Les médicaments à éviter : la liste noire de la revue Prescrire

Santé

Comme chaque année depuis huit ans, la revue indépendante Prescrire publie sa liste noire des médicaments sur le marché. Elle regroupe différentes médications qui ont toutes un point commun : avoir une balance bénéfice-risque qui penche clairement vers le risque.

Pour qu'un médicament soit commercialisé et donc que l'agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) lui délivre une autorisation de mise sur le marché (AMM), il doit amener la preuve de son efficacité dans une ou plusieurs affections données mais il faut également que les potentiels effets secondaires qu'il entraîne, ne fassent pas courir aux patients un risque supérieur au bénéfice qu'il est censé conférer. On appelle cela, la balance bénéfice-risque.

Qu'est-ce que la balance bénéfice-risque ?

Prenons un exemple concret. Pour une personne atteinte d'une infection bactérienne, le traitement antibiotique évite la mort du patient et peut lui occasionner quelques désordres digestifs ou des éruptions cutanés la plupart du temps (ne sont cités ici que les effets secondaires très courants). Il est simple de comprendre que, dans cette situation, la balance bénéfice-risque est positive. En revanche, on se rappelle du scandale Mediator. Même si ce dossier est complexe, il est l'exemple type d'un médicament à la balance bénéfice-risque fortement négative. Autrement dit, ce médicament, supposé antidiabétique, mais en réalité plutôt anorexigène, a entraîné des valvulopathies cardiaques chez un nombre considérable de patients et a causé la mort de nombre d'entre eux. Mais la balance bénéfice-risque ne se retrouve pas que dans le domaine médical. On peut la croiser aussi dans le domaine de l'agriculture ou dans celui de l'énergie, pour ne citer que ces deux exemples.

92 médicaments commercialisés en France ont une balance bénéfice-risque insatisfaisante selon la revue Prescrire. © AldecaStudio, Adobe Stock

92 médicaments commercialisés en France ont une balance bénéfice-risque insatisfaisante selon la revue Prescrire. © AldecaStudio, Adobe Stock

Quelque 92 médicaments devraient être interdits

Pas d'exception concernant les disciplines médicales : elles y passent toutes. De la cancérologie à la psychiatrie en passant par la pneumologie, la gastro-entérologie, l'urologie, etc. On retrouve des médicaments qui n'apportent pas de réels bénéfices mais entraînent des risques graves et fréquents ou bien qui possèdent autant d'efficacité qu'une thérapeutique similaire avec des effets secondaires en plus. Dans ce bilan 2020, douze médicaments ont été ajoutés pour seulement un seul retiré après réévaluation (mais qui comporte, selon la revue Prescrire, une balance bénéfice-risque toujours incertaine).

Les douze nouveaux médicaments ont été inscrits car « les effets indésirables auxquels ils exposent sont disproportionnés par rapport à leur faible efficacité ou à la bénignité de la situation clinique dans laquelle ils sont autorisés. » Il s'agit des alpha-amylase dans les maux de gorge, du Ginkgo biloba dans les troubles cognitifs chez les patients âgés, du naftidrofuryl dans le syndrome de la vessie douloureuse, de la pentoxyvérine dans la toux, du ténoxicam, un anti-inflammatoire non stéroïdien, de la xylométazoline, un décongestionnant rhinopharyngé disponible en Belgique, Suisse et ailleurs. On y retrouve également plusieurs médicaments à éviter à cause de contaminations par du plomb des argiles médicamenteuses. C'est le cas du très célèbre Smecta.

Enfin, vous pouvez retrouver la liste exhaustive des 105 médicaments concernés, classés par discipline, dans le rapport de la revue Prescrire afin d'en parler à votre équipe soignante si vous suivez, ou si quelqu'un de votre famille suit, un traitement avec l'un de ces médicaments.


Source : Les médicaments à éviter : la liste noire de la revue Prescrire


Articles en Relation

Aspirine et paracétamol ne seront bientôt plus en libre-service Après le 15 janvier 2020, aspirine, paracétamol et ibuprofène ne seront plus en libre-service dans les pharmacies, a annoncé hier l'Agence nationa...
Coronavirus, premières espérances de traitement par des médicaments «Tout est prêt, nous n'attendons plus que les médicaments», expliquait il y a quelques jours le Pr Yazdan Yazdanpanah chef du service des maladies inf...
Quelques conseils pour rassurer vos enfants sur le coronavirus Le coronavirus, menace fantôme génératrice d'angoisses chez les enfants. | Charlein Gracia via Unsplash Risques industriels, menace terroriste, coron...
Que valent vraiment les masques en tissu fabriqués à la maison contre le coronav... «À la guerre comme à la guerre», répondent les soignant·es qui manquent de moyens au mot d'ordre du président Macron. | Sophie Cmbr  Confectionn...
Peut-on continuer à boire du café quand on est enceinte? Pendant la grossesse, il faut adapter sa consommation de café. | Fallon Michael via Unsplash En matière de grossesse, les recommandations sont si nom...
Votre carnet de vaccination bientôt injecté sous votre peau ? Grâce à un patch muni de micro-aiguilles contenant des nanocristaux, les chercheurs du MIT sont parvenus à créer un marquage invisible et biocompa...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA