Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte

Vidéo

«C'est toujours la même chose: l'institutrice bombasse, le pion sadique, le prof castrateur, le papier mâché…» | via YouTube

«Les Blagues de Toto» est l'énième itération d'un sous-genre cinématographique bien de chez nous: celui qui adapte une BD ou un roman d'antan à l'écran. Il serait temps de changer de disque.

Pendant les grandes vacances, l'école continue au cinéma. Après Ducobu 3 en janvier dernier, voici Les Blagues de Toto, sorti en salle le 5 août. Encore une «comédie en culotte courte» –le terme n'est pas vraiment homologué, mais vous voyez de quoi on parle: le cancre à bouille d'ange, les cartables rectangulaires, le bonnet d'âne, l'institutrice douce et maternelle, le professeur psychorigide, les parents dépassés par les facéties de leur rejeton… et la menace du pensionnat à la discipline de fer.

Les films du genre ont fleuri ces dernières années, généralement adaptés de BD et romans cultes. Le Petit Nicolas, L'élève Ducobu, Boule et Bill, Le Petit Spirou... Les œuvres varient, pourtant tous ces films semblent se dérouler à la même époque: avant, jadis, au bon vieux temps. Souvent ancrées dans un milieu rural, les comédies scolaires puisent –à grands coups d'esthétique rétro, de stéréotypes et de morale convenue– dans la nostalgie de l'enfance et de l'école.

Réalisé par Pascal Bourdiaux, à qui l'on doit notamment Le Mac et Boule et Bill 2, Les Blagues de Toto ne déroge pas à la règle. La BD de Thierry Coupée, dont le film est adapté, s'inspire du fameux personnage issu de la tradition orale française, dont l'existence remonte au moins au XIXe siècle. Qu'est-ce qui pousse le cinéma français à racler les fonds de tiroir?

Une esthétique rétro et anachronique

Les écoliers en culotte courte, c'est avant tout une veine commerciale très juteuse. L'industrie prend moins de risques à adapter des BD déjà connues du grand public qu'à produire des œuvres originales. «Les producteurs ont remarqué qu'il y avait un filon avec les livres de notre enfance, note Hugo Alexandre, journaliste et cocréateur de la chaîne YouTube Calmos. C'est notre équivalent de Disney et Pixar. L'idée, c'est que les enfants aillent voir ces films avec leurs grands-parents. Tout le monde doit y trouver son compte.» Et ça marche: 1,5 million d'entrées pour L'élève Ducobu, 5,7 millions pour Le Petit Nicolas... Quitte à resservir une formule mille fois réchauffée, ce que ne manquent pas de noter ironiquement certain·es spectateurs et spectatrices.

«C'est toujours la même chose», s'agace Daniel Andreyev, créateur du podcast WeLoveMDR (et rédacteur de la revue annuelle des comédies françaises sur Slate). «L'institutrice bombasse, le pion sadique, le prof castrateur, le papier mâché…» Cet imaginaire nous vient tout à la fois du Petit Spirou que des romans de la comtesse de Ségur et de la publicité, selon lui. C'est celui d'une école à l'ancienne, librement inspirée de celle de la III? République, avec ses hussards noirs et ses coups de règle sur les doigts. «On a aussi cette tradition des imbéciles qui réussissent, comme dans “Les Sous-doués”», ajoute Daniel Andreyev.

La tendance vient probablement des Choristes. Le drame musical de Christophe Barratier, sorti en 2004, se déroule au début des années 1950 dans un internat de rééducation pour garçons adolescents. Le film a connu un succès retentissant: 15 millions d'entrées dans le monde dont 8,5 millions en France. Adapté de La Cage aux rossignols de Jean Dréville (1945), Les Choristes a remis à la mode l'esthétique de l'entre-deux-guerres et l'esthétique qui va avec. «Il y a une ligne droite entre les nouvelles comédies écolières et “Les Choristes”. Ce film, c'est un peu un doudou générationnel», affirme l'auteur et journaliste.

Depuis Les Choristes, toutes les occasions sont bonnes pour produire des films qui fleurent bon la France d'antan. En 2011, au moment où le classique roman de 1912 La Guerre des boutons passe dans le domaine public, deux adaptations cinématographiques différentes sortent quasiment en même temps, l'une réalisée par Yann Samuell, l'autre par… Christophe Barratier, encore...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Les comédies françaises doivent arrêter avec les élèves en culotte courte

Articles en Relation

Pendant le confinement, regardez des DVD! De beaux fantômes vous y attendent Willem Dafoe dans «Tommaso» d'Abel Ferrara. | Capture d'écran via YouTube Choix d'objets singuliers plutôt que logique de flux, les DVD sont une...
Les films à voir sur Netflix pendant votre confinement Pour faire passer les longues journées de mars, les plateformes de VOD et SVOD risquent d'être vos meilleures amies. Côté cinéma, on vous résume ce qu...
On a classé les 23 films de l'«Infinity Saga» de Marvel du pire au meilleur D'«Iron Man» à «Avengers: Endgame», on a tout revu pour vous aider à faire le tri. Franchise la plus lucrative de l'histoire d'Hollywood, l'Infinity ...
Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins À travers ses personnages principaux et ses guest-stars, la série a pointé en filigrane le système sexiste du cinéma. | Capture d'écran Youtube v...
Les films de super-héros sont beaucoup moins fun qu'avant Nouvelle variation autour de l'homme chauve-souris, The Batman, dont la sortie est prévue à l'automne 2021, semble trempé dans l'encre noire. | C...
Bang Rajan La Légende des Guerriers - Film Complet et Gratuit en Français Bang Rajan La Légende des Guerriers Birmanie, 1763 : le roi Mangra veut s'emparer de la capitale de la Thaïlande et envoie ses troupes vers celle-ci....

TOP VIDEO EN LIGNE

BONNES AFFAIRES LOISIRS