Les saines colères de Benjamin Biolay

Musique

Le confinement pour Benjamin Biolay? «Une vraie Fête de la musique pendant deux mois» à l'issue de laquelle il livre un album en hommage aux bolides. | Martha Bevacqua 

Avec son nouvel album, «Grand Prix», la grande gueule de la chanson française malgré lui nous emmène en F1 après nous avoir accueilli chez lui à coups de lives Insta pendant le confinement.

Des millions de Français·es ont passé quelque cinquante-six jours confiné·es entre quatre murs ou dans leur jardin, à Paris ou à la campagne. Les artistes n'ont pas fait exception. Dans ce marasme sanitaire, nombre de chanteurs et chanteuses ont ouvert en grand les portes de leur appartement pour nous proposer des concerts privés. De la gouaille, une grande gueule et des tubes à la chaîne, Benjamin Biolay a fait partie de ceux «qui font entrer les fans dans le salon». «Je n'avais pas le choix, j'avais ma pauvre guitare, mon téléphone. C'était une pulsion, je me suis dit que j'allais continuer à jouer, sinon j'allais devenir complètement fou», nous raconte-t-il quand on le rencontre en pleine vague de chaleur pour parler de Grand Prix, son neuvième et dernier album en date.

On voudrait bien parler de musique, mais alors que la France peine à se relever des mois de crise sanitaire et économique qui viennent de s'écouler, on a surtout envie d'avoir son avis sur les remous actuels. Comment on en vient à laisser les fans pénétrer son intimité, par exemple.

Pendant le confinement, Instagram est devenu une salle de concert géante, mais sans se limiter à ça. Les lives quotidiens de Benjamin Biolay, il les faisait d'abord pour lui: «Je me suis dit que ça allait intéresser une poignée de gens, qu'ils allaient se dire: “Qu'est-ce qu'il fait l'autre débile?” Et puis après, c'est devenu important pour moi parce que ça l'était pour les autres.» Rapidement, il se prend au jeu, il se lève le matin en se demandant quelle chanson il va reprendre et, à la fois, il jouit de la liberté que ça procure: «Pas de pression, pas d'horaire, une vraie Fête de la musique pendant deux mois.» Depuis qu'il a fait entrer les fans chez lui, Benjamin Biolay a déménagé.

Instagram, la nouvelle arme

«Pas fan des réseaux sociaux», le musicien n'hésite pourtant jamais avant de s'emparer de son compte Instagram pour rentrer «gentiment dans les gens», «les mettre à l'amende deux secondes». «Quand j'ai une vraie colère, ça ne se passe pas en ligne. Si quelqu'un me blesse vraiment, je l'appelle, on passe à un autre niveau.» Quand on lui rappelle ses prises de positions sur le réseau pendant les dernières présidentielles, il se marre. «J'avais emplâtré l'autre là, Dupont-Aignan, il méritait.» Lapidaire et précis. Comme ses posts sur le réseau social, où, dit-il, «tu peux montrer qui tu es vraiment, tu peux te cramer en un seconde, c'est merveilleux, vertigineux!» 

S'il y relaie sa promo, comme le veut sa maison de disques, il le fait «à sa sauce». «Instagram, c'est une radio libre.» Lui, il s'en fout, il n'a pas peur de se faire griller, «les tempêtes de merde, ça passe toujours». Il s'allume une clope. «Il faudrait reconnaître le droit à la connerie aux artistes. J'ai pas fait l'ENA, j'ai pas de cabinet qui me donne des putains d'éléments de langage.» C'est précisément ce qui l'intéresse, qu'Instagram permette de fendre l'armure.

