Ne vous mettez pas d'ail dans le vagin

Santé

Cette pratique qui confond science et croyance est en vogue chez les adeptes de médecine dite «naturelle». | Nietjuh via Pixabay

Les dérives des médecines alternatives peuvent prêter à rire, mais elles présentent un réel danger de santé publique.

Au Canada anglophone, l'un des best-sellers de l'année 2019 s'appelle The Vagina Bible (La Bible du vagin, traduction à paraître chez First Édition). Son autrice, Jen Gunter, est une gynécologue qui prône l'éducation des femmes pour tout ce qui concerne leur propre appareil reproducteur, son fonctionnement et son entretien. Féministe chevronnée, Jen Gunter milite pour l'émancipation des femmes qui, à ses yeux, passe forcément par une connaissance éclairée de leur sexe, de son fonctionnement et de la manière de lui faire du bien.

Si Jen Gunter ne rigole pas avec la nécessité absolue de se débarrasser des remèdes de bonnes femmes, avec l'importance des vaccins ou avec l'inutilité de l'homéopathie, elle plaisante volontiers et ne manque pas de répartie.

Quand Jenna Jameson revendique sur Twitter que «l'une des meilleures raisons de remettre les vaccins en cause, c'est que le gouvernement les a rendus obligatoires», Jen Gunter répond: «L'éducation aussi, c'est obligatoire.»

Patriarcat

Si un livre sur le sexe des femmes (The Vagina Bible ne parle naturellement pas que du vagin; toute la zone génitale et anale est évoquée) est toujours bienvenu, surtout lorsque c'est une œuvre de vulgarisation qui met les points sur les «i» et les notions d'hygiène et de sécurité de base en avant, celui de Jen Gunter a cela de singulier qu'on y retrouve assez régulièrement deux mots en particulier: «patriarcat», et «ail».

Patriarcat, parce que la gynécologue estime que l'ignorance des femmes au sujet de leur propre appareil génital est avant tout la conséquence d'un système social dominé par les hommes. Pendant des siècles, ce système les a empêchées d'étudier et donc de devenir des scientifiques. L'appareil génital féminin n'a de la sorte quasiment jamais été un objet d'étude (que ce soit pour des raisons religieuses ou machistes) et les seules personnes ayant un minimum de connaissances sur l'anatomie féminine étaient les sages-femmes, elles aussi des femmes, qui devaient faire avec ce qu'elles avaient en matière de bagage scientifique –très léger. Dans le sillage de ce phénomène on trouve la persistance de certains remèdes «de bonnes femmes», comme elle les appelle, qu'il convient absolument d'identifier et d'éradiquer. C'est là que l'ail entre en scène. Ou plutôt dans la culotte.

L'ail, c'est sale

En ce début de troisième millénaire, dans les sociétés occidentales, des femmes s'introduisent des gousses d'ail dans le vagin pour soigner des mycoses plutôt que de s'en remettre à la médecine conventionnelle. Comme le commente le site scarymummy.com, la Dr Gunter s'est senti obligée de créer un fil Twitter pour expliquer que se mettre de l'ail dans le vagin pour soigner sa mycose est une «mauvaise» idée. Pour commencer, parce que ça ne marche pas.

Comme l'explique la gynécologue, d'une part l'effet placebo est très fort, donc un soulagement temporaire peut survenir, d'autre part entre 50% et 70% des femmes qui se soignent seules pour une mycose n'en ont pas en réalité (ça peut être autre chose), et ont un trouble qui se soigne tout seul, avec ou sans gousse d'ail.

Ensuite, parce que ça peut créer des problèmes. L'ail, c'est sale. Et si vous avez vraiment une mycose (ou un autre souci gynécologique), ça risque d'aggraver la situation.

Enfin, ça ne peut pas fonctionner. L'idée que l'ail soigne les champignons mal placés se base sur le fait qu'il contient de l'allicine, qui a des propriétés antibactériennes et antifongiques. Sauf que pour que cette molécule soit libérée, il faut écraser la gousse. Et que s'introduire de l'ail écrasé dans le vagin, outre qu'en cas de muqueuses déjà irritées ça doit franchement brûler, et bien c'est une sacrée partie de plaisir à faire ressortir et peut vous valoir un détour chez un·e gynéco (à qui il faudra expliquer votre recette perso d'aïoli, donc)....

Lire la suite sur Slate.fr - Ne vous mettez pas d'ail dans le vagin

Articles en Relation

«C'est l'échec absolu»: des chirurgiens nous parlent de la mort au bloc opératoi... «Et là, le cœur ne battait plus. La veille, je lui avais dit “à bientôt”», raconte Romain, interne de chirurgie thoracique et cardio-vascula...
Le gouvernement va-t-il rendre obligatoire la vaccination «altruiste» contre la ... L'hypothèse de sanctions en cas de non-vaccination a été évoquée en 2006 par les responsables politiques. | CDC via Unsplash Depuis 2006 en Fran...
Coronavirus : Une maladie peut-être liée au Covid-19 touche des enfants au Royau... Un soignant népalais prend la température d'un enfant à Katmandou, le 27 avril 2020 (illustration). — Prabin Ranabhat / SOPA Im/SIPA Cette maladie&nb...
Le self-care ne se réduit pas à «Netflix & chill» «L'intérieur est une extension de soi, qu'on va vouloir parfaire, créer à son image» | Anthony Tran via Unsplash   Le self-care n'a rien d'une...
Cartographie de la mortalité due au Covid-19 en France et en Allemagne Une terrasse à Munich, le 18 mai 2020. L'agglomération bavaroise a un taux de décès rapporté au nombre de cas attestés parmi les plus faibles de tout ...
Le Pr Didier Raoult sera-t-il condamné à ne plus pouvoir exercer? Didier Raoult le 27 août 2020 à Marseille. | Chistophe Simon / AFP Le microbiologiste est attaqué devant l'Ordre des médecins et visé par u...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA