Maroc : Mohammed VI gracie 188 personnes liées au mouvement de protestation "Hirak"

Actualités

À l'occasion de l'Aïd el-Kebir, le roi du Maroc Mohamed VI a accordé une grâce royale à 188 personnes, mardi, toutes liées au mouvement de contestation sociale "Hirak", qui avait agité la région du Rif en 2016 et 2017.

Mohammed VI, le roi du Maroc, a gracié 188 personnes liées au mouvement de contestation sociale "Hirak" condamnés fin juin, à l'occasion de la fête religieuse de l'Aïd el-Kebir, mardi 21 août.

Dans un premier temps, le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) avait fait état de 11 grâces pour des militants purgeant des peines de 2 à 3 ans de prison à Casablanca après leur condamnation fin juin au terme du procès-fleuve des meneurs du mouvement "Hirak", qui a agité la région du Rif (nord), en 2016-2017.

Les autres grâces concernent des personnes condamnées en lien avec les manifestations qui ont agité cette région défavorisée pendant plusieurs mois, avec des sentences prononcées par les tribunaux de Nador (nord) et d'Al-Hoceïma (nord), la ville épicentre de la contestation, selon des informations publiées par la presse marocaine. Il n'a pas été possible d'obtenir de confirmation à ce sujet auprès du ministère de la Justice.

Les détenus du "Hirak" graciés sont immédiatement libérables et le CNDH a commencé à se coordonner avec les autorités locales dans différentes villes pour préparer leur retour chez eux, selon un responsable du Conseil joint par l'AFP. Toutefois, ni le leader du mouvement Nasser Zefzafi, condamné avec trois de ses compagnons à 20 ans de prison pour "atteinte à la sécurité de l'État" ni le journaliste Hamid el-Mahdaoui, qui a pris trois ans ferme après sa couverture des événements, ne figurent parmi les personnes graciées.

Appels à la clémence

Le 26 juin dernier, la justice marocaine a condamné à Casablanca un total de 53 activistes accusés de former le noyau dur du "Hirak" à des peines comprises entre un et 20 ans de prison. La sévérité du verdict avait suscité des réactions d'incompréhension et d'indignation sur les réseaux sociaux suivies par quelques manifestations de protestation, avec de nombreux appels à la clémence du roi.

Le nombre total de condamnations liées au "Hirak" n'est pas connu, d'autres militants ayant été condamnés par d'autres tribunaux à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison après les manifestations qui ont conduit à plus de 400 arrestations, selon les mouvements des droits de l'Homme.

Tous les accusés du procès de Casablanca ont fait appel et l'audience d'appel est prévue en octobre. À l'exception du journaliste, condamné séparément, tous avaient refusé de prendre la parole à la fin du procès en dénonçant la partialité de la justice et leurs avocats avaient refusé de plaider. Les autorités, elles, estiment que le procès était équitable.

La contestation dans le Rif avait été déclenchée par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures en octobre 2016 alors qu'il s'opposait à la saisie de sa marchandise. Au fil des mois, la protestation a pris une tournure plus sociale et politique, pour appeler à davantage de développement et à la fin de la "marginalisation".


Lire la suite sur FRANCE 24 : Maroc : Mohammed VI gracie 188 personnes liées au mouvement de protestation "Hirak"


Articles en Relation

Quel plan de survie pour l'humanité si un astéroïde fonçait sur la Terre? Coloniser Mars serait une solution, mais vingt ans sont trop courts pour y arriver. | 9866112 via Pixabay La réponse de Corey S. Powell, au...
Comment les perceptions de nos cinq sens deviennent des souvenirs On ne peut pas asssocier la mémoire à un seul lieu, mais l'hippocampe est un passage obligé. | Natasha Connell via Unsplash Il n'y pas une seule régi...
Un enregistrement d'Amazon Alexa pourrait servir à résoudre une affaire d'homici... Une enceinte vocale Amazon Alexa pourrait avoir enregistré des éléments importants lors d'un homicide commis aux États-Unis en juillet dernier. Un e...
Vidéos porno diffusées sans consentement: un site condamné à reverser 13M$ aux v... Le site GirlsDoPorn piégeait de jeunes étudiantes avec des annonces de mannequinat pour les forcer à réaliser des vidéos pornographiques. Le site de ...
En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrop... Le président américain Donald Trump lors de sa réunion d'information quotidienne sur le nouveau coronavirus, Covid-19 à la Maison-Blanche  (Washi...
Les violences sexistes arrivent aussi en primaire et au collège Le centre Hubertine Auclert note que 29% des filles et 16% des garçons ont rapporté avoir déjà vécu au moins un épisode de violence sexuelle ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA