Les intercommunalités, l’autre enjeu des municipales

Politique

Cet échelon de gouvernance ne sera pas « détricoté », a promis Edouard Philippe, mercredi 30 octobre, à Nice.

Il y a des congrès d’associations d’élus locaux plus paisibles que d’autres. A Bordeaux, devant les Régions de France, Edouard Philippe avait déçu, récoltant quelques commentaires peu amènes. Le premier ministre avait préféré éviter le déplacement à Bourges, devant l’Assemblée des départements de France, laissant sa ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, essuyer la bronca d’une partie de l’assistance. Rien de tel à Nice, lors de la convention de l’Assemblée des communautés de France (AdCF), où l’ancien maire du Havre et président de la communauté d’agglomération havraise, en visite éclair, a été accueilli de façon cordiale, mercredi 30 octobre en fin d’après-midi.

Les propos qu’il y a tenus n’étaient pas plus de nature à gâcher l’ambiance. Plaidant pour « une intercommunalité heureuse », le chef du gouvernement a eu des mots rassurants pour ceux qui observent avec anxiété l’évolution du projet de loi dit « engagement et proximité » après son passage en première lecture au Sénat. De trente-six articles dans sa version gouvernementale, celui-ci est en effet passé, sous la plume de la majorité sénatoriale de droite, à cent vingt-trois articles. Trente-deux concernent les intercommunalités, certains revenant sur les compétences qu’elles exercent depuis la loi NOTRe du 7 août 2015.

« Il n’est pas question, je le dis, de détricoter l’intercommunalité », a assuré M. Philippe, tout en reconnaissant qu’« on peut sans doute créer un peu de souplesse ». Plus tôt, dans la matinée, Mme Gourault avait été tout aussi catégorique : « Le gouvernement s’opposera très fermement à toute volonté de détricotage des intercommunalités, avait affirmé la ministre à la tribune du congrès. Il ne souhaite pas que les six prochaines années soient consacrées à refaire du “mercato” ou du Meccano institutionnel. » De quoi apaiser les inquiétudes avant le passage à l’Assemblée nationale de ce texte que le gouvernement souhaite voir adopté avant la fin de l’année.

« Assemblage de sensibilités »

Les élections de mars 2020 ne permettront pas seulement d’élire les conseils municipaux mais aussi, avec la mise en œuvre pour la deuxième fois du scrutin « fléché », les conseillers communautaires. Un mode de scrutin qui n’a pas éclairci l’exercice de l’intercommunalité. C’est pourtant à l’échelle intercommunale que sont traitées les questions de développement économique, de transport, de logement, de gestion des déchets, d’accès à la santé ou aux services publics… « L’enjeu caché, c’est l’agglomération, parce que c’est là que doivent se construire les projets de territoire », estime le président de l’AdCF, Jean-Luc Rigaut.


Lire la suite : Les intercommunalités, l’autre enjeu des municipales


Articles en Relation

Élection municipale à Paris: qui propose quoi en matière de logement À Paris, toutes les conditions sont réunies pour contraindre les ménages à consacrer une part de plus en plus importante de leur budget au logeme...
Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver Emmanuel Macron à la Convention citoyenne pour le climat, le 10 janvier 2020 au Conseil économique, social et environnemental (Paris). | Yoan Val...
La peur du coronavirus peut influer sur le taux de participation aux municipales Bureau de vote au Puy-en-Velay (Haute-Loire) lors des élections européennes, le 26 mai 2019. | Jeff Pachoud / AFP  Il n'est «aucunement envisagé...
Les enjeux des dernières législatives partielles du quinquennat Macron L'Assemblée nationale applaudit la restauration de L'École d'Athènes, fresque de Raphaël, le 15 septembre 2020 au palais Bourbon. | Martin B...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA