à en juger par les réponses qu'on trouve aussi en anglais ou espagnol.

Un précédent à l'affaire

Voilà pour l'itinéraire de cette fake news, somme toute assez classique: d'un côté, on se moque d'une info non vérifiée (et d'une communauté); de l'autre, on laisse circuler l'erreur pour faire du chiffre. Mais pour autant, cette information est-elle fausse sur le fond? C'est là que les sarcasmes envers les militants antispécistes ne sont pas tout à fait injustifiés.

Précisons d'abord une chose: en cherchant sur le site de la Vegan Society, on ne trouve aucune mention des Dinosaurus, ni d'une manière générale des animal crackers. L'association n'a pour l'instant pas réagi au message viral qui circule à son sujet, mais ne semble pas militer activement pour l'interdiction des biscuits en forme d'animaux.

 

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Non, la Vegan Society ne demande pas la fin des biscuits en forme d'animaux

Articles en Relation

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter Il a ceci d'une personne joviale qui l'éloigne des discours et politiques américaines souvent désagréables à l'égard du Mexique. | @USAmbMex via ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA