Le vélo sera sans doute le grand gagnant de la grève des transports

Sociétés

Une piste cyclable parisienne, le 17 décembre 2019. | Aurore Mesenge / AFP 

L'installation du mouvement social dans la durée pourrait faire progresser durablement la pratique du vélo à Paris, puis sur l'ensemble du territoire français.

Depuis le début de la grève contre la réforme des retraites, les perturbations dans les transports en commun et la très forte congestion routière qu'ils ont entraînées en région parisienne ont encouragé une partie des usagèr·es à enfourcher un vélo.

Le trafic cycliste a été multiplié par deux à trois à Paris, et les trajets en Vélib' et autres véhicules en free floating ont doublé. Le nombre de kilomètres parcourus avec l'application d'itinéraires Geovelo a quant à lui quadruplé.

Le phénomène ne passe pas inaperçu dans les rues et donne lieu à des scènes peu communes en France: des files quasiment continues de vélos et de trottinettes électriques sur certaines pistes cyclables aux heures de pointe, deux fois plus de vélos que de voitures défilant sur le boulevard Voltaire, parfois une vingtaine de cyclistes qui attendent aux feux de circulation…

Au-delà des effets de court terme de cette grève sur la pratique du vélo, l'accélération actuelle aura des effets durables à Paris et en Île-de-France, mais aussi ailleurs en France.

Changements d'habitude

Si une partie des néo-usagèr·es du vélo reprendront leurs anciennes habitudes une fois la grève terminée, l'impact durable le plus évident sera lié aux personnes qui continueront à rouler après la grève.

Beaucoup ont investi dans de nouveaux équipements, qu'il s'agira de rentabiliser. Depuis un mois, les ventes de vélos ont explosé, comme en témoignent les ruptures de stock de nombreux modèles de vélos de ville ou à assistance électrique dans les Decathlon ou enseignes spécialisées.

Les demandes de location longue durée du système Véligo bénéficient elles aussi de la grève. Les citadin·es remettent également en état du vieux matériel, avec une hausse des demandes de réparation (jusqu'à une multiplication par dix dans certains ateliers vélos).

Une partie des néo-usagèr·es découvriront les multiples avantages individuels que présente le vélo: une vitesse qui permet de traverser Paris en quarante minutes, des trajets porte-à-porte, un temps de transport largement prévisible et un très faible coût d'usage, sans parler des énormes bénéfices sur la santé de cette activité physique régulière, qualifiée de «remède miracle» par un ancien médecin-chef d'Angleterre et encore trop sous-estimée par nos politiques de santé.

Vitesse moyenne des modes de placements dans quelques grandes villes européennes. | «Le vélo à assistance électrique, un nouveau mode métropolitain?», enquête européenne, 2015, Ghislain Delabie.

L'analyse des pratiques modales révèle le poids des habitudes dans les comportements de mobilité. Notre routine nous encourage à utiliser un ou deux modes sans re-questionner à chaque déplacement quel est le plus pertinent.

Les pratiques évoluent en testant d'autres modes, en bousculant certaines habitudes ou lors de changements dans nos vies, comme un déménagement. D'un jour à l'autre, la grève aura contraint de nombreuses personnes à tester le vélo, et son installation dans la durée permet d'ancrer dans le temps ces nouvelles habitudes.

Expérience révélatrice

La grève donne à voir une ville organisée pour le vélo, ce qui a également un impact sur les autres usagèr·es. Le nombre important de vélos force les piétons à faire attention en traversant une piste cyclable, et les automobilistes à vérifier leurs angles morts.

Le fort trafic rend d'autant plus difficile et inacceptable le stationnement des voitures sur les pistes réservées aux vélos ou leur utilisation par les deux-roues motorisés. Ces comportements dangereux déclinent à mesure que les cyclistes se multiplient sur la route, participant au phénomène de «sécurité par le nombre».

L'expérience actuelle illustre toute la pertinence d'aménagements efficaces, en particulier de larges pistes cyclables sécurisées et séparées du trafic motorisé, sans lesquelles l'engouement actuel n'aurait sûrement pas été si fort.

Elle met en outre en lumière les limites des infrastructures actuelles pour absorber un fort surplus de trafic, que ce soit le manque ou la mauvaise qualité des pistes cyclables dans certaines rues ou quartiers, leur manque de continuité dans les villes et entre les villes de la région ou encore les stationnements vélos trop peu nombreux.

L'expérience révèle ainsi un élément peu connu du grand public. Si 30 % des Français·es pratiquent déjà le vélo régulièrement ou occasionnellement, 53 % se disent prêt·es à s'y mettre à condition que des infrastructures sécurisées soient aménagées.

Une population importante se met au vélo chaque fois qu'une ville ou un pays développe un système vélo efficace, qui associe les infrastructures, les services cyclistes, des mesures fiscales et de communication. On remarquera d'ailleurs que les conditions météorologiques difficiles durant la grève n'ont pas suffi à freiner l'engouement pour le vélo.

La pratique encore balbutiante de certaines personnes met en évidence la nécessité d'accompagner le développement du vélo d'une meilleure information voire de formations via les vélo-écoles, afin d'apprendre les règles de sécurité basiques, à s'insérer dans la circulation, se doter d'un matériel fiable, s'équiper d'antivols solides ou encore s'assurer d'être visibles la nuit....

Lire la suite sur Slate.fr - Le vélo sera sans doute le grand gagnant de la grève des transports

Articles en Relation

Le vélo peut-il (re)devenir vraiment populaire? «Le vélo, comme n'importe quel bien d'équipement, se diffuse progressivement dans toutes les couches de la société.» | David Marcu via Unspl...
Le vélo électrique à la conquête du grand public Il faut dépenser entre 1.500, 2.000 et 2.500 euros pour en posséder un. | Lionel Bonaventure / AFP  Attrayant mais plus cher, le grand frère de ...
«Monter à Paris», ou les revers de l'installation de la jeunesse rurale dans la ... Dans le métro parisien, le 30 novembre 2019. | Lionel Bonaventure / AFP  Quand on débarque de son village natal, l'excitation de la découverte d...
Annecy et Bayonne ou l'exode urbain des classes sociales aisées «Après plusieurs vacances en Haute-Savoie, nous nous projetions très bien à Annecy de par la proximité des montagnes, le lac pour les baignades estiva...
Au Rwanda, l'amour des pères peut réduire la pauvreté En matière infantile, les programmes sociaux sont presque toujours centrés sur les mères. Le Rwanda ouvre une nouvelle voie. Au Rwanda, les hommes ...
Tout plaquer pour s'installer sur une île, un choix de vie plus si fantasque Quitter la ville pour vivre autre chose, autrement, sur une île: beaucoup d'entre nous en ont déjà rêvé un jour, sans jamais oser sauter le pas. «J...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA