Noël est sauvé, mais à quoi ressemblera-t-il?

Sociétés

Avec le Covid-19, il faut repenser notre manière de fêter Noël. | Joel Saget / AFP  

Dans le contexte épidémique singulier que nous traversons, comment allons-nous négocier avec les traditions pour célébrer les fêtes de fin d'année?

Depuis octobre, une expression résonne dans les discours politiques et populaires: «Il faut sauver Noël.» Pourquoi cette crispation autour d'une fête souvent perçue comme stressante, déprimante et source de conflits et d'obligations? Pourquoi cette insistance alors que nous vivons une crise sanitaire inédite et somme toute incompatible avec les habituelles célébrations?

«Sauver Noël plutôt que sauver les gens, c'est étrange», glisse Dominique Costagliola lorsqu'on lui présente ce sujet. L'épidémiologiste, directrice de recherches à l'Inserm, sait que cette année «nous ne pourrons pas fêter Noël comme d'habitude».

Elle-même prévoit des ajustements par rapport aux années précédentes: «Chaque année, nous faisons un repas de Noël avec mes frères, leurs épouses et mes neveux et nièces. À ce jour, je ne suis pas sûre que l'on puisse le faire tous ensemble. Brasser les générations et notamment les plus âgées qui voient peu de monde et qui sont plus fragiles avec les plus jeunes qui sont potentiellement plus en contact avec le virus est problématique. Ce serait très difficile pour eux d'être ceux qui nous auraient transmis l'infection.»

Un Noël déconfiné, malgré l'incertitude

Malgré les annonces de relâchement progressif du confinement le mardi 24 novembre par Emmanuel Macron, nous restons dans une zone d'incertitude en partie liée au fait que si nous savons que le Covid-19 circule toujours, le suivi de sa circulation a été perturbé par l'arrivée des tests antigéniques.

«Nous ne savons pas exactement combien de ces tests ont été faits, déplore Dominique Costagliola. On ne peut pas reconstituer précisément le taux de positivité. Il est donc difficile d'interpréter les données actuelles et de dire à quelle vitesse la circulation décroît et donc de savoir si au 15 décembre on aura atteint le seuil des 5.000 contaminations par jour.»

Si la petite phrase du professeur Rémi Salomon, président de la commission médicale d'établissement de l'AP-HP, sur la bûche de Noël mangée par papi et mamie dans la cuisine a fait sourire ou grincer des dents, il semble à ce jour évident que les repas festifs partagés en famille élargie ne pourront avoir lieu cette année.

«Nous sommes dans une zone d'incertitude et il est difficile de prendre des décisions dans ce contexte, note Dominique Costagliola. Reste que nous savons que beaucoup de contaminations ont lieu dans le cadre de repas familiaux et professionnels. Il faudra donc nécessairement prendre des précautions à Noël.»

Elle espère que d'ici là, la stratégie du «dépister, tracer, isoler» –qui a été jusque-là avant tout du «tester, tester, tester»– puisse être mise en pratique avec des solutions locales et adaptées aux différents territoires. «J'espère que le gouvernement profitera du temps restant jusqu'à Noël pour s'organiser moins mal qu'il ne l'a fait jusqu'à présent et accompagner les gens pour trouver des solutions d'isolement tenables et proposer des recommandations tenables pour les fêtes.» ...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Noël est sauvé, mais à quoi ressemblera-t-il?

Articles en Relation

Raclettes party, dates Tinder... les petites entorses des Français au confinemen... Le bien-être de la population française a été mis à mal pendant les confinements. | Scott Warman via Unsplash Afin de rompre leur isolement et a...
Le port du masque aura-t-il raison du maquillage? C'est surtout le rouge à lèvres qui fait grise mine, depuis qu'il n'a plus l'occasion de remplir sa fonction. | Ani Kolleshi via Unsplash L'obli...
Face au Covid-19, le nouvel essor de la fête à la maison «Les Français font la fête dans les campagnes, dans les appartements, tout se réinvente.» | Droits réservés pour Slate.fr  Malgré les risqu...
Le masque est-il un frein à la séduction? Forcément, on misera davantage sur le regard. | Vera Davidova via Unsplash À l'époque du Covid-19, nous devons nous défaire d'un élément majeur de la...
À l'heure du Covid-19, le manque de contacts physiques affecte nos vies «L'élan de socialité est un élan vital, c'est comme manger et boire», selon Fabienne Martin-Juchat, professeure en sciences de la communication.&...
L'insoutenable légèreté des soirées pyjama du couvre-feu Ceux et celles qui rechignent d'ordinaire à rentrer chez eux ou chez elles sont ici encouragé·es à s'incruster. | Kelsey Chance via Unsplash...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA