Non, la peste n’est pas une maladie du passé

Santé
 

En ce début d'octobre 2017, la peste a fait plus de cinquante morts à Madagascar, pour un demi-millier de personnes touchées. Cette maladie, que l'on sait très bien combattre, sévit toujours, notamment dans des pays d'Afrique, et est considérée comme une maladie réémergente dans le monde par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). C'est ce que montrait nettement une étude parue en 2013 sur la période 2000-2009.

Article d'Agnès Roux publié le 16 novembre 2013

Avec l'amélioration des connaissances et les progrès de la médecine, certaines maladies ont peu à peu disparu de nos vies. La variole par exemple, qui était autrefois un fléau redoutable, est aujourd'hui complètement éradiquée. Cependant, les épidémies de choléra et de polio qui frappent régulièrement certains pays nous rappellent que les maladies oubliées dans le monde occidental ne font pas toujours partie du passé.

Décrite depuis l'Antiquité et rendue tristement célèbre par ses vagues meurtrières sans pareilles, la peste est la grande maladie des livres d'histoire. Dans l'imaginaire collectif, cette maladie infectieuse est synonyme de fléau. Au Moyen Âge, elle terrifia par sa virulence et sa contagiosité, notamment lors de l'épisode de la peste noire qui extermina entre 30 et 50 % de la population européenne, ce qui correspond à plus de 25 millions d'êtres humains. La dernière pandémie, appelée peste de Chine, a pris naissance à la fin du XIXe siècle en Chine et s'est répandue dans le monde entier tuant plus de 10 millions de personnes.

La peste et ses vagues meurtrières

C'est au cours de cet épisode meurtrier qu'Alexandre Yersin, un jeune médecin d'origine suisse, a isolé le bacille de la peste (appelé ensuite Yersinia pestis), sur des cadavres d'Hommes et de rongeurs. Véhiculée par des puces de rats et d'autres rongeurs, la bactérie est transmise à l'Homme par les morsures d'insectes infectés. La suite n'est pas rassurante : après une semaine d'incubation, de nombreux symptômes comme une forte fièvre, des frissons et des vertiges apparaissent. En l'absence de traitement, la peste bubonique emporte 60 à 70 % des malades. Les formes les plus graves de la maladie, à savoir la peste pulmonaire et la peste septicémique, sont quant à elles presque systématiquement fatales.

 

Heureusement, au XXe siècle, la découverte des antibiotiques et les mesures de santé publique ont fait énormément reculer les épidémies. En France, les derniers cas de peste remontent à 1945. Or, la maladie sévit encore dans certains pays pauvres d'Afrique, d'Amérique et d'Asie. Selon l'Institut de veille sanitaire (InVS), près de 40.000 cas de peste auraient été recensés dans plus de 25 pays entre 1989 et 2003. La maladie est donc loin d'avoir disparu. À l'heure actuelle, il existe un vaccin, mais son utilisation est délicate et entraîne de lourds effets secondaires. Pour ces raisons, il n'est pas encore disponible au public.

L’agent de la peste, Yersinia pestis, observé en microscopie à fluorescence. © hukuzatuna, Flickr, cc by nc nd 2.0

L’agent de la peste, Yersinia pestis, observé en microscopie à fluorescence. © hukuzatuna, Flickr, cc by nc nd 2.0


Lire la suite : Non, la peste n’est pas une maladie du passé


Articles en Relation

Un dysfonctionnement neuro-immunitaire pourrait expliquer la dermatite atopique Des chercheurs français de l'Institut national de la recherche médicale (Inserm) en collaboration avec une équipe américaine de l'université de St...
Le retour en force des capsules de protoxyde d'azote, la drogue «festive» prisée... La «drogue du pauvre» s'achète sur Snatchap entre 30 centimes et un euro l'unité et ses capsules après usage finissent par joncher les pavés. | L...
L'égalité des genres protégerait la santé des hommes Bien que l'égalité des genres soit souvent centrée sur des problèmes féminins, l'inégalité affecte également les hommes. C'est ce que rappelle une...
Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique L'hyperémèse se caractérise par des nausées extrêmes, des vomissements et une perte de poids qui met en danger la vie de la mère et du fœtus. | Evil E...
«C'est l'échec absolu»: des chirurgiens nous parlent de la mort au bloc opératoi... «Et là, le cœur ne battait plus. La veille, je lui avais dit “à bientôt”», raconte Romain, interne de chirurgie thoracique et cardio-vascula...
Que valent vraiment les masques en tissu fabriqués à la maison contre le coronav... «À la guerre comme à la guerre», répondent les soignant·es qui manquent de moyens au mot d'ordre du président Macron. | Sophie Cmbr  Confectionn...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA