« L’OPA de la Chine sur la monnaie virtuelle et la blockchain »

Economie

Le lancement d’une monnaie virtuelle par Pékin constitue un revirement des autorités, provoqué par le projet de Facebook, explique le correspondant du « Monde », Frédéric Lemaître, dans sa chronique.

Chronique. Mark Zuckerberg en rêvait, Xi Jinping l’a fait. Enfin, presque. La banque centrale de Chine est en train de mettre la dernière main au lancement de sa monnaie virtuelle. Pas question de laisser Facebook, interdit en Chine, développer une monnaie internationale qui empiéterait sur la souveraineté des Etats, y compris, un jour, sur celle de Pékin, expliquent les dirigeants chinois, en phase sur ce point avec le ministre de l’économie et des finances français, Bruno Le Maire.

Evidemment, dans le contexte de guerre commerciale et technologique actuel, la démarche de Pékin n’est pas qu’anti-Facebook. Elle est surtout antiaméricaine. « Maintenant, tous les regards sont tournés vers la Chine, qui est lancée dans une compétition sans précédent contre les Etats-Unis pour un meilleur avenir défini par les blockchains », se réjouissait récemment le quotidien nationaliste chinois Global Times. Ironie de l’histoire : dix ans après le lancement du bitcoin par des geeks libertariens qui voulaient contourner le contrôle des autorités monétaires, l’Etat le plus centralisé au monde prend tout le monde de court en lançant une monnaie virtuelle nationale.

Si la banque centrale de Chine travaille sur ce sujet depuis cinq ans, le discours chinois sur la question a évolué récemment. Jusqu’à présent, la Chine suivait de très près les blockchains, cette technologie de stockage et d’échange d’informations sécurisée et sans contrôle central, mais elle était très réservée sur leur principale utilisation : les monnaies virtuelles. En 2017, la Chine a d’ailleurs interdit les transactions et les levées de fonds en monnaie virtuelle. En février 2018, Alibaba, l’un des fleurons de la technologie chinoise, prenait l’engagement de ne « jamais créer une monnaie virtuelle ».

Un an et demi plus tard, l’entreprise s’apprête pourtant à être, avec UnionPay, Tencent et les quatre grandes banques publiques chinoises, l’un des sept canaux retenus par la banque centrale de Chine pour diffuser sa monnaie. Le lancement de celle-ci constitue donc un revirement des autorités chinoises, provoqué par le projet de Facebook. Jusqu’à ces dernières semaines, il n’était pas certain que cette monnaie repose sur une blockchain. D’après certains spécialistes, cette technique ultrasécurisée n’est pas assez performante pour réaliser les 300 000 transactions par seconde – objectif de la banque de Chine.


Lire la suite : « L’OPA de la Chine sur la monnaie virtuelle et la blockchain »


Articles en Relation

La Chine, alliée de la France par défaut Le président Macron aurait manifestement préféré s’appuyer sur les Etats-Unis pour peser sur la Chine mais, malgré ses efforts de séduction, il n’es...
Retour à la raison pour la « tech » chinoise Après des années d’euphorie, les start-up peinent à convaincre des investisseurs devenus plus frileux. Ce n’est pas encore l’hiver, mais la bise so...
Retraites : aux Etats-Unis, plus de pensions publiques que de capitalisation Selon une enquête réalisée par Harris, les retraités américains déclarent que 61 % de leur revenu vient de leur retraite publique. Quant aux fonds d...
Facebook : « Avant que le moindre centime de libra soit émis, la tempête cybermo... Les préventions des Etats et des régulateurs ainsi que la mauvaise image du réseau social ont provoqué le départ des principaux partenaires financie...
Face à la domination des GAFA, les défis du démantèlement De Washington à la Silicon Valley, les appels à « casser » Google, Amazon, Facebook et Apple se multiplient. Mais un tel découpage pose de nombreuse...
Les négociations sur une « taxe GAFA » mondiale suspendues à la décision des Eta... L’administration Trump bloque les négociations et a menacé lundi Paris de lourdes sanctions commerciales en représailles à l’adoption de la version ...

PLUS D'ARTICLES

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA