Loki, le premier héros bisexuel de Marvel, inaugure-t-il un nouveau genre?

Vidéo

Un héros dont l'interprète Tom Hiddleston assure le show tant il est familiarisé avec le personnage. | Capture d'écran Marvel Entertainment via YouTube

La dernière série du studio s'engouffre dans la brèche des multiverses et introduit un personnage LGBT+, mais sa diffusion est réservée exclusivement à Disney+.

Tout est parti d'un tout petit mot, sur un dossier au nom «Loki» posé sur une table à l'occasion d'une séquence de promo de la nouvelle série Marvel qui passe à toute allure. À la ligne indiquant son genre, le dieu du mensonge et de la malice est décrit comme «fluide».

C'est symbolique et un peu à l'image de ce que le studio essaye de faire avec le personnage: ouvrir le champ des possibles pour le super-vilain le plus populaire du Marvel Cinematic Universe (MCU).

Changement d'angle

C'est la première fois qu'un méchant se retrouve protagoniste d'une série Marvel, le format devenant l'eldorado des conflits plus mineurs et qui prennent le temps de développer des personnages à la marge de l'univers MCU. À défaut d'être des réussites complètes –l'épilogue de WandaVision tombait un peu à plat et les enjeux finaux de Falcon et le soldat de l'hiver n'étaient sans doute pas à la hauteur–, ces formats plus courts permettent aux personnages de grandir.

En leur donnant le temps de se poser, en évitant les écueils des forteresses volantes qui explosent comme dans tous les blockbusters, les héros se comportent autrement qu'ils ne peuvent se le permettent dans les films: ils prennent leur temps et se mettent à dialoguer. Dans WandaVision et Falcon et le soldat de l'hiver, il était essentiellement question de deuil. Ici, il est presque question de la vie après la mort.

Il ne s'agit pas vraiment du Loki que l'on connaît, celui qui meurt des mains de Thanos dans Avengers: Infinity War. Il n'a pas encore tout le bagage du personnage que l'on connaîtra au bout de ses six apparitions. Il n'a pas encore causé la mort de sa mère. Il ne s'est pas encore fait passer pour son père. Il n'a pas vu mourir Odin, ni Asgard être réduite en cendres. Enfin et surtout, il n'est pas encore mort héroïquement en tentant un dernier tour de passe-passe sur Thanos. Ce Loki-là, c'est celui qui s'enfuit en attrapant un Tesseract pendant Avengers: Endgame.

Son statut d'anomalie temporelle va entraîner son arrestation par une mystérieuse organisation, la TVA (le Tribunal des variations anachroniques). Son sort est apparemment scellé: soit il sera effacé purement et simplement, soit il aide l'Agence de régulation à retrouver un danger plus grand que lui.

L'ubiquité, un nouveau don qui stimule l'imagination

Le vrai plaisir de la série, c'est de retrouver l'interprétation qu'offre Tom Hiddleston dans le rôle de Loki, un personnage qu'il maîtrise jusqu'au bout du cabotinage. À force d'avoir incarné le méchant fou et le traître blagueur, Loki est devenu extrêmement populaire. À tel point qu'il en ferait presque oublier ses méfaits, à commencer par sa tentative de détruire New York. Le Loki du MCU est aussi adorable que Tony Stark. Arrogant, moqueur, frondeur, crâneur, il a tout pour plaire.

Seule lui manquait la multiplicité, souvent exploitée par les comics. Désormais, alternant les fonctions de frère et de compagnon d'armes, il se transforme à loisir: ici en femme, là enfant. Il profite aussi d'une réjouissante période d'adolescence. En ouvrant la boîte de Pandore des multiverses, Marvel nous permet d'imaginer Loki sous toutes les formes. La série sert de prologue à ce nouvel aspect. Pourquoi pas dès lors se figurer un Loki ninja?

Un show dont l'acteur est le héros

Mais en quoi consistent ces nouvelles aventures de Loki? Principalement… à tailler une bavette. Ça cause beaucoup dans Loki. Échapper à la mort ne l'a pas rendu moins bavard et il a trouvé un membre de la TVA à sa hauteur: Mobius, incarné par Owen Wilson –son meilleur rôle depuis des années. Ce gardien du temps est, qui plus est, spécialiste de la biographie de Loki. Les vies et les morts de l'anti-héros n'ont aucun secret pour lui. Il connaît le premier ennemi des Avengers sur le bout des doigts...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Loki, le premier héros bisexuel de Marvel, inaugure-t-il un nouveau genre?

Articles en Relation

«Ma belle-famille, Noël et moi», une romcom lesbienne à la fois révolutionnaire ... Le couple Abby et Harper. | Capture d'écran via YouTube Cette comédie romantique, sortie le 21 décembre en VOD en France, est un énorme succès d...
Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021 Avec, entre autres, WandaVision, Little Birds, The Good Lord Bird, En Thérapie. | Captures d'écran via Youtube / Montage Slate.fr  Cette année, ...
12 séries flippantes pour se mettre dans l'ambiance d'Halloween L'effrayant Bob dans Twin Peaks. | Capture d'écran via YouTube Et comme on est sympas, on les a même classées de la moins à la plus effraya...
«Falcon et le soldat de l'hiver», les super-héros en proie au deuil Falcon et le soldat de l'hiver pose la question de savoir ce que ça fait de revenir à la vie après cinq ans d'absence. | Capture d'écran Marvel FR via...
La première série Netflix sur la pandémie est là (et, franchement, c'est pas mal... La série fait notamment écho, avec beaucoup de cœur, aux appréhensions du moment. | Capture d'écran YouTube via Netflix   «Social...
Rashida Jones est bien plus qu'une actrice cool Rashida Jones à la soirée organisée par Vanity Fair en l'honneur des Oscars, le 9 février 2020 en Californie. | Frazer Harrison / Getty Images / AFP&n...