Depuis plusieurs semaines, artistes, militant·es ou personnalités du milieu sportif prennent clairement position contre les violences policières en soutenant ouvertement le mouvement Black Lives Matter. «Regarde le pilote Lewis Hamilton, son compte Instagram, c'était le truc le plus fade du monde depuis mille ans, je me demandais comment il pouvait être aussi blaireau. Pourtant, c'est l'un des premiers à avoir lâché la vidéo de George Floyd. Il s'est réveillé, il n'en a plus rien à foutre de ce que lui dicte Mercedes ou la fédération. Et là c'est fantastique. Il a dû se dire: “Je pose mes couilles sur la table, j'en ai ras-le-bol”.»

Hypersensible à l'actualité, le chanteur se réjouirait presque des scènes de liesse qui ont eu lieu à l'occasion de la Fête de la musique, même s'il a trouvé ça «lamentable d'un point de vue sanitaire». «Les gens n'en peuvent plus, c'est normal. En plus, c'est des mômes, ils ne se sentent pas touchés comme nous.» Dans le viseur, le gouvernement et plus précisément le préfet de Police. «Il y a assurément un petit défi entre les Parisiens et le préfet de police. Une défiance s'est installée et c'est assez rare qu'elle soit incarnée. Là tout le monde sait que c'est Didier Lallement. C'est de la provoc' évidente», détaille-t-il non sans rappeler que les Français·es se sont cogné·es dix-huit mois de «gilets jaunes», les grèves, la réforme des retraites, la convocation aux urnes «et le soir même, on nous engueule parce qu'on est allés voter!».

Biolay, lui aussi, attend l'État au tournant. Il devrait arpenter les routes de France dès le 21 octobre prochain, mais en fait il «ne sait pas». «On se prépare à ce que l'État nous dise “non”. Ils diront qu'ils ont été trop subtils, que c'est nous qui n'avons rien compris.» Du haut de ses 47 ans, et presque vingt de carrière, on sent bien que Benjamin Biolay ne va brosser personne dans le sens du poil.

Exit la réputation du bad boy de la chanson française et du playboy. «Je m'en fous», avoue-t-il sans peine. «Personne dans ma maison de disques ne bosse sur le redressement de mon image.» «En revanche, plus ça va, plus je pense à ce que mes enfants vont penser de moi. Je me dis que je vais arrêter de dire des énormes conneries.» Des «conneries» relayées par des journalistes qui ont «une vraie volonté de faire du clic, parfois même de nuire». La faute à son côté «bon client», créé à «ses dépends». «On dirait que je suis la plus grande gueule du siècle parce que je suis un des seuls qui ne ment pas. Il m'arrive parfois de faire l'erreur de dire la vérité.»..

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Les saines colères de Benjamin Biolay

Articles en Relation

Les concerts à distance appartiennent-ils déjà au monde d'après? Ces performances se multiplient pendant le confinement et vont peut-être se pérenniser pour faire évoluer cette activité vers un modèle plus immatérie...
Le confinement a réussi à Taylor Swift, «Folklore» le prouve Image extraite du clip de «Cardigan». | Capture d'écran via YouTube Avec son nouvel album, l'ancien prodige adolescent passe dans le monde des adulte...
En attendant le retour des concerts, les podcasts pour découvrir de la musique Des recommandations pour tous les goûts. | Sound On via Pexels     Petites salles et festivals ne sont plus là pour vous présente...
«Diabolique» de L'Épée raconte les sixties qui n'ont jamais existé La réunion d'Emmanuelle Seigner, Anton Newcombe et The Limiñanas sonne comme un kiff rock à la fois savant et nonchalant. Pas de nostalgie dans ce pre...
Allie Sherlock une Jeune chanteuse venue d'Irlande Quand le web nous permet de découvrir des pépites c'est un plaisir de la faire découvrir en France pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore. Ce qu...
La jeunesse alsacienne dépoussière le schlager, style de variété allemande Extrait du clip de la chanson «Mein Sommertraum», soit «Mon rêve d'été», de Robin Leon. | Capture d'écran via YouTube Apparu au début du XX...

MUSIQUE LIVE

PROMO MUSIQUE