«Mariés au premier regard» a un problème avec le consentement

Sociétés

La saison 4 de «Mariés au premier regard» s'est achevée lundi 2 mars sur M6. | Tom The Photographer via Unsplash

Obsédée par les «rapprochements» entre individus venus trouver l'amour, l'émission de M6 se vautre dans le forcing et stigmatise les moins tactiles.

Lundi 2 mars au soir, la quatrième saison de «Mariés au premier regard» (MAPR pour les fans) s'est achevée sur M6. Au cas où vous auriez eu mieux à faire depuis 2016, il s'agit d'une émission de dating où des hommes et des femmes, souvent à peine trentenaires mais déjà désespéré·es de ne pas trouver l'amour, donnent «des centaines de critères» à des «experts» chargés de leur dégoter un·e partenaire compatible grâce à «des algorithmes».

Les deux tourtereaux, qui ne se sont jamais vus ni parlé, décident devant le maire s'ils se plaisent assez pour s'épouser, puis passent la nuit ensemble à l'hôtel, avant de partir en voyage de noces tous frais payés –petit-déj au lit et caméramen de M6 inclus. Quelques semaines plus tard, les voilà convoqués pour un bilan en présence des deux psys de l'émission (Pascal de Sutter et Estelle Dossin), bilan à l'issue duquel chacun·e décidera de rester marié·e ou de divorcer.

Pressions sur les «rapprochements»

Si chacun·e accepte donc d'être filmé·e au long de ce que tout le monde appelle «l'expérience», MAPR semble en revanche ignorer ce qu'est un consentement libre et éclairé. Les psys et la voix off sont carrément obsédé·es par les «rapprochements» physiques des couples fraîchement mariés. Si le moindre bisou ou câlin est systématiquement commenté et encouragé, l'absence de tendresse haptique fait gloser, de manière insistante et répétée, voire donne lieu à une activité choisie pour forcer l'intimité (comme une balade en moto).

Ne pas vouloir dormir dans le même lit qu'un·e inconnu·e ni lui rouler de pelle au bout de deux jours serait la preuve d'un manque de confiance en l'autre et le signe d'une personnalité froide et castratrice.

Ce sont principalement les femmes qui font l'objet de cette caractérisation, comme si se montrer timide ou méfiante, particulièrement dans ce contexte, était anormal. Mais leurs nouveaux compagnons semblent tomber des nues devant la réserve de ces femmes, qui pour beaucoup ne cachent pas avoir morflé par le passé ou manquent de confiance en elles.

Lorsqu'elles décident de ne pas dormir dans le même lit que leurs époux (encore faudrait-il que la production leur ait réservé une chambre avec deux couchages séparés, ce ne fut pas le cas pour la première nuit d'Élo et Rémi, merci pour le forcing), ceux-ci s'en étonnent, voire s'en offusquent.

Mais la voix off insiste: si les hommes doivent «dépasser» leurs «premières impressions», les femmes, elles, doivent «lâcher prise». Traduction: se laisser faire –au risque d'être traitées de salopes, notre société continuant de juger plus durement une femme libre sexuellement.

Mélodie, trop «coincée»

L'une des candidates a particulièrement fait les frais de ces pressions et injonctions tout au long de la saison, jusqu'au dénouement, qui lui a valu un torrent de critiques et d'insultes sur Twitter. Depuis leur première rencontre, la production n'a eu de cesse de se focaliser sur l'absence desdits «rapprochements» entre Mélodie et Adrien.

Présentée comme hautaine, froide et distante dès le début, la jeune femme est constamment incitée à «faire des efforts», à «se décoincer» et «s'ouvrir» à l'autre. C'est même devenu l'intrigue principale de cette saison, et l'intro du dernier épisode, qui rappelle les faits, présente Mélodie comme «très réfractaire à tout rapprochement physique» et «très méfiante à l'égard des hommes».

Peut-être n'a-t-elle pas envie d'embrasser un inconnu devant trois millions de personnes? Peut-être a-t-elle encore le droit de mettre sa pudeur et ses limites où ça lui chante? Peu importe, puisque la voix off enfonce le clou: «Après un voyage de noces catastrophique, Mélodie prend conscience que le problème vient surtout d'elle-même.»

Le mot est lâché: ne pas se montrer «tactile» avec un type rencontré trois semaines auparavant, le tout devant des caméras de télévision, c'est problématique. Surtout quand le mec en face a l'air d'un gentil garçon qui pleure parce que sa femme refuse de l'embrasser.

Lire la suite sur Slate.fr - «Mariés au premier regard» a un problème avec le consentement

Articles en Relation

Du Donbass à Moscou, quand il faut tout reconstruire En Ukraine, la guerre qui sévit depuis 2014 a contraint nombre de civil·es à quitter leur région. Une enseignante originaire de l'oblast de Donetsk ...
Quand coquelets et aubergines vendent leurs âmes au diable Une sauce diabolique qui fera rougir à coup sûr vos convives. Dans les années 1970, le psychologue américain Paul Rozin a passé beaucoup de temps a...
Un Russe porte plainte contre Apple car son iPhone l'aurait rendu gay Le plaignant accuse le géant de la tech de l'avoir «enlisé dans des relations homosexuelles». Un homme russe nommé D. Razumilov demande plus de 13....
Les autorités doivent recommander l'ombrelle pour se protéger du soleil Foin des crèmes solaires, casquettes et autres protections limitées: pour se protéger des UV, cet objet oublié est la panacée. C'est vraiment curie...
Deauville, la ville un peu décevante (surtout sans Trintignant) J'ai regardé mille fois les vitrines avec l'impression d'être celle qui était entourée de verre. Je me demande souvent comment on vit, à Deauville,...
Une renarde traverse l'Atlantique et se retrouve au Canada Selon les scientifiques, elle aurait parcouru 3.500 kilomètres en soixante-seize jours. «Nous avons d'abord cru que ce n'était pas vrai», a raconté...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA