Mossoul, la victoire par procuration des militaires américains - L'Obs

Actualités

Washington (AFP) - Battre son ennemi par troupes amies interposées: la conquête de Mossoul par les troupes irakiennes est une victoire par procuration pour les Etats-Unis, qu'ils espèrent parvenir à dupliquer ailleurs, notamment en Afghanistan.

Lorsque le président Barack Obama décide mi-2014 de combattre militairement le groupe Etat islamique en Irak, il impose au Pentagone un principe simple: l'armée américaine ne doit pas être impliquée dans les combats terrestres ("no boots on the ground").

L'aviation américaine apporte un soutien aux forces irakiennes, et des formateurs et conseillers militaires viennent les équiper et les aider au sol.

Mais il revient aux forces irakiennes, et seulement à celles-ci, de reconquérir le terrain perdu sur les jihadistes.

Près de trois ans après, la chute de la deuxième ville d'Irak démontre la validité de la stratégie.

Les protégés de l'armée américaine ont réussi à conquérir une grande ville de deux millions d'habitants, après des combats urbains complexes et meurtriers.

Et si leurs pertes sont très importantes, celles de l'armée américaine sont minimes: 11 tués en action depuis 2014 en Irak, bien loin des pertes subies dans ce même pays lors de la décennie précédente, soit plus de 3.500 morts.

"Mossoul, c'est l'achèvement ultime dans le processus consistant à construire une armée, une police, et une force anti-terroriste capable de se battre, que vous ne renforcez qu'avec quelques centaines de conseillers militaires et un appui aérien", indique le major John Spencer, professeur à l'académie militaire de West Point.

"Nous verrons beaucoup ce modèle de guerre par procuration" dans le futur, prédit-il.

- Colossal effort de formation -

Pour arriver à ce résultat, les Etats-Unis et leurs alliés ont entrepris un colossal effort de formation des forces irakiennes --armée, police, forces kurdes, forces tribales--, entraînant plus de 100.000 hommes en trois ans.

Mais ils ont aussi été obligés de s'impliquer plus que prévu dans les combats, écornant le principe du "pas de soldats sur le terrain".

Les conseillers militaires qui, au début, restaient dans les états-majors, accompagnent désormais les Irakiens à proximité des combats, prenant davantage de risques.

L'artillerie des Marines est venue en renfort à partir de mars 2016. Des hélicoptères d'attaque Apache interviennent aussi ponctuellement en soutien aux troupes irakiennes. Des forces spéciales américaines mènent parfois des raids terrestres contre des dirigeants de l'EI.

Au total, plus de 5.000 militaires américains se trouvent aujourd'hui déployés en Irak.our qu'ils fassent une grande partie du combat", avait-il souligné.


Lire la suite : Mossoul, la victoire par procuration des militaires américains - L'Obs


Articles en Relation

Les Mémoires d'Obama, pour comprendre les États-Unis d'hier et d'aujourd'hui L'autobiographie de Barack Obama, Une terre promise (Fayard), publiée en novembre 2020. | Nicholas Kamm / AFP Dans son livre, l'ancien président...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA