Le surplus d'épargne dû au Covid-19, un problème de (pays) riches

Economie

Le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance français, Bruno Le Maire, lors d'une rencontre avec la directrice de l'Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala, le 1er avril 2021 à Genève (Suisse). | Denis Balibouse / POOL / AFP

Les économistes s'interrogent gravement: comment faire sortir les milliards économisés pendant la crise et les orienter vers la consommation ou l'investissement? Soyons clairs: il y a des sujets plus angoissants.

Vous êtes confiné chez vous et pendant les heures de sortie qui vous sont accordées, vous errez dans une ville où tout est fermé, commerces, bars, restaurants, cinémas, à l'exception des magasins d'alimentation et de quelques autres. Conséquence logique: vous ne dépensez pas votre argent. Puisque les déplacements sont compliqués, quand ils ne sont pas impossibles, en France comme à l'étranger, vous ne voyagez pas. Éventuellement, vous procédez à quelques achats en ligne mais, globalement, si vos revenus n'ont pas trop baissé, vous faites des économies.

Plus vous gagnez, plus les sommes que vous consacrez en temps normal au loisir et au divertissement sont élevées, plus vous épargnez en ce moment. Et comme tout le monde fait comme vous, le résultat final, au niveau du pays, est une baisse de la consommation et une hausse de l'épargne. Il n'y a pas besoin d'avoir un master en économie pour le comprendre.

Ce constat appelle une première remarque: la plupart des gouvernements et le nôtre en particulier ont bien réagi face à la crise provoquée par la pandémie. Ils ont largement compensé pour la plus grande partie de la population la baisse des revenus, qu'il s'agisse des salariés ou des indépendants. Selon les calculs de l'Insee, sur l'ensemble de l'année 2020, le PIB de la France s'est contracté de 8,2%.

Pourtant, le revenu disponible brut (l'ensemble des revenus d'activité ou de la propriété, augmentés des prestations sociales et diminués des prélèvements fiscaux et sociaux) a augmenté de 1,1% et, compte tenu d'une hausse des prix à la consommation de 0,5%, le pouvoir d'achat de ce revenu disponible a augmenté de 0,6%. Pour une année de crise, c'est un résultat plutôt satisfaisant, même si le chiffre global cache des situations individuelles difficiles.

Un surplus d'épargne de plus de 110 milliards

Puisque ce revenu n'a pu être librement dépensé, le taux d'épargne a fortement augmenté: il s'est établi à 21,3% en moyenne en 2020 contre 14,9% en 2019. Les variations trimestrielles reflètent bien les effets des mesures de confinement: une pointe à 27,5% au deuxième trimestre avec le confinement dur du printemps et une autre à 22,2% au quatrième avec le confinement plus léger de l'automne. Les sommes en jeu sont conséquentes: selon la Banque de France, le surplus d'épargne financière (celle qui n'est pas destinée au logement) représentait 110 milliards à la fin de 2020.

Une épargne abondante n'est pas une mauvaise nouvelle: c'est ce qui a permis aux États d'emprunter à taux d'intérêt très faibles voire négatifs pour venir au secours des ménages et des entreprises. Mais il serait souhaitable qu'une bonne partie de ce surplus d'épargne revienne dans le circuit pour soutenir l'activité. Ce problème semble beaucoup préoccuper les économistes; il n'est pourtant pas très compliqué. À condition de faire le bon diagnostic....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Le surplus d'épargne dû au Covid-19, un problème de (pays) riches

Articles en Relation

Covid-19: la France, championne des dépenses publiques sociales La situation devrait s'améliorer dans les prochains mois, mais cette reprise s'annonce inégale selon les pays. | Alexandre .L via Unspl...
Bienvenue dans le monde des pistonnés de la Formule 1 Le pilote Mick Schumacher (à g.), fils du célèbre Michael Schumacher (à d.), sept fois champion du monde. | Patrick Hertzog, Andrej Isakovic / AF...
Victoria's Secret écrit la fin de son conte de fées La vitrine d'un magasin Victoria's Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago. | Scott Olson / Getty ...
L'industrie des croisières est-elle sur le point de baisser pavillon? Des paquebots de croisière attendent l'autorisation de débarquer dans la baie de Manille, aux Philippines, le 31 mai 2020. | Ted Aljibe / AFP  L...
Surveillance, contrôle, traçage: les salariés n'ont jamais été aussi fliqués qu'... Tous ceux qui peuvent te?le?travailler sont particulie?rement sujets a? l'invasion de leur sanctuaire. | Gabriel Benois via Unsplash La crise sanitai...
Ce n'est pas parce que l'économie va mieux qu'il faut se croire tiré d'affaire Le nouveau Premier ministre et le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, vont devoir faire face à une situation économique post-confin...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA