Le vélo électrique à la conquête du grand public

Sociétés

Il faut dépenser entre 1.500, 2.000 et 2.500 euros pour en posséder un. | Lionel Bonaventure / AFP 

Attrayant mais plus cher, le grand frère de la bicyclette traditionnelle cherche à s'imposer.

Objet tendance du déconfinement, le vélo a le vent en poupe, et l'électrique en a pleinement profité. Symbole de son temps, de la culture des années 2020 et des enjeux environnementaux et de mobilités présents en cette période de Covid-19, le deux-roues électrique bénéficie du soutien de nouveaux maires PS-EELV des grandes villes, axés sur le combat contre la pollution et la pratique cycliste.

«L'électrique s'adresse à des publics très divers, entre ceux qui ont déjà fait du vélo, ceux qui veulent l'utiliser en “vélotafeurs” (pour aller au travail), ou encore à des ados pour les éloigner de leurs écrans», estime Claude Droussent, journaliste sportif et auteur du Guide du vélo électrique . «Tout naturellement, il va conquérir davantage de personnes. C'est un objet tellement séduisant qui présente également des avantages pratiques et environnementaux. Mais son inconvénient est budgétaire: il faut dépenser entre 1.500, 2.000 et 2.500 euros pour en posséder un. Les gens se posent alors la question quant à son achat.»

Il y aurait toutefois un moyen d'intégrer l'objet dans la vie d'un foyer sans en impacter le budget: la baisse des prix actuels élevés grâce à l'essor d'un marché de masse. À l'image de Décathlon qui, pour le rendre encore plus attractif, a lancé un abonnement mensuel entre cinquante-cint et soixante-quinze euros. Le but est de conquérir un plus large public en s'adressant à de nouvelles catégories socio-professionnelles.

Merci qui? Merci le Covid-19

Le vélo introduit naturellement de la distance physique, ce qui aide à réduire les risques de contamination. Après le confinement, le véhicule à pédales a pu profiter d'un coup de pouce de l'État: cinquante euros offerts pour réparer et reprendre en main un vieux vélo.

C'est indéniable, qu'il soit traditionnel ou électrique, il est dans l'air du temps et en phase totale avec les nouveaux modes de vie à venir. Surtout pour ces Français·es qui réfléchissent de plus en plus à l'opportunité que le télétravail peut leur offrir: partir vivre en dehors des grandes métropoles. Et sans doute aussi pour celles et ceux qui ont épargné pendant le confinement, et qui peuvent désormais se permettre d'acheter un cycle nouvelle génération.

«La rentrée va être un grand moment pour l'électrique. Niveau marketing, ça bouge beaucoup. En ce moment, les médias ne parlent que de vacances franco-françaises, et les budgets familiaux peuvent y être consacrés, en rando avec ses enfants», appuie Claude Droussent. Lors de son dernier passage à Paris, en juillet, il raconte avoir vu dans le métro «trois affiches sur quatre montrant des territoires, régions et départements français; toutes communiquaient sur le vélo». Et d'ajouter que les acteurs du tourisme «ont inclus dans leurs offres le vélo électrique».

Vers la verdure des campagnes

Ce moyen de déplacement séduit. Mais le vélo électrique est-il à 100% vert? Des réserves ont été émises à ce sujet, notamment en ce qui concerne la production des batteries (au lithium) qui, tout comme pour les voitures de ce genre, serait polluante. Mais dans la logique de certain·es maires PS-EELV souhaitant introduire des péages à l'entrée de leurs villes ou à l'image d'Anne Hidalgo qui veut interdire les véhicules diesel en 2024 dans Paris, la pollution liée au vélo à assistance électrique est incomparable à celle engendrée par les véhicules motorisés. On ne peut le nier: les inconvénients sont bien moindres, et toutefois ils existent, ils peinent à entacher son image écolo.

Il est facile de comprendre l'intérêt que les citadin·es et les personnes vivant en banlieue lui porte. Il en est autrement pour celles et ceux vivant dans la campagne. La crise des «gilets jaunes» a démontré à quel point la voiture était indispensable au sein de ces territoires mis à l'écart. Le remplacement du véhicule par le vélo électrique ne se fera pas du jour au lendemain. Les réflexes semblent bien ancrés et les habitudes dures à déloger.

Les familles de trois enfants avec plusieurs voitures à la maison peuvent-elles réussir à changer de mode de fonctionnement? L'actuelle mouvance verte chamboulera-t-elle les esprits? Dans ces zones éloignées, il paraît, pour le moment, difficile d'envisager l'utilisation de l'engin pour aller faire du sport ou faire des courses au supermarché. À moins de dépenser 3.000 euros pour l'achat d'un vélo cargo qui dispose d'une grande plateforme à l'avant permettant d'y mettre de lourds objets. On le comprend, le prix reste encore un brin rédhibitoire...

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Le vélo électrique à la conquête du grand public

 

Articles en Relation

Le confinement n'est ni un atelier d'écriture de haikus, ni une retraite spiritu... Plage de Saint-Lunaire, en Ile-et-Vilaine, le 17 mars 2020. | Damien Meyer / AFP Si ce moment agit comme un évident révélateur d'inégalités soci...
Avoir un enfant ou démissionner, des projets annulés par la crise du Covid-19 Après le confinement, reprendre une vie normale ou faire le grand saut? | Doran Erickson via Unsplash Pour une partie d'entre nous, la péri...
À l'heure du Covid-19, le manque de contacts physiques affecte nos vies «L'élan de socialité est un élan vital, c'est comme manger et boire», selon Fabienne Martin-Juchat, professeure en sciences de la communication.&...
Comment ne pas faire exploser son couple pendant le confinement Le confinement, c'est aussi la période pour profiter de tout ce temps pour faire des choses ensemble: ranger, trier les affaires... | HiveBoxx&nb...
Le masque est-il un frein à la séduction? Forcément, on misera davantage sur le regard. | Vera Davidova via Unsplash À l'époque du Covid-19, nous devons nous défaire d'un élément majeur de la...
Face au Covid-19, le nouvel essor de la fête à la maison «Les Français font la fête dans les campagnes, dans les appartements, tout se réinvente.» | Droits réservés pour Slate.fr  Malgré les risqu...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA