Les petits patrons français en grand danger de burn-out

Economie

«Je me demande sans cesse comment je vais nourrir mes enfants, si je vais finir par m'en sortir», s'inquiète Ludivine Cuchor, propriétaire d'un bar. | Bertrand Guay / AFP 

Même si beaucoup ne travaillent pas ou peu à cause des restrictions sanitaires, la fatigue professionnelle des dirigeants de PME a presque doublé depuis mars 2019.

«Je n'en peux plus.» Ludivine Cuchor, propriétaire du bar Le Fleuron, à Rouen, ne voit plus le bout du tunnel. Cette mère célibataire de trois enfants a racheté son commerce un mois avant le premier confinement. Depuis, la succession des mesures sanitaires lui a fait accumuler les dettes auprès des fournisseurs, les factures et les loyers impayés. Son profil ayant longtemps été inéligible aux aides de l'État, elle enchaîne les petits boulots au noir pour subvenir aux besoins de sa famille. Même si 1.500 euros mensuels vont bientôt lui être attribués, «je les mettrai sur le compte de l'entreprise, ce n'est pas avec ça que je vais me verser un salaire. Je me demande sans cesse comment je vais nourrir mes enfants, si je vais finir par m'en sortir. J'y pense toute la journée et toute la nuit, sans conjoint pour me soutenir. Je défais et je refais mes cartes de cocktails dans la tête. Je ne dors plus, c'est épuisant», poursuit Ludivine Cuchor avec émotion.

Selon la nouvelle enquête de l'observatoire Amarok et de la fondation MMA, la fatigue professionnelle des petits patrons français a presque doublé depuis mars 2019. Avant la crise sanitaire, le nombre de dirigeants de PME qui commençaient à présenter un risque d'épuisement professionnel était de 17,5%. Lors du premier confinement, en avril 2020, cette proportion est passée à 34,65%. Et le mois dernier, 36,77% des gérants ont déclaré traverser une mauvaise passe. Les chiffres concernant «l'épuisement professionnel sévère» de ces chefs d'entreprise sont tout aussi impressionnants. En 2019, seuls 1,75% se trouvaient dans une situation critique. Aujourd'hui, ils sont 10,41% à être au bord du burn-out[1].

Un syndrome inédit provoqué par la pandémie

En cause, principalement, l'émergence d'un «syndrome d'impuissance», défini par Olivier Torrès, professeur d'économie des petites et moyennes entreprises à l'université de Montpellier et fondateur de l'observatoire Amarok. «Les petits patrons ont aujourd'hui une double impression: d'être impuissants et d'être coincés. C'est inédit, explique le directeur. Avant, l'épuisement professionnel avait principalement pour origine le sentiment de déception, la lassitude et la fatigue due aux cinquante heures de travail hebdomadaires qu'abattent en moyenne les dirigeants de PME. Le virus a en quelque sorte fait muter les causes d'épuisement habituelles de ces chefs d'entreprise.»

Paradoxalement, le fait de moins travailler ou de ne pas travailler du tout à cause des restrictions sanitaires épuise les dirigeants de PME. Depuis plus d'un an, leurs angoisses financières les empêchent de dormir, ajoutant de la fatigue physique à l'usure psychologique. La perspective de ne rien faire, pour des personnes traditionnellement hyperactives et ancrées dans l'action, est aussi dévastatrice, tout comme la sensation d'être mises au ban de la société par le gouvernement.

Pour beaucoup, dont la réussite professionnelle est indissociable de la réussite personnelle, l'échec culpabilise et contamine la sphère privée, même si la crise sanitaire n'est absolument pas de leur fait. «Nous, les petits patrons, on n'a pas droit au chômage. Avec ma femme, ça fait des mois qu'on puise dans nos économies. Si ça continue, ce sont nos biens personnels qui vont être saisis. On a peur de tout perdre, de devenir SDF. Dans ces conditions, la vie de famille, les amis… Tout en prend un coup, tout devient sous tension», résume un gérant de sociétés de commerce dans le prêt-à-porter et l'esthétique, qui emploie quinze personnes et cumule six mois de loyers impayés, réclamés avec insistance par des propriétaires intransigeants....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Les petits patrons français en grand danger de burn-out

Articles en Relation

Aides Covid-19 pour les Entreprises, les Indépendants et les Entrepreneurs Aides Covid-19 : Suite à l’annonce d’un confinement national, plusieurs mesures d’urgence ont été mises en place pour aider les entreprises, les indép...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA