Les Mémoires d'Obama, pour comprendre les États-Unis d'hier et d'aujourd'hui

Actualités

L'autobiographie de Barack Obama, Une terre promise (Fayard), publiée en novembre 2020. | Nicholas Kamm / AFP

Dans son livre, l'ancien président explique comment la démocratie américaine est devenue si dysfonctionnelle.

L'exercice de l'autobiographie par l'homme politique retraité peut se révéler décevant: mise en scène de sa propre action, recherche des postures les plus avantageuses, oublis sélectifs; mais, bien mené, il peut ouvrir sur une vraie connaissance des rapports de force géopolitiques, des conditions de l'exercice du pouvoir démocratique, voire des traits structurants d'une communauté politique. C'est l'exercice réussi par Barack Obama.

Ce qui frappe à la lecture de ce premier tome, c'est d'abord la découverte de l'homme Obama, un idéaliste, un social-démocrate, un politique talentueux. Ce n'est pas a priori sous la figure de l'idéaliste qu'on attend l'homme politique, plus souvent décrit comme cynique, appliqué à la promotion de ses seuls intérêts et revenu de tout, et pourtant, le livre est parsemé de développements justifiant son action pour l'élimination de l'arme nucléaire, son rejet du capitalisme financiarisé et sa conviction que les États-Unis peuvent être la nouvelle terre promise, celle de l'abolition des différences sociales et raciales, celle qu'il revendique dans son discours à la convention démocrate en 2004: «Il n'y a pas une Amérique noire et une Amérique blanche, une Amérique latino et une Amérique asiatique. Il y a les États-Unis d'Amérique.»

Un modèle du genre

Présenté durant son règne comme un pur représentant de l'aile centriste clintonienne du Parti démocrate, ne serait-ce que par ses choix dans la formation de son équipe économique ou dans sa manière de traiter la crise des subprimes, on se surprend à découvrir un homme obsédé par la nécessaire sanction des «fat cats» de Wall Street et la redistribution au profit des pauvres et des chômeurs, convaincu des bienfaits d'une protection sociale universelle, appliqué à une relance keynésienne par l'investissement et pas seulement à la réparation des dégâts de la crise, obsédé par le New Deal et vouant un véritable culte à Teddy Kennedy, le réformateur social.

Cet idéaliste social-démocrate se dépeint volontiers comme un président stratège, calculateur, déterminé à décider par lui-même sans céder aux lobbies les plus pressants. L'autoportrait est flatteur, notamment vis-à-vis des va-t-en guerre de sa propre équipe, ou des indécis ou de ceux qui s'en remettent aux experts. Obama jauge et juge par lui-même, il nous décrit son cheminement intellectuel, les conflits de valeurs, le refus des décisions-réflexes. C'est un smart guy conscient de sa supériorité intellectuelle qui n'hésite pas dès lors à juger ses prédécesseurs et leur complaisance supposée à l'égard des militaires et de ce qu'implique le statut de grande puissance. Le récit qu'il fait de la décision de frapper Ben Laden à Abbottabad est un modèle du genre.

Mais cet homme-là bute dès les premiers moments de sa carrière politique sur le roc des contraintes, d'abord sur la scène intérieure avec le conflit racial puis sur la scène extérieure avec la gestion d'un monde multipolaire travaillé par les états faillis et le terrorisme. La division raciale traverse le livre. C'est pour la transcender qu'Obama s'engage en politique, c'est pour l'atténuer qu'il propose sa politique de santé (Obamacare) mais il est forcé de constater l'actualité nouvelle d'une question structurante depuis la guerre civile. Il décrit à longueur de passages les combats pour l'égalité, les avancées sans cesse combattues hier par les esclavagistes puis par les tenants de l'hégémonie blanche dans les États du sud et aujourd'hui par les suprématistes blancs d'un côté, les forces de l'ordre de l'autre....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Les Mémoires d'Obama, pour comprendre les États-Unis d'hier et d'aujourd'hui

Articles en Relation

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrop... Le président américain Donald Trump lors de sa réunion d'information quotidienne sur le nouveau coronavirus, Covid-19 à la Maison-Blanche  (Washi...
Aux États-Unis, les anti-avortement prennent les jeunes d'assaut sur les réseaux... Tous les ans, les anti-avortement défilent le temps d'une Marche pour le vie. | Caroline Ernesty  De TikTok à Instragram, tous les moyens s...
L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter Il a ceci d'une personne joviale qui l'éloigne des discours et politiques américaines souvent désagréables à l'égard du Mexique. | @USAmbMex via ...
Trump ne disparaît pas aujourd'hui: il est là depuis des siècles 191.500 drapeaux ont été placés devant le Capitole pour représenter les citoyens qui ne pourront pas assister à l'investiture de Joe Biden, ce 20...
Le racisme étouffe l'Amérique La mort de George Floyd marquera-t-elle une rupture historique dans un pays gangrené par le racisme depuis qu'il est né? | Julien Suaudeau  Depu...
Claudia Conway, la star de TikTok qui ébranle la Maison-Blanche 'est sur TikTok que Claudia Conway a révélé que sa mère, ex-conseillière de Donald Trump, avait été testée positive au Covid-19.  Connue pour se...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA